Cameroun : 1982-2012, de Biya à Biya

12/11/2012 à 15:33 Par Jeune Afrique

Au Cameroun, l'arrivée au pouvoir de Paul Biya avait fait naître de nombreux espoirs. Trente ans après, le chef de l'État dirige un pays stable mais immobile. Qu'en pensent ceux qui n'ont connu que lui ?

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

8 réaction(s)

1.
oniN - 02/12/2012 à 01h:12

Il ne dirige pas un pays "immobile, mais stable", mais plutôt un pays "immobile, donc stable". Etant entendu qu'il est difficile de ne pas être stable quand on est totalement immobile. La stabilité n'est que la résultante de l'immobilité dans laquelle le Cameroun baigne.

2.
kakadia - 19/11/2012 à 07h:11

The cameroonian population is suffering from its politics and surely our future is uncertain. Personally i don't know what worries me the most staying under Paul biya's reign or after but i guess the one who lives longuer would find out. .

3.
Youssoufa - 14/11/2012 à 15h:11

1982-2012, du néant à la grande réussite des grandes réalisations..

4.
Belphegor - 13/11/2012 à 12h:11

Avec tout ce marasme socio-politique au Cameroun il y a des mercenaires de la plume franco-camerounais comme Calixthe Beyala, Charles Onana, Gaston Kelman, Théophile Kouamouo qui continuent de faire de la longue crise politico-militaire en Cote d?Ivoire leur fonds de commerce tout en occultant tout ce qui concerne les problèmes de leur pays..

5.
Hafis Ruefli - 12/11/2012 à 21h:11

le despotisme doit etre mitigé par les moeurs, les usages, la civilisation. Biya, a oublié que le cameroun n' est pas une monarchie. Un gouvernement despotique,dont la liberté politique n' a jamais existé, parce que la nation n' a jamais eu a participer à l'oeuvre de la législation; puisque a chaque fois c' était avec des fraudes massives qu' il était reconduit au trone.

6.
Hafis Ruefli - 12/11/2012 à 21h:11

La liberté civile, qui est fondée sur la loi, n'existe, que d'une manière précaire, parce que la loi et son exécution dépendent d'une seule volonté, et qu'il n'existe aucune garantie contre les écarts de cette volonté. 30 ans c'est trop, le cameroun est pret et veut tourné la page definitivement..

7.
Hafis Ruefli - 12/11/2012 à 21h:11

le despotisme s'entend de la puissance absolue, illimitée, concentrée sans réserve ni contre-poids dans les mains d'un seul homme, quel que soit l'usage, bon ou mauvais, qu'il en fasse. Cette puissance abusive depuis 30 ans est devenue une tyrannie; une gouvernence maladroite et sans sagesse, un echec. .

8.
Dionkoro - 12/11/2012 à 16h:11

30 ans au pouvoir, on appelle ça dictature et confiscation de pouvoir!!! Je me demande comment es ce qu'un être humain peut endurer à ce siècle 30 ans au même poste??? comment es ce qu'il trouve lui-même cette pratique là? De toute façon, la fin finira inévitablement par arriver! Ou sont partis les grands hommes d'Etats de ce monde???....

Cameroun

Ces humoristes africaines qui brûlent les planches parisiennes

Ces humoristes africaines qui brûlent les planches parisiennes

Vent de révolution sur les planches parisiennes ? Tout porte à croire qu’en matière de stand-up, les femmes de la diaspora africaine prennent le pouvoir. Claudia Tagbo, Tatiana Rojo, Selavie Newway et Ro[...]

Selavie Neway, la persévérante

Vent de révolution sur les planches parisiennes ? Tout porte à croire qu’en matière de stand-up, les femmes de la diaspora africaine prennent le pouvoir. Connue et reconnue au Cameroun, Selavie Neway a[...]

Qui dirige vraiment le Cameroun ?

Le président règne de loin et supervise de haut, chargeant une poignée de fidèles d'appliquer - voire de déchiffrer - ses directives. Et depuis trente-trois ans ça[...]

Un Boeing d'Air France évite de justesse une collision avec le mont Cameroun

Le crash d'un avion d'Air France a été évité de justesse au Cameroun, au début du mois de mai. C'est une alarme d'urgence qui a incité les pilotes à redresser l'appareil. Le Bureau[...]

Cameroun : sur le port de Kribi, Paul Biya joue la montre

 L'impatience grandit chez les candidats ayant postulé pour les deux terminaux, l'un à conteneurs et l'autre polyvalent, du port de Kribi, au Cameroun. Le dossier a été repris en main par la[...]

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Football camerounais : les "stats" d'une crise historique

Trois CAN ratées, une Coupe du monde au goût amer, d'anciennes gloires qui se déchirent... Le football camerounais traverse actuellement l'une des pires périodes de son histoire. Où en est-il [...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Rap camerounais : Tilla "La Marraine"

Impossible de passer à côté d'eux, ils illuminent la scène hip-hop camerounaise. L'un a créé son propre label, les deux autres connaissent des débuts fulgurants.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers