Extension Factory Builder
21/09/2008 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le Congrès pour la démocratie et le progrès et le Front populaire ivoirien décident de travailler ensemble.

Après la paix des braves entre les deux pays, voici celle des partis politiques. Le 17 septembre, à Ouagadougou, les deux formations au pouvoir en Côte d'Ivoire et au Burkina, le Front populaire ivoirien (FPI) et le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ont scellé leur alliance en signant un protocole de coopération. Ces formations se réclamant de la social-démocratie entendent travailler main dans la main dans plusieurs domaines : échanges d'informations, formation de cadres, harmonisation des idées… L'accord qualifié d'historique pose-t-il la première pierre vers une fusion ultérieure et la création d'un parti panafricain sur le modèle du Rassemblement démocratique africain (RDA) ? « Ce n'est pas exclu », indique le président du CDP, Roch Marc Christian Kaboré.
Cette signature est intervenue après la tenue, les 13 et 14 septembre, de la convention nationale du parti de Blaise Compaoré, qui peine toujours à surmonter ses dissensions internes. La rencontre a permis aux 2 000 délégués venus des 45 provinces du Burkina d'assister au retour dans le rang des six membres du bureau exécutif suspendus en juin dernier pour « indiscipline ». Dans une lettre publiée peu avant la rencontre, ces « refondateurs », qui avaient sévèrement critiqué la gestion du parti en avril dernier, se sont engagés « au respect strict des textes fondamentaux » du CDP. « Mais nous continuons de contester les raisons de notre suspension. Nous voulons davantage débattre sur les questions d'actualité pressante comme la vie chère. Nous ne voulons pas d'un nouveau parti unique », explique l'un des refondateurs, Oubkiri Marc Yao, ancien premier vice-président de l'Assemblée nationale. « Cette lettre sera examinée, après quoi nous trancherons », souligne Roch Marc Christian Kaboré. Une exclusion est donc encore possible.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

AUTRES

Le FMI met en garde l'Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Le FMI met en garde l'Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Après la visite en Algérie (17 septembre-1er octobre) d'une délégation du Fonds monétaire international, une sévère mise en garde a été[...]

"Sale Marocain !"

Il existe aux Pays-Bas une institution nommée "Kinderombudsman", qui est chargée de veiller sur la bonne santé des enfants du pays, ou plutôt sur leur "bien-être". Par e[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

Algérie-Maroc : Rabat accuse l'armée algérienne d'avoir ouvert le feu sur des civils marocains

Le Maroc a fustigé un "acte irresponsable" et sommé l'Algérie de s'expliquer après des coups de feu tirés samedi à la frontière entre les deux pays.[...]

Égypte : sept soldats tués par une bombe dans le Sinaï

Sept soldats égyptiens ont été tués et quatre blessés dimanche par l'explosion d'une bombe au passage de leur véhicule dans la péninsule du Sinaï, ont indiqué des resp[...]

Nigeria : débarrassé d'Ebola, le pays est "mieux préparé" en cas de nouvelle épidémie

Trois mois après l'arrivée au Nigeria du premier malade d'Ebola, l'épidémie, enrayée, a fait un nombre limité de victimes dans le pays le plus peuplé d'Afrique grâce à[...]

Libye : les États-Unis et des pays européens réclament la fin des combats

Les Etats-Unis et les grandes puissances d'Europe occidentale ont réclamé samedi la "fin immédiate" des combats en Libye, où des forces gouvernementales ont lancé des opération[...]

Centrafrique : médiation internationale à Bangui après les violences

Une délégation de la médiation internationale dans la crise centrafricaine était en visite à Bangui samedi pour rencontrer autorités et groupes armés afin de "ramener le calm[...]

Madagascar : une manifestation de soutien à Ravalomanana dispersée par la police

Une manifestation de soutien à l'ancien président malgache Marc Ravalomanana, placé en résidence surveillée, a été dispersée samedi par la police au prix de quelques heurts[...]

Nigeria : les lycéennes enlevées bientôt libres après un "accord" avec Boko Haram

Les proches des lycéennes enlevées au Nigeria osaient à peine exprimer samedi leur joie de les voir bientôt libres, au lendemain de l'annonce d'un accord de cessez-le-feu avec le groupe islamiste arm&e[...]

Vatican : vote très attendu à l'issue d'un synode sur la famille et l'homosexualité

Les participants au synode sur la famille, réunis depuis deux semaines au Vatican, devaient voter samedi un document final, concluant des débats mouvementés sur des sujets de société brûl[...]

Élections au Mozambique : le chef de la Renamo promet qu'il n'aura pas recours à la violence

Afonso Dhlakama, le chef du parti d'opposition Renamo au Mozambique, estime que les élections de mercredi n'ont pas été honnêtes, mais a promis samedi de ne pas recourir à la violence.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers