Tunisie : Ennahdha, blocage à tous les étages

27/02/2012 à 18:45 Par Jeune Afrique

Tout semblait sourire au parti islamiste, passé de la clandestinité au gouvernement tunisien en moins d'un an. Mais depuis son arrivée au pouvoir, dissensions internes et contradictions criantes, notamment sur l'attitude à adopter à l'égard des salafistes, le plongent dans le doute.

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

7 réaction(s)

1.
khalsi imed - 02/03/2012 à 15h:03

Ces papiers me rappellent le meme contenu en Turquie avant l arrivee d Erdogan au pouvoir,dont le parti Islamiste a fait de la Turquie une puissance respectee aujourd hui.Laissez les Tunisiens construire leur pays comme bon leur semble.,personnellement je suis tres optimiste et en passant on juge un gouvernement sur ses resultats et non sur ses intentions..

2.
ibn chaabane - 28/02/2012 à 15h:02

tu es loin de la réalité et ton article est loin d?être professionnel. beaucoup des mésanges ou des souhaits personnels qui reflètent ton avis envers ce parti. attendons les prochaines élections dans un an puis jugeons..

3.
OUM - 28/02/2012 à 13h:02

un blocage en surface, car sur le fond, ils oeuvrent habilement par salafistes interposés pour arriver progressivement à leurs buts : lar charia comme base légale, le niqab comme tenue souhaitée, recommandée pour les filles et femmes en commencant par son port à l'école avant de pouvoir l'étendre tous aimuths.

4.
al07 - 28/02/2012 à 11h:02

C'est à la société civile de bouger encore et encore et de faire comprendre à ce gouvernement qu'il n'est que provisoire !! Leurs attaques contre les médias,les syndicats,les femmes et tous ceux et celles qui ne pensent pas comme eux sont les prémices d'une dictature théocratique qu'il faut enrayer à tout prix !! Réveillez vous !.

5.
intello - 28/02/2012 à 09h:02

azul,ou sont les droits des amazighs tunisiens ???? les tunisiens ont remplacer un dictateur par un autre dictateur.ENNAHDA un parti religieux qui a toujours pleurer parcequ il etait persecutée par ben ali et ce meme ENNAHDA persecute a son tours les amazighs tunisiens.le monde a l envers.amazighs tunisiens reveillez vous..

6.
Hamoud Bazzaa - 27/02/2012 à 23h:02

A l'épreuve du pouvoir l'usure peut être brutale, d'autant plus que ces mouvements n'ont aucune expérience de diriger, mais accumulent des images très stéréotypées à la hauteur de leurs frustrations vécues, pour refaire l'histoire. .

7.
Erima - 27/02/2012 à 21h:02

Le Coran est sensé parler de Tolérance ? Mais au combien en font vraiment preuve ?! C'est au partit de se bouger, de s'organiser et de faire ce qui est à faire pour le bien de tous. Mais encore combien de temps leur faudra-t-il ? Là est la question..

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans) quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers