Extension Factory Builder
13/12/2008 à 22:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Président du groupe Kossouka, qu’il a créé à l’âge de 18 ans, ce jeune commerçant devenu l’un des tout premiers hommes d’affaires du pays se lance dans l’industrie et l’exportation.

Les habitants de Banfora, dans le sud-ouest du Burkina, se réhabituent au bruit des machines de la minoterie voisine. Après cinq années de silence, les Grands Moulins du Burkina ont fêté mi-novembre leur huitième mois d’activité. Ils n’ont pas encore atteint leur rythme de croisière. La production mensuelle est d’à peine 2 000 tonnes de farine, moitié moins que la capacité de l’usine, de 3 500 à 4 000 tonnes. En août, les machines ont été arrêtées dix jours à cause d’une rupture de stocks de blé, importé en quasi-totalité de France. « Nous restons tributaires de la Sitarail et du port d’Abidjan », explique un responsable de l’entreprise.
Dans un pays où nombre de projets industriels privés restent sans lendemain, la relance des ex-GMB, qui avaient été placés en liquidation judiciaire en janvier 2003, est donc en bonne voie. « Mon groupe change de dimension », se réjouit Salif K. Ouédraogo, 36 ans, à l’origine du projet. Il a réuni 7 milliards de F CFA (11 millions d’euros) pour investir dans de nouvelles machines, avec l’appui de deux groupes français, les Grands Moulins de Strasbourg et Maes SA. « Il fait partie des hommes d’affaires qui émergent dans la sous-région », confirme Mahamadou Sako, directeur Afrique du cabinet d’audit Deloitte.
Autodidacte, Salif Ouédraogo est né à Kossouka, petite ville située à 160 km au nord de la capitale. Une région d’où sont originaires plusieurs figures de l’économie burkinabè, comme Oumarou Kanazoé, le roi du BTP, ou encore Alizeta Ouédraogo, PDG du groupe Tan-Aliz. Un « sérail » dont il est bien difficile d’obtenir quelque commentaire sur la marche des affaires, les leurs ou celles du voisin. Salif Ouédraogo indique d’ailleurs avec réticence le chiffre d’affaires de son groupe : « 30 à 40 milliards de F CFA ». Sa réussite fulgurante alimente les suspicions : « Il est évident qu’il bénéficie de connexions politiques au plus haut niveau », laisse entendre un journaliste qui préfère ne pas être cité à propos d’un personnage dont le nom apparaît un peu trop souvent à la rubrique faits divers.
Salif Ouédraogo affirme pour sa part qu’il a démarré à l’âge de 14 ans à Bobo-Dioulasso, capi­tale économique, comme vendeur de piles, puis de riz et d’autres denrées. Aujourd’hui, Nesko, principale filiale du groupe Kossouka (60 % du CA), est le représentant exclusif de Nestlé dans le pays (Nescafé, Maggi et Guigoz). Nesko détient également l’exclusivité des produits British American Tobacco. Se diversifiant au fil des opportunités, Kossouka est devenu représentant de groupes internationaux dans l’équipement électrique, tels que Areva, Afelec ou Inéo. En 2002, il s’est lancé dans le transport de voyageurs. Un service haut de gamme vers les centres d’affaires des pays voisins. « Depuis le début de l’année, nous utilisons dix autobus de grand tourisme que j’ai achetés au constructeur numéro un chinois, Kingdom », explique le PDG dans un français hésitant.
Son ambition est aujourd’hui de sortir de ses frontières. Il multiplie les voyages en Europe pour rencontrer ses partenaires. Sur 500 employés, son groupe compte désormais quatre Occidentaux, qui comblent ses déficits techniques ou de gestion. Déjà présent au Niger, au Togo, au Mali et au Ghana, Salif Ouédraogo compte bien exporter la production de la Société nouvelle des Grands Moulins du Burkina dans toute l’Afrique de l’Ouest et faire de son usine l’une des plus importantes de la sous-région.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Tigo au Sénégal : quitte ou double

Article pr�c�dent :
Ecobank consolide ses positions

Burkina Faso

Burkina Faso : 'Timbuktu' au Fespaco, retour sur un couac parti de Belgique

Burkina Faso : "Timbuktu" au Fespaco, retour sur un couac parti de Belgique

Après avoir été un temps menacé de déprogrammation, le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako sera bien diffusé au Fespaco le 6 mars. Retour sur une polémique qui a fait t[...]

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Diaporama : les "stars" de la 24e édition du Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ouvre ses portes le 28 février au Burkina-Faso. De nombreuses personnalités du monde de la culture sont attendues[...]

Fespaco : le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako retiré de la compétition officielle

Le film franco-mauritanien "Timbuktu", sept fois récompensé aux Césars, devait être retiré mercredi de la compétition officielle de la 24e édition du Festival panafricain[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent" au Burkina

On croyait Michel Kafando, le président de la transition du Burkina, condamné à jouer les seconds rôles en attendant les élections. C'est pourtant son Premier ministre, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJA20081213224827 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJA20081213224827 from 172.16.0.100