Extension Factory Builder
13/12/2008 à 22:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Nouveau rebondissement dans le feuilleton qui oppose le second opérateur mobile du pays aux autorités. Sa maison mère réclame un arbitrage international.

Ça passe ou ça casse. Le 11 novembre, le bras de fer engagé entre l’État sénégalais et le numéro deux de la téléphonie mobile, Sentel (qui opère la marque Tigo), s’est durci : le groupe suédois Millicom International Cellular (MIC), maison mère de Sentel, a saisi le Centre international de règlement des différends liés aux investissements (Cirdi), organisme d’arbitrage lié à la Banque mondiale. « Si la décision est en faveur de Millicom, le Sénégal devra s’y conformer », affirme un avocat proche du dossier, qui refuse que son nom soit cité.
Dans cette affaire, Dakar a tiré la première salve le 31 octobre en menaçant de suspendre la licence GSM du numéro deux de la téléphonie mobile dans le pays, avec 1,8 million d’abonnés (3 millions pour Orange). Engagées dans des négociations serrées, les deux parties ne parvenaient pas à un accord. En 2000 déjà, Abdoulaye Wade, nouvellement élu à la présidence, avait annulé le contrat de Sentel, négocié en 1998 contre une redevance annuelle, au motif de défaillances et de non-respect de certaines clauses. Mi-2002, une entrevue entre le président Wade et les dirigeants de MIC débloquait la situation. Tigo pouvait poursuivre « provisoirement » ses activités, les termes de l’exploitation de son réseau devant être révisés lors de l’octroi futur d’une nouvelle licence GSM. Ce qui arriva en septembre 2007, quand le soudanais Sudatel remporta une licence globale (fixe, mobile et Internet) pour 200 millions de dollars. Annoncé pour mars 2008, puis pour octobre, le démarrage d’Expresso (la marque de Sudatel) ne cesse d’être différé. Mais les tensions entre Sentel et l’État ont repris de plus belle.
La procédure d’arbitrage international qu’a engagée MIC n’est pas anodine et démontre sa volonté d’aller jusqu’au bout. Coûte que coûte. « Le groupe devra démontrer au Cirdi que payer 200 millions de dollars n’a aucune justification économique », explique Devine Kofiloto, consultant senior au cabinet Teleplan, en Norvège. Jusqu’où MIC, présent au Tchad, au Ghana, en Tanzanie, Sierra Leone, RD Congo et à Maurice, mais aussi en Amérique latine et en Asie, est-il disposé à aller ? Est-il prêt à perdre le marché sénégalais, le plus fort contributeur à sa croissance en Afrique ? « Si Tigo quitte le pays, l’arbitrage du Cirdi peut aussi servir à réclamer une compensation financière au Sénégal », complète Devine Kofiloto.
Injoignables, les responsables de MIC laissent la porte ouverte à toutes les hypothèses. Certains avancent qu’ils accepteraient de payer, mais à la condition d’obtenir une licence globale. Comme Sudatel.
À Dakar, au Palais présidentiel, qui gère l’affaire en direct, la marge de manœuvre apparaît étroite. Suspendre vraiment le réseau, c’est s’exposer à la colère de 400 employés (et 40 000 emplois indirects) et de près de deux millions d’abonnés. « Le recours au Cirdi montre que Millicom a épuisé toutes les solutions amiables, explique Hamid Gharavi, avocat spécialiste de l’arbitrage international, basé à Paris. C’est aussi leur dernière cartouche pour obliger l’État à relancer les négociations. » Le Sénégal, dont le déficit budgétaire atteignait 293 millions de dollars mi-2008, selon le FMI, cédera-t-il au chantage ? Seule certitude, le Cirdi ne se prononcera pas avant dix-huit à vingt-quatre mois.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Sénégal

Abdoulaye Wade : un retour au Sénégal qui inquiète la défense de son fils Karim

Abdoulaye Wade : un retour au Sénégal qui inquiète la défense de son fils Karim

Le retour au Sénégal d'Abdoulaye Wade, prévu le 25 avril, suscite de l'inquiétude au sein de la défense de son fils, Karim Wade. Mais pour l'instant, "Gorgui" a su garder le silence[...]

Chansons caritatives : à votre bon coeur, mélomanes !

Inspirés par les réunions charitables d'artistes anglo-saxons dans les années 80, les chanteurs africains s’égosillent de plus en plus en groupes. Autour de causes[...]

Sénégal : le vrai-faux retour d'Abdoulaye Wade

Annoncé pour mercredi, le retour d'Abdoulaye Wade à Dakar a finalement été reporté au vendredi 25 avril. Blocage des autorités sénégalaises ou stratégie de[...]

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Le meeting programmé mercredi par le Parti démocratique sénégalais (PDS) pour le retour à Dakar d'Abdoulaye Wade n'aura pas lieu. Les autorités sénégalaises ont jugé[...]

Abdoulaye Wade de retour mercredi au Sénégal après vingt-deux mois d'absence

L'ex-président Abdoulaye Wade est attendu mercredi 23 avril au Sénégal. Il avait quitté son pays après sa défaite électorale en 2012.[...]

Sénégal : Karim Wade bientôt jugé pour "enrichissement illicite"

Karim Wade, le fils de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade dont il fut conseiller et ministre, restera en prison où il croupit depuis un an en attendant son procès, prévu en juin,[...]

Affaire Karim Wade - Cheikh Diallo : "J'ai dit la vérité, rien que la vérité"

Ex-conseiller du président Abdoualye Wade, Cheikh Diallo a connu la descente aux enfers. Soupçonné par la justice d'être un complice de Karim Wade dans l'acquisition illicite de divers biens, il aura[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Sénégal : en attendant son procès, Karim Wade, en détention depuis un an, reste en prison

En attendant son procès, Karim Wade va rester en détention provisoire. En prison depuis un an jour pour jour, le fils de l'ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, sera jugé dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces