Extension Factory Builder
13/12/2008 à 20:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Patron du deuxième opérateur marocain de télécoms, il reste discret depuis six mois. L’ annonce du plan stratégique 2009 devrait rompre ce silence.

Service minimum. Le nouveau directeur général de Méditel, Mohamed Elmandjra, est resté très discret depuis sa nomination fin avril à la tête du deuxième opérateur de télécoms marocain. Il y a bien eu quelques rencontres avec les médias. De retour au Maroc, à 45 ans, ayant fait l’essentiel de sa carrière dans l’électronique médicale aux États-Unis après un PhD en génie biomédical de l’université de Cleveland, l’homme devait en effet se faire connaître. Il a aussi tenu une conférence de presse le 2 juillet pour annoncer un plan d’investissement de 4,2 milliards de DH (380 millions d’euros) sur deux ans, dont 75 % autofinancés. La destination des fonds n’a pas été précisée.
Mais la presse n’a pas été réunie à l’occasion de la parution des résultats trimestriels, le 13 novembre. Ils ne sont pas excellents, il est vrai : un chiffre d’affaires de 5,4 milliards DH sur neuf mois, en hausse de 7 % en un an. « Le marché progresse de 10 % à 12 % par an, nous fait remarquer Mohamed Elmandjra en visite à Jeune Afrique. Méditel doit retrouver une croissance à deux chiffres. » Il devrait expliquer comment il compte y parvenir avant la fin de l’année. Enfin, une conférence de presse pour annoncer officiellement son plan stratégique 2009-2011 ? « Il est temps, commente le journaliste Bachir Thiam, l’un des meilleurs connaisseurs du secteur. Aux yeux des Marocains, la bataille n’oppose plus Méditel à Maroc Télécom, mais Wana à Maroc Télécom. » Le premier, contre le petit nouveau, opérationnel depuis moins d’un an, et ses 260 000 clients. Effacé, le numéro deux historique, créé il y a dix ans et détenteur d’un tiers du marché avec 7,4 millions d’abonnés…
Son directeur général en est conscient. Mais il a voulu s’attaquer en priorité à l’interne. Et là, il a fait le maximum. D’abord pour rassurer le personnel, déstabilisé par le changement de patron. « Cela nous a perturbés d’octobre à avril », reconnaît un cadre qui préfère ne pas être cité. Mohamed Elmandjra veut aussi mobiliser, remotiver les troupes : « J’ai constaté que nous avions les moyens humains d’obtenir de bien meilleurs résultats. » Après dix-huit ans aux États-Unis, notamment au sein du groupe GE, l’un des plus exigeants au monde en termes de performances, il sait de quoi il parle.
Mi-juin, le directeur général réunit l’ensemble de son personnel à Marrakech. Deux jours de réflexion et d’échanges directs, y compris avec le nouveau patron. 900 personnes peuvent dialoguer avec cet homme facilement abordable, posé, sympathique et à l’écoute. Mais déterminé. Le ton n’est jamais cassant mais la volonté d’avancer est claire. Les ateliers de travail relisent le passé, des campagnes commerciales aux querelles intestines, en passant par les faiblesses techniques. C’est là que sont présentées les grandes lignes du plan stratégique 2009-2011.
Elmandjra lève un coin du voile : « Nous vendions du téléphone mobile aux particuliers comme aux entreprises. C’est cette activité que nous allons développer car elle offre la meilleure valeur ajoutée. » Le développement de ce segment sera orchestré par un nouveau collaborateur, ancien de Cisco Maroc. Difficile d’en savoir plus, Mohamed Elmandjra réserve les détails à ses actionnaires. En souriant, il donne l’objectif : « C’est vrai que nous sommes le deuxième opérateur, chronologiquement et par la clientèle. Mais dans ce domaine, nous deviendrons numéro un. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Philippe Oberman

Article précédent :
Samia Ghali

Maroc

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, 'Monsieur 100 000 Volts'

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Le Maroc, la présentatrice égyptienne et les travailleurs du sexe

Les Marocains dénoncent des assauts d’"antimarocanisme" primaire de la part des médias égyptiens. En cause : les scènes caricaturales d’une série télé et,[...]

Mohammed VI : mosquées marocaines sous surveillance

En interdisant aux imams toute activité politique ou syndicale, le roi du Maroc Mohammed VI renforce son ascendant sur les lieux de culte. Un processus entamé il y a plus de dix ans.[...]

Les secrets du succès des Chaabi

Il y a le père, Miloud, berger devenu milliardaire. Et ses enfants, qui règnent avec lui sur Ynna Holding, groupe présent de l'immobilier à la grande distribution. Visite d'un empire[...]

Maroc : au 23 morts dans l'effondrement d'immeubles à Casablanca

Après trois jours de recherches, les autorités marocaines ont annoncé, dimanche soir, qu'au moins 23 personnes sont mortes dans l'effondrement d'immeubles d'habitation à Casablanca le 12 juillet.[...]

Maroc : Espagnols cherchent travail

Fuyant le chômage et la crise, de nombreux Ibériques - toutes catégories sociales confondues - tentent leur chance au Maroc. Avec des fortunes diverses.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers