Extension Factory Builder
21/09/2008 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Lundi 15 septembre. Dans un bureau de vote de l'est de Kigali, des haut-parleurs hurlent des chansons invitant les citoyens à se rendre aux urnes et vantant les vertus de la démocratie. Un jeune homme se présente. Il dispose d'une vieille pièce d'identité, mais son nom ne figure pas sur les listes électorales : il ne peut pas voter. Un autre affirme être enregistré en province, jure ne pouvoir, faute d'argent, faire le voyage et souhaite accomplir son devoir civique dans la capitale. Las, la loi électorale le lui interdit. Un troisième n'a ni carte d'électeur ni pièce d'identité : il est courtoisement éconduit…
En dehors de quelques incidents de ce type, les législatives rwandaises se sont bien passées (près de 5 millions d'électeurs ont participé au scrutin). Mais le suspense n'a certes pas été au rendez-vous en raison de l'hégémonie exercée par le Front patriotique rwandais (FPR) et ses alliés. Le FPR a remporté 42 des 53 sièges mis en jeu. Les deux partis n'appartenant pas à la coalition au pouvoir - le Parti social-démocrate (PSD) et le Parti libéral (PL) - n'ont guère fait que de la figuration : 7 députés pour le premier, 4 pour le second. Des instructions fermes avaient été données à tous les candidats avant le début de la campagne électorale : pas de démagogie, pas d'attaque personnelle, pas d'invective. Bref, c'est le « consensus à la rwandaise ».
Mais l'événement de ce scrutin, c'est l'arrivée en force des femmes - qui, conséquence du génocide de 1994, représentent 55 % de l'électorat - au Parlement : elles détenaient 48 % des sièges dans la précédente Assemblée, contre 56,25 % cette fois. De ce point de vue, aucun pays au monde ne fait mieux, la Suède (47 %), Cuba (43,2 %), la Finlande (41,5 %) et l'Argentine (40 %) restant dans ce palmarès à distance respectueuse.
Aux Rwandaises élues sur les listes des partis s'ajoutent 24 députées choisies par des collèges électoraux de femmes, au scrutin indirect : 2 à Kigali, 4 dans le Nord, 6 dans le Sud, l'Est et l'Ouest. Et deux autres désignées au terme d'un scrutin du même type réservé aux jeunes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

AUTRES

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine 'Time'

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la[...]

Soudan du Sud : le Conseil de sécurité brandit la menace de sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé jeudi d'émettre des sanctions ciblées contre les responsables d'exactions au Soudan du Sud.[...]

Mehdi Jomâa : "Redresser l'État tunisien est une obligation"

Alors qu'il achève une tournée diplomatique visant à mobiliser les partenaires de la Tunisie pour la sortir du marasme, le Premier ministre Mehdi Jomâa s'est livré à Jeune Afrique. Il revie[...]

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même ê[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur [...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et leu[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa pugnacit&eacut[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces