Extension Factory Builder
05/10/2008 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

10 octobre 1980

Ce 10 octobre 1980, en pleine prière du vendredi, à 13 h 30 précises, la ville d'El-Asnam, à mi-distance entre Oran et Alger, tremble, se tord, comme prise de convulsions. D'une force inouïe, 7,2 sur l'échelle de Richter, le séisme et une violente réplique trois heures plus tard font 2 633 morts, des milliers de blessés, de disparus et de sans-abri sur une population de 120 000 habitants. La ville offre une vision apocalyptique : un tiers des bâtiments ne sont plus que gravats. Les destructions sont telles qu'El-Asnam - ou plutôt ce qui en reste - se retrouve quasi déconnecté du reste du pays : liaisons téléphoniques, électricité et gaz sont coupés pendant dix jours. La ligne ferroviaire entre Alger et El-Asnam est hors d'usage. Des failles fracturent les routes. Depuis l'épicentre, à Beni Rached, un village à 15 km au nord-est d'El-Asnam, la terre a tremblé dans un rayon de plus de 300 km, jusqu'à Alger, Oran, Tiaret. Et les répliques se sont succédé, entretenant la peur qu'une secousse plus forte encore ne vienne engloutir la ville et ses habitants. Paniqués, les survivants prennent la fuite.

Le bâti ancien, peu élevé - un à deux étages -, a le mieux résisté. Des immeubles récents, vieux d'à peine deux ou trois ans, ne subsistent que des pans de murs troués. Mairie, écoles, mosquées, hôtels, pylônes électriques… tout est à terre. L'hôpital lui-même est en ruine, et c'est vers Alger et Oran, à équidistance d'El-Asnam (210 et 220 km), que sont évacués les blessés. L'armée est en première ligne. Des bénévoles qui affluent de toutes parts viennent prêter main-forte. Des équipes de secours sont dépêchées par les gouvernements étrangers. La solidarité et la dignité dont font preuve les Algériens forcent le respect de tous les médias internationaux venus couvrir l'événement.
Il ne s'agit pas là d'une première. En septembre 1954, un séisme d'une magnitude de 6,7 sur l'échelle de Richter avait déjà secoué El-Asnam, qui portait alors le nom d'Orléansville, faisant 1 340 morts. La terre avait également tremblé auparavant, en 1922 et en 1934. Et le risque qu'une telle catastrophe se reproduise est élevé : toute la zone côtière du nord de l'Algérie est située sur une faille due au chevauchement des plaques tectoniques eurasienne et africaine, cette dernière bougeant vers le nord-ouest de près de 6 millimètres par an.

En arabe, el-asnam signifie « les statues » ou « les idoles », en référence à des statues romaines découvertes dans la région. Au lendemain du drame de 1980, la ville est rebaptisée Chlef, du nom du fleuve qui la traverse, pour conjurer le mauvais sort… d'une appellation jugée païenne. Dans la foulée, les autorités instaurent une réglementation destinée à réduire le risque sismique. Mais, vingt-huit ans plus tard, des milliers de sinistrés sont encore logés dans les quelque 13 000 chalets préfabriqués censés leur servir d'hébergement provisoire. À bout de patience, leurs occupants se sont soulevés en mai 2008, exigeant que le programme de réhabilitation doté par l'État soit enfin appliqué.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Afrique : les dossiers chauds

Article pr�c�dent :
Un modèle économique en vogue

AUTRES

Benjamin Stora : 'La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants'

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et d[...]

Zambie : Guy Scott refuse de démissionner malgré la pression de ses ministres

La plupart de ses ministres ont exigé son départ. Qu'importe : le président zambien par intérim, Guy Scott, a assuré mercredi qu'il ne démissionnerait pas avant l'élection pr&eacu[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-food africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-food africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi [...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu mercredi un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la révol[...]

Rwanda : fermeture différée pour le TPIR ?

Basé à Arusha, en Tanzanie, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) ne devrait pas fermer ses portes avant août 2015.[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le syst&egra[...]

Afrique du Sud : une suite de la biographie de Nelson Mandela sera publiée en 2015

Une suite de l'autobiographie de Nelson Mandela "Un long chemin vers la liberté" sera publiée l'an prochain en Afrique du Sud, a indiqué mercredi la fondation de l'ancien président sud-afric[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la M[...]

RDC : ça se passe comme ça, à L'Espace Ngoma de Kisangani

Créée en 2006, cette salle de spectacle est le point de ralliement des artistes boyomais. En pratique, elle sert aussi de maison de la culture et rayonne bien au-delà de Kisangani.[...]

Abbé Malumalu : "En tant que citoyen, je souhaite que la Constitution de la RDC soit respectée"

Faut-il organiser les scrutins locaux avant la présidentielle et les législatives de 2016 en RDC ? Non, selon l'opposition, qui redoute un report de ces échéances nationales. Oui, dit le pr&eacu[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers