Extension Factory Builder
19/11/2006 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Air Afrique est morte une seconde fois. Premier PDG de la compagnie panafricaine (1961-1973), le Sénégalais Cheikh Boubacar Fall est mort le 12 novembre, à Dakar. Il avait 83 ans. Tous ceux qui l'ont connu gardent de cet ingénieur diplômé de l'École supérieure d'électricité de Paris (Supelec), le souvenir d'une forte personnalité. Chez lui, la rigueur mathématique n'éclipsait jamais totalement le côté bon vivant, avec ses éclats de rire et ses reparties parfois cinglantes.
Cet ancien élève de math sup au lycée Louis-le-Grand (il avait pour correspondant un certain Léopold Sédar Senghor) pouvait se montrer imprévisible - et prompt à épouser une cause juste. À la tête de l'Association générale des étudiants africains en France, il entre très tôt en contact avec Félix Houphouët-Boigny, le leader du Rassemblement démocratique africain (RDA), pour lui témoigner la solidarité des intellectuels africains face à la répression coloniale en Côte d'Ivoire. De cet épisode naît une solide amitié entre les deux hommes.
À la fin de ses études, Cheikh Fall est invité par le futur chef de l'État ivoirien à s'installer à Abidjan. Le 25 juin 1961, il est nommé à la tête d'Air Afrique. Dans un premier temps, il se tient à l'écart des intrigues et des passions qui entourent la naissance du nouveau pavillon. Et puis, son langage sans fard et ses méthodes peu accommodantes finissent par incommoder nombre de chefs d'État. L'appui d'Houphouët lui est alors précieux.
Le 6 décembre 1972, il annonce son intention de quitter ses fonctions « au plus tard à la fin de l'exercice 1973 ». S'il caresse confusément l'idée d'une carrière politique, il décline l'offre que lui fait le Premier ministre Abdou Diouf, à la demande de Senghor, d'entrer dans le gouvernement sénégalais. Du coup, la rumeur fait de lui un possible candidat à la présidentielle de janvier 1973. Pour Senghor, c'en est trop. En novembre 1972, il fait part à Houphouët de son désir de voir Cheikh Fall, dont le mandat s'achève en mars 1974, relevé de ses fonctions. Les deux hommes abordent à nouveau le sujet en marge du sommet de la CEAO, en avril 1973, et se mettent d'accord sur l'échéance du mois de décembre suivant. Mais Senghor ne peut plus attendre, il veut que Cheikh Fall s'en aille en septembre. Un conseil d'administration est convoqué le 25 juin. S'estimant trompé, Houphouët menace de claquer la porte. Les choses finissent par rentrer dans l'ordre, quatre jours plus tard, à l'issue d'un voyage d'Abdou Diouf à Yamoussoukro. C'est finalement l'Ivoirien Aoussou Koffi qui prendra la tête de la compagnie.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
C'est pour bientôt

Article précédent :
Un ambassadeur nommé Mandela

AUTRES

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou salutai[...]

Israël : l'armée arrête un enfant palestinien handicapé mental de onze ans

Cela risque de ne pas arranger l'image de l'armée israélienne. Mise en ligne le 20 octobre par une organisation de défense des droits de l'homme, une vidéo montre ses soldats arrêter, ligoter et[...]

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Les milieux de terrain Guy Lusadisu - qui a remporté deux fois le trophée avec le TP Mazembe - et Toufik Zerara sont deux des hommes forts de l’AS Vita Club et de l’ES Sétif, qui s’affro[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Ebola : des possibles tests de vaccins dès décembre en Afrique, selon l'OMS

Des tests de vaccins anti-Ebola pourraient être menés dès décembre, selon une annonce de l'Organisation mondiale de la Santé, vendredi.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

L'impossible "État palestinien"

C'est le Moyen-Orient qui sollicite, une fois de plus, notre attention cette semaine. Non pas parce qu'il est le théâtre de conflits armés d'un nouveau genre ou d'atroces guerres civiles. Ni à c[...]

Nigeria - Boko Haram : peut-on encore espérer quelque chose du cessez-le-feu ?

Le 17 octobre, un accord de cessez-le-feu avec Boko Haram, incluant la libération des 200 lycéennes enlevées il y a six mois, était annoncé par les autorités tchadiennes et nigérian[...]

RD Congo : la production d'or pourrait tripler en 2014

 La RD Congo pourrait produire 18 tonnes d'or cette année, selon Martin Kabwelulu, le ministre des Mines du pays d'Afrique centrale. C'est trois fois le volume produit l'an dernier.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Tunisie : la campagne pour les législatives touche à sa fin

Dernier jour de campagne des législatives en Tunisie. En attendant la confirmation, ou pas, de la bipolarisation du paysage politique tunisien par les urnes, retour sur le terrain avec deux figures de Nidaa Tounes et d&r[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers