Extension Factory Builder
13/12/2008 à 22:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Juste après avoir donné un concert contre la mafia et le racisme, « Mama Africa » est décédée dans la nuit du 9 au 10 novembre. Retour sur une grande voix de la chanson africaine.

Une reine est morte. Avec la disparition de la chanteuse sud-africaine Miriam Makeba, la nuit du 9 au 10 novembre, dans la ville italienne de Castel Volturno, près de Naples, Nelson Mandela perd l’une de ses plus farouches avocates. Et la musique africaine sa plus grande ambassadrice. Une diva qui a toujours conjugué sa carrière avec la lutte contre l’oppression et la défense de la liberté.
C’est d’ailleurs au terme d’un concert organisé pour dénoncer le racisme et soutenir l’écrivain Roberto Saviano, cible d’un « contrat » par la mafia locale depuis la parution de son livre Gomorra, que l’auteure du tube planétaire « Pata Pata » s’est effondrée en coulisses peu après sa prestation, victime d’une crise cardiaque. Elle décédera quelques minutes plus tard à la clinique Pineta Grande. Elle était âgée de 76 ans.
Comment être une artiste noire, libre de sa parole et de sa pensée dans une nation ayant érigé le racisme comme doctrine d’État ? Dans le cas de Miriam Makeba, la réponse se traduira par trente et un ans d’exil. Un échouage hors de son pays natal qui ne la détourna pourtant jamais de cette volonté inlassable de prôner l’unité de l’Afrique tout en dénonçant l’injustice. Cet éloignement lui permettra même, en définitive, de porter son combat contre l’apartheid à travers tout le conti­nent, et même au-delà, ce qui lui vaudra le qualificatif respectueux de « Mama Africa ».
Née le 4 mars 1932 dans un bidonville de la banlieue de Johannesburg, Makeba était de ces baobabs livrés quotidiennement au vent de la violence auquel elle opposa un idéal d’amour, de paix et de tolérance. La petite Zenzi, pour Uzenzile (son vrai prénom), qui signifie en zoulou « tu ne dois t’en prendre qu’à toi-même », chante dès l’âge de 8 ans dans une chorale. À 22 ans, elle intègre comme choriste le groupe très en vue des Manhattan Brothers dirigé par Nathan Mdledle, avant de participer, dès 1957, à la formation jazzy entièrement féminine Miriam Makeba & The Skylarks, dont l’anthologie sera rééditée en deux volumes (1991 et 1997) sous le label Teal. C’est en 1956 que sa carrière s’accélère avec sa composition en xhosa « Pata Pata », que les Manhattan Brothers reprennent et qui connaît un vif succès en Afrique du Sud. Avant de devenir un tube planétaire en 1967 dans sa version anglaise.
Makeba poursuit parallèlement son activisme antiraciste. En 1959, elle est interdite de séjour en Afrique du Sud pour sa participation à un documentaire anti-apartheid (Come Back Africa), réalisé par l’Américain Lionel Rogosin et projeté au Festival de Venise.
Makeba, dont la renommée dépassera rapidement les frontières de l’Afrique, contribuera à faire connaître la chanson africaine, se révélant au passage comme la pionnière de la world music. Une artiste « globale » donc, capable de s’exprimer aussi bien en langue zouloue qu’en swazi - la langue de sa mère -, en anglais, en espagnol ou en français, comme en témoigne « Comme une symphonie d’amour » sur l’album Sabelani (1979). En 1965, elle est la première artiste africaine à recevoir un Grammy Awards pour son album An Evening with Harry Belafonte and Miriam Makeba, enregistré avec le célèbre crooner américain.

Persona non grata
C’est aux États-Unis où elle s’exile alors qu’elle poursuit sa cause, notamment en se rapprochant du mouvement des Black Panthers dont elle épouse, en 1968, l’un des leaders, le Trinidadien Stokely Carmichael, alias Kwame Toure. Une union qui lui vaut d’être déclarée persona non grata en terre américaine. Avec son mari, qu’elle quittera en 1973, Makeba, qui continue d’arpenter les scènes du monde entier, se tourne alors vers la Guinée de Sékou Touré, chantre de l’anti-impérialisme, qui l’accueille à bras ouverts en lui décernant la nationalité guinéenne. Mieux, elle est nommée ministre de la Culture et devient même déléguée de la Guinée aux Nations unies, où elle prononcera, en 1975 et 1976, des discours très remarqués contre le régime de l’apartheid.
Miriam Makeba se produit sur toutes les scènes : en 1963, à l’occasion de la création de l’OUA ; en 1974, lors du combat Mohamed Ali-George Foreman à Kinshasa ; en 1986, lors du troisième anniversaire de la « révolution » de Thomas Sankara à Ouagadougou. Là même où elle chantera en 2007… pour le vingtième anniversaire de l’accession au pouvoir de Blaise Compaoré.
En 1985, à la mort de son unique fille, Bongi (36 ans), elle part vivre en Europe où elle multiplie les collaborations prestigieuses. Le chanteur Paul Simon, alter ego de Garfunkel, lui apporte une nouvelle notoriété. En 1987, le duo Simon-Makeba sort l’album Graceland, unanimement salué par la critique. Et entame une tournée mondiale, The Graceland Tour. Makeba accumule également les titres honorifiques. Considérée comme la « Femme du siècle » par la Bedford Stuyvesant Community of New York, elle se voit décerner la nationalité française en 1990 après avoir été élevée cinq ans plus tôt au rang de Commandeur des Arts et des Lettres. Nelson Mandela la convainc de revenir en Afrique du Sud, où elle retourne en décembre 1990 après trente et un ans d’exil forcé. On la voit également sur les écrans, où elle continue de camper des rôles militants, notamment dans le film Sarafina ! de Darrell Roodt (1992), qui relate les émeutes de Soweto de 1976.
Prêtresse de l’unité africaine, toujours chatoyante derrière un large sourire et des bandanas chamarrés, Makeba restera musicalement une diva qui, à l’instar d’une Abbey Lincoln, alterne entre révolte et désespoir comme en atteste l’émouvant « Miriam’s Goodbye to Africa » qu’elle signe avec The Skylarks.
Le plus souvent accompagnée par une formation acoustique (guitare, contrebasse, percussions sud-américaines), sa voix à la fois bluesy et puissante sert dans les années 1960 et 1970 des compo­sitions jouées dans l’intimité de salles feutrées. De cette époque, on retient particulièrement des titres comme « Khawuleza », « Amampondo », « Kilimandjaro », « Mayibuye » ou « The Click Song ».

Remix et compilations

Mais la carrière de « Mama Africa » ne se résume pas - loin s’en faut - à son titre planétaire qui donnera lieu à plusieurs versions remixées comme sur l’un de ses derniers opus, Homeland (2000). Son œuvre est gravée sur plus de vingt-cinq albums. Une discographie aux tonalités variées et de qualité inégale comportant des live, des rééditions, des compilations mais aussi des pépites comme Country Girl (1978). De la grande tradition zouloue (Eyes on Tomorrow, 1991) au funk (Sabelani, 1979) en passant par la musique brésilienne (Reflections, 2004), le reggae (Miriam Makeba Forever, 2006), la salsa (Live à Conakry, 1974) ou le jazz, Makeba multiplie les expériences en s’ouvrant à la fin de sa vie aux sons plus électroniques.
Tous les artistes africains, y compris ceux de la jeune génération à l’instar d’un William Baldé, qui, enfant, la côtoya à Conakry, se revendiquent de cette ambassadrice de paix et icône du panafricanisme. Le combat de toute une vie qui pourrait se résumer par le titre de l’une de ses chansons : « Cause We Live for Love ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Afrique du sud

Afrique du Sud : 'Agaat', chef d'oeuvre de Marlene Van Niekerk

Afrique du Sud : "Agaat", chef d'oeuvre de Marlene Van Niekerk

Dix ans après sa parution, le chef-d'oeuvre de la Sud-Africaine Marlene Van Niekerk est enfin traduit en français. Un roman qui explore dans toute leur ambiguïté les relations Blancs-Noi[...]

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Afrique du Sud : le marché noir a avalé le marché blanc

Vingt ans après la disparition de l'apartheid, le consommateur sud-africain n'est plus noir ou blanc. Les différences sont largement fonction des revenus et du mode de vie, comme dans un pays "normal", ou[...]

Afrique du Sud : 1 Rwandais et 3 Tanzaniens jugés coupables de la tentative d'assassinat sur Nyamwasa

Quatre individus ont été jugés coupables vendredi de la tentative d'assassinat en 2010 de Faustin Kayumba Nyamwasa, l'ancien chef d'état-major du président rwandais Paul Kagamé avec qui il[...]

Afrique du Sud : Laurence Chibwe, père du théâtre de Soweto

Rouge, jaune, bleu, trois gros cubes colorés adossés à d'incroyables façades courbes couvertes de céramiques : impossible de manquer le théâtre de Soweto. Construire un lieu[...]

Afrique du Sud : Y Tsai transforme les conteneurs en salles de classe

Le Tsai Design Studio pousse loin la transformation des conteneurs. Sa spécialité : les salles de classe.[...]

Afrique du Sud : les dates-clés du procès d'Oscar Pistorius

Pendant cinq mois, le procès d'Oscar Pistorius a fait la une des journaux. Accusé d'avoir tué sa petite-amie Reeva Steenkamp le soir de la Saint-Valentin 2013, le champion paralympique sera fixé sur son[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Afrique du Sud : Sandton, au paradis des nantis...

Bienvenue à Sandton, banlieue huppée de Johannesburg. Les prix de l'immobilier y sont les plus élevés d'Afrique, et les boutiques y proposent les marques les plus chères. Pauvres[...]

Afrique du Sud : Carin Smuts, guérir la société à travers l'architecture

L'architecte sud-africaine Carin Smuts, adepte des solutions "locales", conçoît des projets dont la finalité dépasse la simple construction. Il y est question d'humanisme, de réinsertion[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex