Tunisie : Ennahdha, blocage à tous les étages

27/02/2012 à 18:45 Par Jeune Afrique

Tout semblait sourire au parti islamiste, passé de la clandestinité au gouvernement tunisien en moins d'un an. Mais depuis son arrivée au pouvoir, dissensions internes et contradictions criantes, notamment sur l'attitude à adopter à l'égard des salafistes, le plongent dans le doute.

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

7 réaction(s)

1.
khalsi imed - 02/03/2012 à 15h:03

Ces papiers me rappellent le meme contenu en Turquie avant l arrivee d Erdogan au pouvoir,dont le parti Islamiste a fait de la Turquie une puissance respectee aujourd hui.Laissez les Tunisiens construire leur pays comme bon leur semble.,personnellement je suis tres optimiste et en passant on juge un gouvernement sur ses resultats et non sur ses intentions..

2.
ibn chaabane - 28/02/2012 à 15h:02

tu es loin de la réalité et ton article est loin d?être professionnel. beaucoup des mésanges ou des souhaits personnels qui reflètent ton avis envers ce parti. attendons les prochaines élections dans un an puis jugeons..

3.
OUM - 28/02/2012 à 13h:02

un blocage en surface, car sur le fond, ils oeuvrent habilement par salafistes interposés pour arriver progressivement à leurs buts : lar charia comme base légale, le niqab comme tenue souhaitée, recommandée pour les filles et femmes en commencant par son port à l'école avant de pouvoir l'étendre tous aimuths.

4.
al07 - 28/02/2012 à 11h:02

C'est à la société civile de bouger encore et encore et de faire comprendre à ce gouvernement qu'il n'est que provisoire !! Leurs attaques contre les médias,les syndicats,les femmes et tous ceux et celles qui ne pensent pas comme eux sont les prémices d'une dictature théocratique qu'il faut enrayer à tout prix !! Réveillez vous !.

5.
intello - 28/02/2012 à 09h:02

azul,ou sont les droits des amazighs tunisiens ???? les tunisiens ont remplacer un dictateur par un autre dictateur.ENNAHDA un parti religieux qui a toujours pleurer parcequ il etait persecutée par ben ali et ce meme ENNAHDA persecute a son tours les amazighs tunisiens.le monde a l envers.amazighs tunisiens reveillez vous..

6.
Hamoud Bazzaa - 27/02/2012 à 23h:02

A l'épreuve du pouvoir l'usure peut être brutale, d'autant plus que ces mouvements n'ont aucune expérience de diriger, mais accumulent des images très stéréotypées à la hauteur de leurs frustrations vécues, pour refaire l'histoire. .

7.
Erima - 27/02/2012 à 21h:02

Le Coran est sensé parler de Tolérance ? Mais au combien en font vraiment preuve ?! C'est au partit de se bouger, de s'organiser et de faire ce qui est à faire pour le bien de tous. Mais encore combien de temps leur faudra-t-il ? Là est la question..

Tunisie

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un scrut[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers