Extension Factory Builder
21/09/2008 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Les choses bougent positivement chez les musulmans de France et vous l'ignorez. Normal, personne ne prend la peine de vous le dire… Rachida Dati est enceinte et vous ne le savez que trop ? Pas étonnant, toute la presse en parle. Quel rapport, me direz-vous ? C'est bien simple : l'usage consiste, dans ces chères contrées européennes - et surtout en France -, à ne présenter, rayon islam, que des produits défectueux, des pratiques périmées et des codes d'honneur morbides.
Garçons portés sur la violence et terroristes en herbe ; mâles misogynes n'hésitant pas à voiler leurs filles ou à leur imposer un mari, quand ils ne s'avisent pas d'annuler un mariage pour vice d'hymen ; pratiquants obtus qui poussent les tribunaux français à ajourner des procès pour cause de ramadan… La liste, comme on le voit, est longue.
Et voilà qu'une musulmane épanouie comme pas deux affiche un ventre rond sur toutes les couvertures de magazines, sans gêne ni fichu, et personne n'applaudit ! Le bébé, de surcroît, a été conçu hors mariage, et sa famille ne souffle mot ni ne lui jette la pierre… Pourtant le père de l'enfant n'est pas identifié - comble de la hchouma (« honte ») - et Rachida ne conçoit aucune gêne à le laisser dire… Le lignage masculin étant sacré chez les Arabes, n'y a-t-il aucun « grand frère » pour laver dans le sang l'honneur de la garde des Sceaux ? Personne, non plus, pour l'accuser de zina (« fornication »), honnie d'Allah ? Les oulémas du Maroc ou d'Algérie, où Rachida a ses racines, n'ont-ils pas émis de fatwas ?
On peut légitimement se demander pourquoi les médias français, si prompts à invoquer la religion musulmane (pour en faire, souvent, la cause de tous les maux), ont oublié les origines culturelles et religieuses de la ministre française de la Justice. Comme par magie, Rachida Dati enceinte aurait cessé d'être une « femme arabe d'origine maghrébine », comme on a l'habitude de la caricaturer ? Pour une fois que preuve est faite de la réaction tolérante et moderne de l'islam de France, je pense, moi, que c'était l'occasion ou jamais - peut-être même le devoir - de le faire savoir. Et plutôt deux fois qu'une, au lieu de continuer à glaner des fatwas de caniveaux…
Par conséquent, chers confrères, chères consœurs, même si on m'a appris que le boulot de journaliste consistait d'abord à parler des trains qui arrivent en retard, je vous prie de témoigner, au moins pour cette fois, que le train de l'islam s'est conformé à l'heure du monde. Vous qui ne cessez d'évoquer une ministre « symbole de la communauté », « emblème de l'immigration », l'accusant parfois d'être la « Beurette de service » (au grand dam de l'intéressée), je vous en prie, allez-y sans hésitation, abusez de l'étiquette communautaire, dites haut et fort que Rachida est musulmane d'origine immigrée ! Et surtout, n'oubliez pas de signaler que ni sa grossesse hors mariage, ni sa vie amoureuse atypique n'ont l'air de choquer les musulmans. Ce sera une victoire sur l'obscurantisme autant que sur les islamophobes de tout poil.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

AUTRES

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine 'Time'

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la[...]

Soudan du Sud : le Conseil de sécurité brandit la menace de sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé jeudi d'émettre des sanctions ciblées contre les responsables d'exactions au Soudan du Sud.[...]

Mehdi Jomâa : "Redresser l'État tunisien est une obligation"

Alors qu'il achève une tournée diplomatique visant à mobiliser les partenaires de la Tunisie pour la sortir du marasme, le Premier ministre Mehdi Jomâa s'est livré à Jeune Afrique. Il revie[...]

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même ê[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur [...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et leu[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa pugnacit&eacut[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces