Extension Factory Builder
13/12/2008 à 20:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Patron du deuxième opérateur marocain de télécoms, il reste discret depuis six mois. L’ annonce du plan stratégique 2009 devrait rompre ce silence.

Service minimum. Le nouveau directeur général de Méditel, Mohamed Elmandjra, est resté très discret depuis sa nomination fin avril à la tête du deuxième opérateur de télécoms marocain. Il y a bien eu quelques rencontres avec les médias. De retour au Maroc, à 45 ans, ayant fait l’essentiel de sa carrière dans l’électronique médicale aux États-Unis après un PhD en génie biomédical de l’université de Cleveland, l’homme devait en effet se faire connaître. Il a aussi tenu une conférence de presse le 2 juillet pour annoncer un plan d’investissement de 4,2 milliards de DH (380 millions d’euros) sur deux ans, dont 75 % autofinancés. La destination des fonds n’a pas été précisée.
Mais la presse n’a pas été réunie à l’occasion de la parution des résultats trimestriels, le 13 novembre. Ils ne sont pas excellents, il est vrai : un chiffre d’affaires de 5,4 milliards DH sur neuf mois, en hausse de 7 % en un an. « Le marché progresse de 10 % à 12 % par an, nous fait remarquer Mohamed Elmandjra en visite à Jeune Afrique. Méditel doit retrouver une croissance à deux chiffres. » Il devrait expliquer comment il compte y parvenir avant la fin de l’année. Enfin, une conférence de presse pour annoncer officiellement son plan stratégique 2009-2011 ? « Il est temps, commente le journaliste Bachir Thiam, l’un des meilleurs connaisseurs du secteur. Aux yeux des Marocains, la bataille n’oppose plus Méditel à Maroc Télécom, mais Wana à Maroc Télécom. » Le premier, contre le petit nouveau, opérationnel depuis moins d’un an, et ses 260 000 clients. Effacé, le numéro deux historique, créé il y a dix ans et détenteur d’un tiers du marché avec 7,4 millions d’abonnés…
Son directeur général en est conscient. Mais il a voulu s’attaquer en priorité à l’interne. Et là, il a fait le maximum. D’abord pour rassurer le personnel, déstabilisé par le changement de patron. « Cela nous a perturbés d’octobre à avril », reconnaît un cadre qui préfère ne pas être cité. Mohamed Elmandjra veut aussi mobiliser, remotiver les troupes : « J’ai constaté que nous avions les moyens humains d’obtenir de bien meilleurs résultats. » Après dix-huit ans aux États-Unis, notamment au sein du groupe GE, l’un des plus exigeants au monde en termes de performances, il sait de quoi il parle.
Mi-juin, le directeur général réunit l’ensemble de son personnel à Marrakech. Deux jours de réflexion et d’échanges directs, y compris avec le nouveau patron. 900 personnes peuvent dialoguer avec cet homme facilement abordable, posé, sympathique et à l’écoute. Mais déterminé. Le ton n’est jamais cassant mais la volonté d’avancer est claire. Les ateliers de travail relisent le passé, des campagnes commerciales aux querelles intestines, en passant par les faiblesses techniques. C’est là que sont présentées les grandes lignes du plan stratégique 2009-2011.
Elmandjra lève un coin du voile : « Nous vendions du téléphone mobile aux particuliers comme aux entreprises. C’est cette activité que nous allons développer car elle offre la meilleure valeur ajoutée. » Le développement de ce segment sera orchestré par un nouveau collaborateur, ancien de Cisco Maroc. Difficile d’en savoir plus, Mohamed Elmandjra réserve les détails à ses actionnaires. En souriant, il donne l’objectif : « C’est vrai que nous sommes le deuxième opérateur, chronologiquement et par la clientèle. Mais dans ce domaine, nous deviendrons numéro un. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Philippe Oberman

Article pr�c�dent :
Samia Ghali

Maroc

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJA20081213204108 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJA20081213204108 from 172.16.0.100