Extension Factory Builder
05/10/2008 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

10 octobre 1980

Ce 10 octobre 1980, en pleine prière du vendredi, à 13 h 30 précises, la ville d'El-Asnam, à mi-distance entre Oran et Alger, tremble, se tord, comme prise de convulsions. D'une force inouïe, 7,2 sur l'échelle de Richter, le séisme et une violente réplique trois heures plus tard font 2 633 morts, des milliers de blessés, de disparus et de sans-abri sur une population de 120 000 habitants. La ville offre une vision apocalyptique : un tiers des bâtiments ne sont plus que gravats. Les destructions sont telles qu'El-Asnam - ou plutôt ce qui en reste - se retrouve quasi déconnecté du reste du pays : liaisons téléphoniques, électricité et gaz sont coupés pendant dix jours. La ligne ferroviaire entre Alger et El-Asnam est hors d'usage. Des failles fracturent les routes. Depuis l'épicentre, à Beni Rached, un village à 15 km au nord-est d'El-Asnam, la terre a tremblé dans un rayon de plus de 300 km, jusqu'à Alger, Oran, Tiaret. Et les répliques se sont succédé, entretenant la peur qu'une secousse plus forte encore ne vienne engloutir la ville et ses habitants. Paniqués, les survivants prennent la fuite.

Le bâti ancien, peu élevé - un à deux étages -, a le mieux résisté. Des immeubles récents, vieux d'à peine deux ou trois ans, ne subsistent que des pans de murs troués. Mairie, écoles, mosquées, hôtels, pylônes électriques… tout est à terre. L'hôpital lui-même est en ruine, et c'est vers Alger et Oran, à équidistance d'El-Asnam (210 et 220 km), que sont évacués les blessés. L'armée est en première ligne. Des bénévoles qui affluent de toutes parts viennent prêter main-forte. Des équipes de secours sont dépêchées par les gouvernements étrangers. La solidarité et la dignité dont font preuve les Algériens forcent le respect de tous les médias internationaux venus couvrir l'événement.
Il ne s'agit pas là d'une première. En septembre 1954, un séisme d'une magnitude de 6,7 sur l'échelle de Richter avait déjà secoué El-Asnam, qui portait alors le nom d'Orléansville, faisant 1 340 morts. La terre avait également tremblé auparavant, en 1922 et en 1934. Et le risque qu'une telle catastrophe se reproduise est élevé : toute la zone côtière du nord de l'Algérie est située sur une faille due au chevauchement des plaques tectoniques eurasienne et africaine, cette dernière bougeant vers le nord-ouest de près de 6 millimètres par an.

En arabe, el-asnam signifie « les statues » ou « les idoles », en référence à des statues romaines découvertes dans la région. Au lendemain du drame de 1980, la ville est rebaptisée Chlef, du nom du fleuve qui la traverse, pour conjurer le mauvais sort… d'une appellation jugée païenne. Dans la foulée, les autorités instaurent une réglementation destinée à réduire le risque sismique. Mais, vingt-huit ans plus tard, des milliers de sinistrés sont encore logés dans les quelque 13 000 chalets préfabriqués censés leur servir d'hébergement provisoire. À bout de patience, leurs occupants se sont soulevés en mai 2008, exigeant que le programme de réhabilitation doté par l'État soit enfin appliqué.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Afrique : les dossiers chauds

Article précédent :
Un modèle économique en vogue

AUTRES

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visas !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visas !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisation sous-régionale, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visas d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolats fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.  [...]

Burundi : un diplomate de l'ONU est expulsé du pays

Le Burundi a expulsé un diplomate de l'ONU, a annoncé jeudi le ministère des Relations extérieures du pays. Cette décision fait suite à la diffusion d'une note interne des Nations unies [...]

67e Festival de Cannes : un Africain en lice pour la palme d'or

La sélection officielle du 67e Festival de Cannes a été présentée jeudi à la presse. Dans la liste des films retenus, le réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako défend[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

La Tunisie nomme quatre nouveaux ambassadeurs

Sans attendre le traditionnel mouvement diplomatique de l'été, quatre nouveaux ambassadeurs de Tunisie vont être nommés.[...]

Soudan du Sud : plusieurs blessés dans une fusillade devant une base de l'ONU

Plusieurs personnes ont été blessées, jeudi, près de Bor au Soudan du Sud, dans une fusillade à l'extérieur d'une base de l'ONU. Cette base héberge près de 5 000 civils aya[...]

Sénégal : en attendant son procès, Karim Wade, en détention depuis un an, reste en prison

En attendant son procès, Karim Wade va rester en détention provisoire. En prison depuis un an jour pour jour, le fils de l'ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, sera jugé dans deu[...]

Daniel Kablan Duncan : en Côte d'Ivoire, "nul n'échappera à la justice"

Aujourd'hui Charles Blé Goudé, demain Simone Gbagbo... Le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, insiste sur la nécessité de juger tous les acteurs de la crise postélectorale. L[...]

Espagne : le roi d'Espagne a-t-il comploté contre le gouvernement dans les années 1980 ?

Le roi d'Espagne a-t-il, en 1980, donné son feu vert à une tentative de coup d'État militaire ? C'est la thèse d'un livre qui fait scandale.[...]

Côte d'Ivoire : le gouvernement lance les travaux aux urgences du CHU de Cocody

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, le ministre des Postes et des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Bruno Nabagné Koné, a annoncé à l’issue du conseil[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers