Extension Factory Builder
13/12/2008 à 22:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Nouveau rebondissement dans le feuilleton qui oppose le second opérateur mobile du pays aux autorités. Sa maison mère réclame un arbitrage international.

Ça passe ou ça casse. Le 11 novembre, le bras de fer engagé entre l’État sénégalais et le numéro deux de la téléphonie mobile, Sentel (qui opère la marque Tigo), s’est durci : le groupe suédois Millicom International Cellular (MIC), maison mère de Sentel, a saisi le Centre international de règlement des différends liés aux investissements (Cirdi), organisme d’arbitrage lié à la Banque mondiale. « Si la décision est en faveur de Millicom, le Sénégal devra s’y conformer », affirme un avocat proche du dossier, qui refuse que son nom soit cité.
Dans cette affaire, Dakar a tiré la première salve le 31 octobre en menaçant de suspendre la licence GSM du numéro deux de la téléphonie mobile dans le pays, avec 1,8 million d’abonnés (3 millions pour Orange). Engagées dans des négociations serrées, les deux parties ne parvenaient pas à un accord. En 2000 déjà, Abdoulaye Wade, nouvellement élu à la présidence, avait annulé le contrat de Sentel, négocié en 1998 contre une redevance annuelle, au motif de défaillances et de non-respect de certaines clauses. Mi-2002, une entrevue entre le président Wade et les dirigeants de MIC débloquait la situation. Tigo pouvait poursuivre « provisoirement » ses activités, les termes de l’exploitation de son réseau devant être révisés lors de l’octroi futur d’une nouvelle licence GSM. Ce qui arriva en septembre 2007, quand le soudanais Sudatel remporta une licence globale (fixe, mobile et Internet) pour 200 millions de dollars. Annoncé pour mars 2008, puis pour octobre, le démarrage d’Expresso (la marque de Sudatel) ne cesse d’être différé. Mais les tensions entre Sentel et l’État ont repris de plus belle.
La procédure d’arbitrage international qu’a engagée MIC n’est pas anodine et démontre sa volonté d’aller jusqu’au bout. Coûte que coûte. « Le groupe devra démontrer au Cirdi que payer 200 millions de dollars n’a aucune justification économique », explique Devine Kofiloto, consultant senior au cabinet Teleplan, en Norvège. Jusqu’où MIC, présent au Tchad, au Ghana, en Tanzanie, Sierra Leone, RD Congo et à Maurice, mais aussi en Amérique latine et en Asie, est-il disposé à aller ? Est-il prêt à perdre le marché sénégalais, le plus fort contributeur à sa croissance en Afrique ? « Si Tigo quitte le pays, l’arbitrage du Cirdi peut aussi servir à réclamer une compensation financière au Sénégal », complète Devine Kofiloto.
Injoignables, les responsables de MIC laissent la porte ouverte à toutes les hypothèses. Certains avancent qu’ils accepteraient de payer, mais à la condition d’obtenir une licence globale. Comme Sudatel.
À Dakar, au Palais présidentiel, qui gère l’affaire en direct, la marge de manœuvre apparaît étroite. Suspendre vraiment le réseau, c’est s’exposer à la colère de 400 employés (et 40 000 emplois indirects) et de près de deux millions d’abonnés. « Le recours au Cirdi montre que Millicom a épuisé toutes les solutions amiables, explique Hamid Gharavi, avocat spécialiste de l’arbitrage international, basé à Paris. C’est aussi leur dernière cartouche pour obliger l’État à relancer les négociations. » Le Sénégal, dont le déficit budgétaire atteignait 293 millions de dollars mi-2008, selon le FMI, cédera-t-il au chantage ? Seule certitude, le Cirdi ne se prononcera pas avant dix-huit à vingt-quatre mois.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
L’Afrique orpheline

Article pr�c�dent :
Du Burkina à la conquête de l’Afrique de l’Ouest

Sénégal

Sénégal : Pefaco prépare une razzia sur les casinos

Sénégal : Pefaco prépare une razzia sur les casinos

Le groupe espagnol Pefaco s'apprête à racheter au groupe sénégalais Anfa ses deux casinos à Dakar, a appris "Jeune Afrique".[...]

Prolifération des sacs plastiques en Afrique de l'Ouest : faut-il les interdire ?

Le Sénégal vient d'interdire les sacs plastiques fins sur son territoire. Le pays suit la voie de plusieurs de ses voisins en Afrique de l’Ouest qui ont déjà choisi, depuis quelques[...]

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par[...]

Souleymane Jules Diop : "L'Europe ne peut pas faire payer aux Africains les conséquences du chaos libyen !"

Depuis le début de l'année 2015, plus de 1 750 migrants ont trouvé la mort en Méditerranée, dont de nombreux ressortissants du Sénégal. Une tragédie dans laquelle l'Europe[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap-Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

Sénégal-Tchad : pour Hissène Habré, le compte à rebours a commencé

Les trois magistrats chargés de juger l'ancien président tchadien ont été nommés début avril, et le procès pourrait débuter en juin, à Dakar.[...]

Football : le Sénégalais Souleymane Diawara risque sept ans de prison

L’international sénégalais Souleymane Diawara est écroué depuis le 9 avril, avec un de ses frères, pour "extorsion de fonds en réunion" et "tentative[...]

Arachide : au Sénégal, Sifca lance la contre-offensive

Doublé par le groupe français Avril dans la reprise d'une partie des activités de Suneor, l'ivoirien Sifca envisage néanmoins un rapprochement stratégique avec le leader sénégalais[...]

France : pourquoi l'ex-international sénégalais Souleymane Diawara est en prison

L'ex-international sénégalais Souleymane Diawara a été écroué vendredi à la prison des Baumettes à Marseille après avoir été interpellé et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJA20081213225035 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJA20081213225035 from 172.16.0.100