Tunisie : le baromètre du désespoir

09/01/2013 à 10:01 Par Jeune Afrique

Chaque trimestre depuis deux ans, l'institut Emrhod Consulting s'efforce de mesurer ce que les Tunisiens pensent de leurs dirigeants et de leurs responsables politiques, mais aussi de notions plus abstraites comme le bonheur ou la religion. La dernière livraison est particulièrement intéressante.

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

6 réaction(s)

1.
Luc - 11/01/2013 à 00h:01

Vu de l\'extérieur mais par un fréquent visiteur, c\'est Nida Tounes qui peut sortir ce pays de ses problèmes.

2.
Yannick Mac Ngoua Eyalou - 10/01/2013 à 21h:01

ses chiffres viennent donc confirmer toute la lucidité et surtout la maturité de ce grand peuple. le problème n'est plus de savoir si le mouvement qui a conduit à la chute de Ben Ali était au fond une révolution ou un simplement soulèvement.le plus important est que la Tunisie retrouve sa place dans le concert des nations..

3.
bel hadj ali hichem - 10/01/2013 à 19h:01

meilleur ou pas le changement s'imposait en tunisie ,il n'y avait pas plus pire que la période d'avant le 14 janvier 2011;forcement on sera meilleur dans l'avenir.

4.
aladin - 10/01/2013 à 07h:01

La Tunisie s'en sort beaucoup mieux que la Syrie, la Libye ou l'Egypte. Je ne crois pas un traitre mots de ces instituts de sondage, crée pour influencer le vote populaire..

5.
BTK - 10/01/2013 à 06h:01

Malgré la culture et l'intelligence des tunisiens, ils restent persuadés qu'il ont fait la révolution, or c'est un soulèvement qui à mal tourné a voir le résultat. Le navire dérive et il n?y a plus d'officiers et les matelots sont livrés a eu même..

6.
NAJIBENHAMIDA - 09/01/2013 à 19h:01

Les tunisiens , peuple cultivé et intelligent, en dehors des 20 pour cent qui voteront pour Ennahda, ont senti , que le climat orageux qui s'installe, annonce , le ravage économique du pays, pour 2013, et il ne voit pas d'issu à leur probleme de tous les jours. Nous avons l'habitude de nous fier au ciel et au nuages sombres pour prévoir le climat pour le lendemain..

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers