Cameroun : 1982-2012, de Biya à Biya

12/11/2012 à 15:33 Par Jeune Afrique

Au Cameroun, l'arrivée au pouvoir de Paul Biya avait fait naître de nombreux espoirs. Trente ans après, le chef de l'État dirige un pays stable mais immobile. Qu'en pensent ceux qui n'ont connu que lui ?

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

8 réaction(s)

1.
oniN - 02/12/2012 à 01h:12

Il ne dirige pas un pays "immobile, mais stable", mais plutôt un pays "immobile, donc stable". Etant entendu qu'il est difficile de ne pas être stable quand on est totalement immobile. La stabilité n'est que la résultante de l'immobilité dans laquelle le Cameroun baigne.

2.
kakadia - 19/11/2012 à 07h:11

The cameroonian population is suffering from its politics and surely our future is uncertain. Personally i don't know what worries me the most staying under Paul biya's reign or after but i guess the one who lives longuer would find out. .

3.
Youssoufa - 14/11/2012 à 15h:11

1982-2012, du néant à la grande réussite des grandes réalisations..

4.
Belphegor - 13/11/2012 à 12h:11

Avec tout ce marasme socio-politique au Cameroun il y a des mercenaires de la plume franco-camerounais comme Calixthe Beyala, Charles Onana, Gaston Kelman, Théophile Kouamouo qui continuent de faire de la longue crise politico-militaire en Cote d?Ivoire leur fonds de commerce tout en occultant tout ce qui concerne les problèmes de leur pays..

5.
Hafis Ruefli - 12/11/2012 à 21h:11

le despotisme doit etre mitigé par les moeurs, les usages, la civilisation. Biya, a oublié que le cameroun n' est pas une monarchie. Un gouvernement despotique,dont la liberté politique n' a jamais existé, parce que la nation n' a jamais eu a participer à l'oeuvre de la législation; puisque a chaque fois c' était avec des fraudes massives qu' il était reconduit au trone.

6.
Hafis Ruefli - 12/11/2012 à 21h:11

La liberté civile, qui est fondée sur la loi, n'existe, que d'une manière précaire, parce que la loi et son exécution dépendent d'une seule volonté, et qu'il n'existe aucune garantie contre les écarts de cette volonté. 30 ans c'est trop, le cameroun est pret et veut tourné la page definitivement..

7.
Hafis Ruefli - 12/11/2012 à 21h:11

le despotisme s'entend de la puissance absolue, illimitée, concentrée sans réserve ni contre-poids dans les mains d'un seul homme, quel que soit l'usage, bon ou mauvais, qu'il en fasse. Cette puissance abusive depuis 30 ans est devenue une tyrannie; une gouvernence maladroite et sans sagesse, un echec. .

8.
Dionkoro - 12/11/2012 à 16h:11

30 ans au pouvoir, on appelle ça dictature et confiscation de pouvoir!!! Je me demande comment es ce qu'un être humain peut endurer à ce siècle 30 ans au même poste??? comment es ce qu'il trouve lui-même cette pratique là? De toute façon, la fin finira inévitablement par arriver! Ou sont partis les grands hommes d'Etats de ce monde???....

Cameroun

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers