Extension Factory Builder
31/10/2004 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le dernier bilan fait état de 87 morts, des musulmans du sud de la Thaïlande victimes des méthodes musclées des forces de l'ordre Les circonstances du drame - 78 personnes mortes asphyxiées dans des camions militaires qui les conduisaient vers un camp de détention - et les commentaires cyniques du Premier ministre Thaksin Shinawatra ont provoqué la colère des habitants de ces provinces à majorité musulmane. La riposte ne s'est pas fait attendre : vendredi 29 au matin, deux bombes ont explosé à Yala, blessant 11 policiers et 7 civils.

Rappel des faits. Tôt dans la matinée du 25 octobre, quelque 2 000 personnes manifestent devant le commissariat de Narathiwat pour demander la libération de six musulmans. Ces derniers, membres d'une milice locale, sont accusés d'avoir vendu des armes à des militants islamistes. Rapidement, la police et l'armée tentent de disperser la foule à coups de canons à eau et de grenades lacrymogènes. Six manifestants sont tués par balles, trois autres sont retrouvés noyés. Arrêtées, ligotées, couchés à même le sol torse nu, 78 personnes vont connaître une fin effroyable.
Entassées à bord de véhicules militaires pour être conduites dans des camps de détention, toutes mourront en route, littéralement étouffées.
Juste après avoir félicité ses troupes pour leur réactivité et leur efficacité, le Premier ministre a laissé entendre que les manifestants étaient drogués, avant d'ajouter qu'ils avaient succombé à cause de leur faiblesse physique due au jeûne du ramadan. Autrement dit, les musulmans n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes et à leur religion...

Ces propos n'ont pas manqué de scandaliser la communauté internationale, qui avait jusque-là félicité la Thaïlande pour son engagement dans la lutte contre le terrorisme. Thaksin Shinawatra était même devenu le leader moral de l'Asean (Association des nations du Sud-Est asiatique) et avait décroché un accord commercial privilégié avec les États-Unis. Aujourd'hui, il doit répondre des 420 morts que les provinces musulmanes pleurent depuis janvier.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

AUTRES

Présidentielle tunisienne : Marzouki et Essebsi polémiquent au sujet de la Constitution

Présidentielle tunisienne : Marzouki et Essebsi polémiquent au sujet de la Constitution

Les quelques lignes adressées par Mohamed Moncef Marzouki, le président sortant, à son rival Béji Caïd Essebsi, chef du parti majoritaire à la nouvelle Assemblée, pour lui demander[...]

Abdel Fattah al-Sissi à Paris : la Libye, les affaires et le dilemme des droits de l'homme

Après l'Italie, la France accueille mercredi Abdel Fattah al-Sissi pour une visite de deux jours à Paris. Malgré son lourd bilan en matière de droits de l'homme, le président égyptien deme[...]

Exclusif : libération d'un prêtre polonais enlevé en octobre dans l'ouest de la Centrafrique

Le père Mateusz Dziedzic, un prêtre polonais enlevé mi-octobre dans l'ouest de la Centrafrique, a été libéré mercredi.[...]

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Du 27 au 30 novembre, le Maroc organise le Forum mondial des droits de l'homme. Un événement chargé de symboles pour un pays qui sort d'un passé marqué par de nombreuses violations des droits h[...]

Mauritanie : drôle de stratégie

Plus puissant que jamais au sortir de deux années électorales qui auront vu son parti remporter haut la main, fin 2013, les scrutins législatifs et municipaux, avant que lui-même se fasse pl&eacu[...]

"La trinité bantoue" : Max Lobe chez les Helvètes

En suivant les tribulations d'un sympathique antihéros, le jeune auteur camerounais Max Lobe ausculte avec empathie la société suisse... et son propre pays d'origine.[...]

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

En raison de la chute de Blaise Compaoré, les groupes rebelles maliens se sont retrouvés à Niamey avant la reprise des négociations à Alger.[...]

Espagne : scandales de corruption à tous les étages

Les affaires de corruption éclaboussent toute la classe politique, droite et gauche confondues. Elles expliquent en partie le succès foudroyant de Podemos, un nouveau parti d'extrême gauche.[...]

#Tumechoka ou quand les Kényans sont "fatigués" des attaques des Shebab

Des centaines de manifestants kényans ont occupé mardi l'avenue Harambee, à Nairobi, où se trouve le principal complexe gouvernemental. Une mobilisation relayée sur les réseaux sociaux pou[...]

Football : les fédérations d'Afrique australe boudent le Maroc

Dans un communiqué publié le 22 novembre, les fédérations d'Afrique australe expliquent qu'elles déclinent l'invitation de Rabat à venir assister, en décembre, à la Coupe du [...]

Tunisie : Ennahdha protège ses arrières

Alors qu'un second tour de la présidentielle doit encore être organisé en décembre, les négociations ont déjà commencé entre Nidaa Tounès et Ennahdha pour la formation [...]

Nord-Mali : deux soldats tués et cinq autres blessés par une mine

Une voiture de l'escorte du ministre malien du Développement rural a sauté mardi sur une mine dans le nord du pays. Deux militaires ont été tués et cinq autres grièvement blessés, s[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers