Extension Factory Builder
19/11/2006 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Air Afrique est morte une seconde fois. Premier PDG de la compagnie panafricaine (1961-1973), le Sénégalais Cheikh Boubacar Fall est mort le 12 novembre, à Dakar. Il avait 83 ans. Tous ceux qui l'ont connu gardent de cet ingénieur diplômé de l'École supérieure d'électricité de Paris (Supelec), le souvenir d'une forte personnalité. Chez lui, la rigueur mathématique n'éclipsait jamais totalement le côté bon vivant, avec ses éclats de rire et ses reparties parfois cinglantes.
Cet ancien élève de math sup au lycée Louis-le-Grand (il avait pour correspondant un certain Léopold Sédar Senghor) pouvait se montrer imprévisible - et prompt à épouser une cause juste. À la tête de l'Association générale des étudiants africains en France, il entre très tôt en contact avec Félix Houphouët-Boigny, le leader du Rassemblement démocratique africain (RDA), pour lui témoigner la solidarité des intellectuels africains face à la répression coloniale en Côte d'Ivoire. De cet épisode naît une solide amitié entre les deux hommes.
À la fin de ses études, Cheikh Fall est invité par le futur chef de l'État ivoirien à s'installer à Abidjan. Le 25 juin 1961, il est nommé à la tête d'Air Afrique. Dans un premier temps, il se tient à l'écart des intrigues et des passions qui entourent la naissance du nouveau pavillon. Et puis, son langage sans fard et ses méthodes peu accommodantes finissent par incommoder nombre de chefs d'État. L'appui d'Houphouët lui est alors précieux.
Le 6 décembre 1972, il annonce son intention de quitter ses fonctions « au plus tard à la fin de l'exercice 1973 ». S'il caresse confusément l'idée d'une carrière politique, il décline l'offre que lui fait le Premier ministre Abdou Diouf, à la demande de Senghor, d'entrer dans le gouvernement sénégalais. Du coup, la rumeur fait de lui un possible candidat à la présidentielle de janvier 1973. Pour Senghor, c'en est trop. En novembre 1972, il fait part à Houphouët de son désir de voir Cheikh Fall, dont le mandat s'achève en mars 1974, relevé de ses fonctions. Les deux hommes abordent à nouveau le sujet en marge du sommet de la CEAO, en avril 1973, et se mettent d'accord sur l'échéance du mois de décembre suivant. Mais Senghor ne peut plus attendre, il veut que Cheikh Fall s'en aille en septembre. Un conseil d'administration est convoqué le 25 juin. S'estimant trompé, Houphouët menace de claquer la porte. Les choses finissent par rentrer dans l'ordre, quatre jours plus tard, à l'issue d'un voyage d'Abdou Diouf à Yamoussoukro. C'est finalement l'Ivoirien Aoussou Koffi qui prendra la tête de la compagnie.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
C'est pour bientôt

Article pr�c�dent :
Un ambassadeur nommé Mandela

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Burundi : la galaxie Nkurunziza, ces hommes qui ont fait échec au coup d'État

Alors qu'il séjournait à Dar es-Salaam, Pierre Nkurunziza a été "destitué", le 13 mai, par une frange de l'armée burundaise, avant de reprendre le contrôle de la situation [...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le sta[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Burkina : quel avenir pour le RSP ?

Au lendemain du coup de sang du régiment de sécurité présidentielle (RSP) contre Isaac Zida, le Premier ministre de transition, le 4 février, Michel Kafando avait annoncé la c[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil s'inst[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Bientôt une usine marocaine pour PSA Peugeot Citroën

Selon l'agence "Bloomberg", non démentie par PSA Peugeot Citroën, ce dernier prévoit d'ouvrir une usine au Maroc d'une capacité inférieure à 100 000 véhicules par [...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays d'Afri[...]

Burundi : le patron d'un média privé convoqué par le parquet

La convocation du patron de Radio-Télé Renaissance vendredi au parquet de Bujumbura est liée au coup d'État manqué des 13 et 14 mai.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers