Extension Factory Builder
05/10/2008 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

10 octobre 1980

Ce 10 octobre 1980, en pleine prière du vendredi, à 13 h 30 précises, la ville d'El-Asnam, à mi-distance entre Oran et Alger, tremble, se tord, comme prise de convulsions. D'une force inouïe, 7,2 sur l'échelle de Richter, le séisme et une violente réplique trois heures plus tard font 2 633 morts, des milliers de blessés, de disparus et de sans-abri sur une population de 120 000 habitants. La ville offre une vision apocalyptique : un tiers des bâtiments ne sont plus que gravats. Les destructions sont telles qu'El-Asnam - ou plutôt ce qui en reste - se retrouve quasi déconnecté du reste du pays : liaisons téléphoniques, électricité et gaz sont coupés pendant dix jours. La ligne ferroviaire entre Alger et El-Asnam est hors d'usage. Des failles fracturent les routes. Depuis l'épicentre, à Beni Rached, un village à 15 km au nord-est d'El-Asnam, la terre a tremblé dans un rayon de plus de 300 km, jusqu'à Alger, Oran, Tiaret. Et les répliques se sont succédé, entretenant la peur qu'une secousse plus forte encore ne vienne engloutir la ville et ses habitants. Paniqués, les survivants prennent la fuite.

Le bâti ancien, peu élevé - un à deux étages -, a le mieux résisté. Des immeubles récents, vieux d'à peine deux ou trois ans, ne subsistent que des pans de murs troués. Mairie, écoles, mosquées, hôtels, pylônes électriques… tout est à terre. L'hôpital lui-même est en ruine, et c'est vers Alger et Oran, à équidistance d'El-Asnam (210 et 220 km), que sont évacués les blessés. L'armée est en première ligne. Des bénévoles qui affluent de toutes parts viennent prêter main-forte. Des équipes de secours sont dépêchées par les gouvernements étrangers. La solidarité et la dignité dont font preuve les Algériens forcent le respect de tous les médias internationaux venus couvrir l'événement.
Il ne s'agit pas là d'une première. En septembre 1954, un séisme d'une magnitude de 6,7 sur l'échelle de Richter avait déjà secoué El-Asnam, qui portait alors le nom d'Orléansville, faisant 1 340 morts. La terre avait également tremblé auparavant, en 1922 et en 1934. Et le risque qu'une telle catastrophe se reproduise est élevé : toute la zone côtière du nord de l'Algérie est située sur une faille due au chevauchement des plaques tectoniques eurasienne et africaine, cette dernière bougeant vers le nord-ouest de près de 6 millimètres par an.

En arabe, el-asnam signifie « les statues » ou « les idoles », en référence à des statues romaines découvertes dans la région. Au lendemain du drame de 1980, la ville est rebaptisée Chlef, du nom du fleuve qui la traverse, pour conjurer le mauvais sort… d'une appellation jugée païenne. Dans la foulée, les autorités instaurent une réglementation destinée à réduire le risque sismique. Mais, vingt-huit ans plus tard, des milliers de sinistrés sont encore logés dans les quelque 13 000 chalets préfabriqués censés leur servir d'hébergement provisoire. À bout de patience, leurs occupants se sont soulevés en mai 2008, exigeant que le programme de réhabilitation doté par l'État soit enfin appliqué.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Afrique : les dossiers chauds

Article précédent :
Un modèle économique en vogue

AUTRES

Burkina : qui sont les principaux acteurs du 30 octobre ?

Burkina : qui sont les principaux acteurs du 30 octobre ?

La situation restait confuse jeudi en fin de journée au Burkina Faso. L’armée semblait avoir pris le contrôle de la situation en annonçant la dissolution du gouvernement et en instaurant une[...]

Au Burkina, l'armée annonce une transition de douze mois pour diriger le pays

Une déclaration du chef d'État-major général des armées du Burkina, Honoré Nabéré Traoré, annonce la dissolution de l'Assemblée nationale ainsi que du gouvern[...]

Exclusif : la lettre de François Hollande qui mettait en garde Blaise Compaoré

Dans une lettre datée du 7 octobre, le chef de l'État français, François Hollande, mettait en garde Blaise Compaoré. Il lui expliquait comment le Burkina pourrait "être un exemple"[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de Tillab&e[...]

Burkina : Blaise Compaoré assure vouloir remettre le pouvoir à l'issue d'une transition

En prenant d'assaut l'Assemblée nationale, jeudi matin, à Ouagadougou, les manifestants ont eu raison du vote du projet de loi sur la modification de la Constitution burkinabè, qui doit permettre à Blai[...]

La grande mosquée Massalikoul Djinane de Dakar sort de terre

Ce sera la plus grande mosquée du pays et sans doute d'Afrique de l'Ouest. Un chantier colossal, des mensurations qui donnent le tournis... Le tout grâce à la générosité des mouride[...]

RDC : neuf nouveaux corps de civils découverts à Beni

La société civile locale a annoncé jeudi la découverte de neuf nouveaux corps de personnes assassinées dans plusieurs localités du territoire de Beni, portant le bilan de récents ma[...]

Ebola - CAN 2015 : Keita, Chermiti, Ndinga, N'Ganga... l'idée d'un report fait son chemin

Si l’avenir de la CAN 2015 (17 janvier-8 février) se jouera dans les prochains jours, les joueurs potentiellement concernés par la compétition commencent à s’exprimer. Et ceux que Jeune Af[...]

Ebola : le co-découvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Le codécouvreur du virus Ebola, Peter Piot, a fait part jeudi de son inquiétude quant aux risques de propagation du virus en Chine, qui a une très importante communauté en Afrique de l'Ouest.[...]

Kenya : Ban Ki-Moon appelle à mettre fin à l'excision

Dans le cadre d'une campagne mondiale contre l'excision lancée avec le quotidien britannique "The Guardian", Ban Ki-moon a appelé jeudi à Nairobi à mettre fin à la mutilation gén[...]

Mozambique : le candidat du Frelimo, Filipe Nyusi, officiellement élu président

La Commission électorale nationale du Mozambique (NEC) a annoncé jeudi les résultats officiels de l'élection présidentielle du 15 octobre. Filipe Jacinto Nyusi, le candidat du Frelimo, en sort va[...]

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

À la suite d'une requête d'association des droits humains, la Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné jeudi pour la troisième fois à la police nationale d'ouvrir une enquête sur des c[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers