Extension Factory Builder
13/12/2008 à 22:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Président du groupe Kossouka, qu’il a créé à l’âge de 18 ans, ce jeune commerçant devenu l’un des tout premiers hommes d’affaires du pays se lance dans l’industrie et l’exportation.

Les habitants de Banfora, dans le sud-ouest du Burkina, se réhabituent au bruit des machines de la minoterie voisine. Après cinq années de silence, les Grands Moulins du Burkina ont fêté mi-novembre leur huitième mois d’activité. Ils n’ont pas encore atteint leur rythme de croisière. La production mensuelle est d’à peine 2 000 tonnes de farine, moitié moins que la capacité de l’usine, de 3 500 à 4 000 tonnes. En août, les machines ont été arrêtées dix jours à cause d’une rupture de stocks de blé, importé en quasi-totalité de France. « Nous restons tributaires de la Sitarail et du port d’Abidjan », explique un responsable de l’entreprise.
Dans un pays où nombre de projets industriels privés restent sans lendemain, la relance des ex-GMB, qui avaient été placés en liquidation judiciaire en janvier 2003, est donc en bonne voie. « Mon groupe change de dimension », se réjouit Salif K. Ouédraogo, 36 ans, à l’origine du projet. Il a réuni 7 milliards de F CFA (11 millions d’euros) pour investir dans de nouvelles machines, avec l’appui de deux groupes français, les Grands Moulins de Strasbourg et Maes SA. « Il fait partie des hommes d’affaires qui émergent dans la sous-région », confirme Mahamadou Sako, directeur Afrique du cabinet d’audit Deloitte.
Autodidacte, Salif Ouédraogo est né à Kossouka, petite ville située à 160 km au nord de la capitale. Une région d’où sont originaires plusieurs figures de l’économie burkinabè, comme Oumarou Kanazoé, le roi du BTP, ou encore Alizeta Ouédraogo, PDG du groupe Tan-Aliz. Un « sérail » dont il est bien difficile d’obtenir quelque commentaire sur la marche des affaires, les leurs ou celles du voisin. Salif Ouédraogo indique d’ailleurs avec réticence le chiffre d’affaires de son groupe : « 30 à 40 milliards de F CFA ». Sa réussite fulgurante alimente les suspicions : « Il est évident qu’il bénéficie de connexions politiques au plus haut niveau », laisse entendre un journaliste qui préfère ne pas être cité à propos d’un personnage dont le nom apparaît un peu trop souvent à la rubrique faits divers.
Salif Ouédraogo affirme pour sa part qu’il a démarré à l’âge de 14 ans à Bobo-Dioulasso, capi­tale économique, comme vendeur de piles, puis de riz et d’autres denrées. Aujourd’hui, Nesko, principale filiale du groupe Kossouka (60 % du CA), est le représentant exclusif de Nestlé dans le pays (Nescafé, Maggi et Guigoz). Nesko détient également l’exclusivité des produits British American Tobacco. Se diversifiant au fil des opportunités, Kossouka est devenu représentant de groupes internationaux dans l’équipement électrique, tels que Areva, Afelec ou Inéo. En 2002, il s’est lancé dans le transport de voyageurs. Un service haut de gamme vers les centres d’affaires des pays voisins. « Depuis le début de l’année, nous utilisons dix autobus de grand tourisme que j’ai achetés au constructeur numéro un chinois, Kingdom », explique le PDG dans un français hésitant.
Son ambition est aujourd’hui de sortir de ses frontières. Il multiplie les voyages en Europe pour rencontrer ses partenaires. Sur 500 employés, son groupe compte désormais quatre Occidentaux, qui comblent ses déficits techniques ou de gestion. Déjà présent au Niger, au Togo, au Mali et au Ghana, Salif Ouédraogo compte bien exporter la production de la Société nouvelle des Grands Moulins du Burkina dans toute l’Afrique de l’Ouest et faire de son usine l’une des plus importantes de la sous-région.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Burkina Faso

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9 affrété[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Crash du vol AH5017 : la deuxième boîte noire retrouvée, les enquêteurs attendus sur place

Au lendemain de la découverte de la première boîte noire de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali, des experts de l'ONU ont retrouvé la seconde samedi sur le[...]

Le 4 août 1984, Thomas Sankara rebaptisait la Haute-Volta en Burkina Faso

Il y a trente ans, le 4 août 1984, Thomas Sankara renommait l'ancienne Haute-Volta en Burkina-Faso, le "Pays des hommes intègres". Un changement de nom officiel et très symbolique, destiné[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers