Extension Factory Builder
13/12/2008 à 20:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Directeur général de Tractafric Motors

Jeune Afrique : Comment se sont comportés les marchés automobiles dans les pays où votre groupe est présent ?
Philippe Oberman : L’activité a été soutenue partout où nous sommes implantés, c’est-à-dire dans les pays d’Afrique centrale et en Côte d’Ivoire. Nous enregistrons même notre troisième année consécutive de croissance forte. Au total, notre activité a triplé au cours des trois dernières années. Nous allons atteindre 170 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2008. En volume, tant pour l’activité véhicules industriels que particuliers, nos ventes ont plus que doublé en trois ans. Nous parviendrons à quelque 3 000 véhicules particuliers neufs facturés sur l’année 2008 et près de 900 camions. Ces performances ont une double explication : le dynamisme des marchés et notre stratégie de développement. Durant cette période, nous avons procédé à des investissements importants dans les points de vente, et à des recrutements pour nos équipes commerciales et après-vente. 

La crise de l’automobile en Europe et aux États-Unis est-elle de nature à perturber votre activité ?
En 2009, nous allons continuer à recruter et à nous développer sur nos marchés. Nos positions vont par ailleurs se renforcer, en particulier sur l’Afrique de l’Ouest, où nous représentons Mercedes officiellement depuis mi-2008 (hors Nigeria et Côte d’Ivoire). Dans l’ensemble, nous restons confiants sur la croissance des marchés d’Afrique subsaharienne pour l’année prochaine. L’activité va rester à des niveaux voisins de ce que nous avons connu ces dernières années dans notre métier. Ce qui ne nous empêche pas d’être vigilants. Certains pays seront plus ou moins sensibles à la conjoncture. Certains, à cause des cours du pétrole, s’ils se maintiennent à la baisse. D’autres comme le Gabon et le Cameroun sont exposés au ralentissement de l’exploitation forestière, et enfin en RD Congo, le Katanga pourrait souffrir d’éventuelles répercussions de la baisse du prix du cobalt et du cuivre.

Les constructeurs des marchés émergents constituent-ils une menace ?
Depuis un peu moins de deux ans, nous observons en effet sur nos différents marchés l’arrivée progressive de véhicules chinois. Pour le moment, il ne semble pas y avoir de stratégie commerciale très élaborée. Pour simplifier, on ne sait pas comment arrivent les véhicules, mais ils sont là. Ce sont plutôt des pick-up, des 4x4, des petits camions et des bus. La rapidité avec laquelle les constructeurs chinois se sont implantés dans les pays du Maghreb nous amène à réfléchir aux réponses que nous devrons apporter, le moment venu, à cette nouvelle concurrence.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias "Lhaqed", est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agents des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Maroc : Rachid El Hahi, 41 ans, l'action politique

Derrière le peintre, il y a le militant politique, celui qui, en 1991, comptait déjà parmi les signataires de la charte d'Agadir, premier document recensant les principales revendications amazighs et[...]

Maroc : Brahim Oummad, 31 ans, le développement durable

Sur le mont Alban, à 1 600 mètres d'altitude, les jeunes d'Imider ont improvisé un petit campement où ils organisent souvent des sit-in pour protester contre la politique d'exclusion[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex