Extension Factory Builder
21/09/2008 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Les choses bougent positivement chez les musulmans de France et vous l'ignorez. Normal, personne ne prend la peine de vous le dire… Rachida Dati est enceinte et vous ne le savez que trop ? Pas étonnant, toute la presse en parle. Quel rapport, me direz-vous ? C'est bien simple : l'usage consiste, dans ces chères contrées européennes - et surtout en France -, à ne présenter, rayon islam, que des produits défectueux, des pratiques périmées et des codes d'honneur morbides.
Garçons portés sur la violence et terroristes en herbe ; mâles misogynes n'hésitant pas à voiler leurs filles ou à leur imposer un mari, quand ils ne s'avisent pas d'annuler un mariage pour vice d'hymen ; pratiquants obtus qui poussent les tribunaux français à ajourner des procès pour cause de ramadan… La liste, comme on le voit, est longue.
Et voilà qu'une musulmane épanouie comme pas deux affiche un ventre rond sur toutes les couvertures de magazines, sans gêne ni fichu, et personne n'applaudit ! Le bébé, de surcroît, a été conçu hors mariage, et sa famille ne souffle mot ni ne lui jette la pierre… Pourtant le père de l'enfant n'est pas identifié - comble de la hchouma (« honte ») - et Rachida ne conçoit aucune gêne à le laisser dire… Le lignage masculin étant sacré chez les Arabes, n'y a-t-il aucun « grand frère » pour laver dans le sang l'honneur de la garde des Sceaux ? Personne, non plus, pour l'accuser de zina (« fornication »), honnie d'Allah ? Les oulémas du Maroc ou d'Algérie, où Rachida a ses racines, n'ont-ils pas émis de fatwas ?
On peut légitimement se demander pourquoi les médias français, si prompts à invoquer la religion musulmane (pour en faire, souvent, la cause de tous les maux), ont oublié les origines culturelles et religieuses de la ministre française de la Justice. Comme par magie, Rachida Dati enceinte aurait cessé d'être une « femme arabe d'origine maghrébine », comme on a l'habitude de la caricaturer ? Pour une fois que preuve est faite de la réaction tolérante et moderne de l'islam de France, je pense, moi, que c'était l'occasion ou jamais - peut-être même le devoir - de le faire savoir. Et plutôt deux fois qu'une, au lieu de continuer à glaner des fatwas de caniveaux…
Par conséquent, chers confrères, chères consœurs, même si on m'a appris que le boulot de journaliste consistait d'abord à parler des trains qui arrivent en retard, je vous prie de témoigner, au moins pour cette fois, que le train de l'islam s'est conformé à l'heure du monde. Vous qui ne cessez d'évoquer une ministre « symbole de la communauté », « emblème de l'immigration », l'accusant parfois d'être la « Beurette de service » (au grand dam de l'intéressée), je vous en prie, allez-y sans hésitation, abusez de l'étiquette communautaire, dites haut et fort que Rachida est musulmane d'origine immigrée ! Et surtout, n'oubliez pas de signaler que ni sa grossesse hors mariage, ni sa vie amoureuse atypique n'ont l'air de choquer les musulmans. Ce sera une victoire sur l'obscurantisme autant que sur les islamophobes de tout poil.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

AUTRES

Nigeria : la soeur de la ministre du Pétrole enlevée par des hommes armés

Nigeria : la soeur de la ministre du Pétrole enlevée par des hommes armés

La sœur de la ministre du pétrole du Nigeria a été enlevée par des hommes armés dans la plaque tournante pétrolière de Port-Harcourt, dans le Delta du Niger, au sud du pays.[...]

Qui est vraiment Filipe Nyusi, le prochain président du Mozambique ?

D'après les décomptes finaux des votes publiés hier, jeudi 23 octobre, Filipe Jacinto Nyusi, le candidat du Frelimo, remporterait dès le premier tour la présidentielle du 15 octobre au Mozambi[...]

Ebola - Football : que faire de la CAN 2015 ? Les professionnels répondent

Alors que le sort de la CAN 2015 se jouera début novembre, "Jeune Afrique" a demandé aux internautes s’ils souhaitaient que la compétition se dispute au Maroc aux dates prévues, qu&rs[...]

France : les ressortissants tunisiens de France votent pour les législatives

Les ressortissants tunisiens de France se sont présentés aux urnes vendredi afin d’élire dix députés de l’Assemblée du peuple à l’occasion des élections l[...]

Égypte : dans le Sinaï, un attentat fait de nombreuses victimes parmi les militaires

Un attentat à la voiture piégée a tué au moins 25 soldats égyptiens et blessé une vingtaine de personnes vendredi. Il visait un barrage de l'armée dans le nord de la péninsul[...]

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou salutai[...]

Israël : l'armée arrête un enfant palestinien handicapé mental de onze ans

Cela risque de ne pas arranger l'image de l'armée israélienne. Mise en ligne le 20 octobre par une organisation de défense des droits de l'homme, une vidéo montre ses soldats arrêter, ligoter et[...]

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Les milieux de terrain Guy Lusadisu - qui a remporté deux fois le trophée avec le TP Mazembe - et Toufik Zerara sont deux des hommes forts de l’AS Vita Club et de l’ES Sétif, qui s’affro[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Ebola : des possibles tests de vaccins dès décembre en Afrique, selon l'OMS

Des tests de vaccins anti-Ebola pourraient être menés dès décembre, selon une annonce de l'Organisation mondiale de la Santé, vendredi.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers