Extension Factory Builder
12/01/2012 à 19:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les fournisseurs d'accès à internet camerounais vont interconnecter leurs réseaux. Les fournisseurs d'accès à internet camerounais vont interconnecter leurs réseaux. © AFP

L'accès à Internet reste un luxe au Cameroun. La faute aux monopoles qui renchérissent les coûts, même si une prochaine interconnexion des réseaux doit légèrement améliorer le service aux utilisateurs.

Après deux ans de discussions, les fournisseurs d'accès à internet (FAI) camerounais sont sur le point de trouver un accord pour interconnecter leurs réseaux. À la clé, des économies de bande passante importantes pour les FAI, et un service amélioré pour les internautes. Pas assez pourtant pour démocratiser le web. Un débit de 1 mégaoctet coûte environ 150 euros par mois, en raison du double monopole de Camtel, l'opérateur public, sur l'accès au câble SAT3, et de France Télécom sur SAT3 lui-même, unique liaison sous-marine du pays avec le réseau mondial. Le mégaoctet est vendu 850 euros par mois par Camtel aux fournisseurs d'accès, contre 20 euros en France.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

'Plus jamais Ebola...' : ce sera sans Manu Dibango

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être b&eac[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Boko Haram : Laurent Fabius au Tchad pour souligner la "solidarité" de la France

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, débute samedi une tournée au Tchad et au Cameroun, avant le Niger dimanche, pour affirmer "la solidarité" de Paris[...]

Boko Haram : l'armée camerounaise accusée de nombreuses exactions contre les civils

Les populations du nord du Cameroun subissent des violences de la part non seulement des terroristes de Boko Haram, mais aussi de l’armée nationale. C’est le constat rendu public mercredi par le Réseau[...]

Cameroun : l'armée face à la pieuvre Boko Haram

Notre envoyé spécial a suivi l'armée camerounaise à la frontière avec le Nigeria. Harcelée jour et nuit, cette dernière tente d'empêcher la secte islamiste de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJA-F2F327B8C2226 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJA-F2F327B8C2226 from 172.16.0.100