Extension Factory Builder
13/12/2008 à 20:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Patron du deuxième opérateur marocain de télécoms, il reste discret depuis six mois. L’ annonce du plan stratégique 2009 devrait rompre ce silence.

Service minimum. Le nouveau directeur général de Méditel, Mohamed Elmandjra, est resté très discret depuis sa nomination fin avril à la tête du deuxième opérateur de télécoms marocain. Il y a bien eu quelques rencontres avec les médias. De retour au Maroc, à 45 ans, ayant fait l’essentiel de sa carrière dans l’électronique médicale aux États-Unis après un PhD en génie biomédical de l’université de Cleveland, l’homme devait en effet se faire connaître. Il a aussi tenu une conférence de presse le 2 juillet pour annoncer un plan d’investissement de 4,2 milliards de DH (380 millions d’euros) sur deux ans, dont 75 % autofinancés. La destination des fonds n’a pas été précisée.
Mais la presse n’a pas été réunie à l’occasion de la parution des résultats trimestriels, le 13 novembre. Ils ne sont pas excellents, il est vrai : un chiffre d’affaires de 5,4 milliards DH sur neuf mois, en hausse de 7 % en un an. « Le marché progresse de 10 % à 12 % par an, nous fait remarquer Mohamed Elmandjra en visite à Jeune Afrique. Méditel doit retrouver une croissance à deux chiffres. » Il devrait expliquer comment il compte y parvenir avant la fin de l’année. Enfin, une conférence de presse pour annoncer officiellement son plan stratégique 2009-2011 ? « Il est temps, commente le journaliste Bachir Thiam, l’un des meilleurs connaisseurs du secteur. Aux yeux des Marocains, la bataille n’oppose plus Méditel à Maroc Télécom, mais Wana à Maroc Télécom. » Le premier, contre le petit nouveau, opérationnel depuis moins d’un an, et ses 260 000 clients. Effacé, le numéro deux historique, créé il y a dix ans et détenteur d’un tiers du marché avec 7,4 millions d’abonnés…
Son directeur général en est conscient. Mais il a voulu s’attaquer en priorité à l’interne. Et là, il a fait le maximum. D’abord pour rassurer le personnel, déstabilisé par le changement de patron. « Cela nous a perturbés d’octobre à avril », reconnaît un cadre qui préfère ne pas être cité. Mohamed Elmandjra veut aussi mobiliser, remotiver les troupes : « J’ai constaté que nous avions les moyens humains d’obtenir de bien meilleurs résultats. » Après dix-huit ans aux États-Unis, notamment au sein du groupe GE, l’un des plus exigeants au monde en termes de performances, il sait de quoi il parle.
Mi-juin, le directeur général réunit l’ensemble de son personnel à Marrakech. Deux jours de réflexion et d’échanges directs, y compris avec le nouveau patron. 900 personnes peuvent dialoguer avec cet homme facilement abordable, posé, sympathique et à l’écoute. Mais déterminé. Le ton n’est jamais cassant mais la volonté d’avancer est claire. Les ateliers de travail relisent le passé, des campagnes commerciales aux querelles intestines, en passant par les faiblesses techniques. C’est là que sont présentées les grandes lignes du plan stratégique 2009-2011.
Elmandjra lève un coin du voile : « Nous vendions du téléphone mobile aux particuliers comme aux entreprises. C’est cette activité que nous allons développer car elle offre la meilleure valeur ajoutée. » Le développement de ce segment sera orchestré par un nouveau collaborateur, ancien de Cisco Maroc. Difficile d’en savoir plus, Mohamed Elmandjra réserve les détails à ses actionnaires. En souriant, il donne l’objectif : « C’est vrai que nous sommes le deuxième opérateur, chronologiquement et par la clientèle. Mais dans ce domaine, nous deviendrons numéro un. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Philippe Oberman

Article précédent :
Samia Ghali

Maroc

Mohammed VI : le Maroc peut intégrer 'le concert des pays émergents'

Mohammed VI : le Maroc peut intégrer "le concert des pays émergents"

Lors de son discours, mercredi, à l'occasion de la "Fête de la révolution, du roi et du peuple, Mohammed VI a estimé que le Maroc avait vocation à intégrer "le concert des pays &e[...]

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

L'architecte marocain Rachid Andaloussi a dessiné, avec Christian de Portzamparc, le projet CasArts, à Casablanca. Un théâtre conçu comme une "medina culturelle" qui vise à[...]

Au Maroc, le combat d'une mère célibataire contre l'exclusion

"Je me bats pour mon fils malgré les regards et les jugements impitoyables", lance avec détermination Khadija, une mère célibataire de 27 ans, dans un rare témoignage sur le combat[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Maroc : nouvel assaut massif de migrants subsahariens sur la barrière de Melilla

Plusieurs centaines de migrants subsahariens ont tenté mardi d'entrer dans l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc. Par ailleurs, 470 autres ont été secourus dans le détroit de Gibraltar.[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Maroc : quand le PAM fait sa mue

Créé en 2008 par Fouad Ali El Himma, un proche du roi du maroc, le Parti Authenticité et Modernité (PAM) tente de se donner une nouvelle image. Notamment en multipliant les incursions sur le[...]

Sahara : l'autonomie, sinon rien

L'arrivée au pouvoir en 1999, à trois mois d'intervalle, d'Abdelaziz Bouteflika et de Mohammed VI avait suscité l'espoir raisonné d'un new deal entre les deux frères ennemis du[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers