Guerre au Mali : l'Afrique sous le choc

01/02/2013 à 08:15 Par Jeune Afrique

L'intervention française au Mali contre les jihadistes était certainement inévitable. Pour autant, les risques de voir apparaître un nouvel Afghanistan aux confins du Sahel ne sont pas à exclure. Une guerre juste ? Sans doute. Mais jusqu'à quand ?

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

10 réaction(s)

1.
Abe - 03/02/2013 à 18h:02

Une reconciliation nationale entre tous les partis reste urgente. La lenteur des armees africaines, et la strategie francaise de limiter son intervention terrestre au Mali, a je crains donner victoire au Jihadiste. Car la duree de ce conflit reste la seule tactique des Jihadistes. .

2.
Tiendur - 01/02/2013 à 18h:02

Ce que je ne supporte pas dans cet article, c'est le parallèle entre Sarkozy et Hollande. Que ce soit en Libye ou en Côte d'Ivoire, le premier a choisi une partie de la population contre une autre : cela s'appelle de l'ingérence. Au Mali, Hollande a répondu au SOS d'un pays agressé..

3.
nyambarindon - 01/02/2013 à 12h:02

L'on peut deviner qu'il y sera acceuilli en triomphe,comme un libérateur.Comme le fut son prédécesseur Sarkozy à Benghazi,en septembre 2011.Que seront les lendemains de cette visite,quand on sait qu'à peine 18 mois après l'euphorique visite de Benghazi,français et anglais sont en train de s'enfuir de Libye,face à l'insécurité?.

4.
lorgnette - 01/02/2013 à 11h:02

"Réconciliation entre Maliens du Sud et du Nord" : il n'y a pas de pb Nord-Sud ! La minorité Tamasheq doit avoir toute sa place, mais ne peut prétendre représenter le Nord à elle seule. Les autres peuples du Nord (Songhaïs, Peuls, Bozos, Arabes, Dogons, etc.) ont des élus représentatifs. Où sont ceux des Tamasheqs ? Le MNLA s'est discrédité, les jihadistes no comment. Retour aux vieux chefs ?.

5.
Mory Samake - 01/02/2013 à 11h:02

Difficile de dire mieux. Malien, c'est surtout le futur qui me tracasse. Merci de nous éclairer comme d'habitude..

6.
Negro - 01/02/2013 à 10h:02

Des lendemains qui déchantent! L'Afropessimisme, nous en connaissons déjà un bon bout dans les journaux occidentaux et les chancelleries occidentales. Dommage que Jeune Afrique s'inscrive aussi dans cette vision..

7.
xav - 01/02/2013 à 10h:02

Mali : peuple fier ? Eux qui ont accepté le coup d'Etat de Sanogo, eux qui n'ont rien compris au terrorisme djihadiste, qui n'ont pas eu le courage de lutter contre, qui applaudissent aujourd'hui bien trop bruyamment la France qu'ils ont pourtant l'habitude de vilipender... Si lA l'ONU, ou à l'UA si elle en a la volonté et la capacité, de prendre très bientôt la suite politiquement..

8.
Bauval - 01/02/2013 à 10h:02

Un lecteur d'Angers appréciant votre avis. Juste une petite remarque pour mieux situer mon opinion: Votre conclusion: "...la France, l'Afrique et le Mali doivent désormais gérer." Je l'aurais écrite: "L'Afrique, le Mali et L'Europe doivent désormais gérer".

9.
youssouf - 01/02/2013 à 09h:02

On dirait que tout le monde souhaite que cette guerre ce prolonge. Le Mali n'est pas l'afghanistan et les deux guerres ne sont pas les mêmes. La France est en guerre contre des terroristes qui ne sont pas des maliens en majorité et non contre une partie de la population malienne comme en Afhanistan..

10.
John - 01/02/2013 à 09h:02

Monsieur Francois Soudant, À la lecture de votre article, on a le sentiment que selon vous, laisser faire les Salafistes au Mali-amputations des membres, lapidations, Flagellations, sacages des monuments milénaires et autres actes barbares aurait été mieux, pour éviter toutes les craintes que vous décrivez si bien dans votre article ? .

Mali

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a annoncé[...]

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers