Tunisie : Amina risque de six à douze ans de prison

31/05/2013 à 09:00 Par Jeune Afrique

En évoquant une possible "association de malfaiteurs", jeudi 30 mai à Kairouan, le juge d'instruction en charge du dossier d'Amina Tyler rend possible des peines allant de 6 à 12 ans de prison contre la jeune militante Femen. Pour un simple tag sur le muret d'un cimetière.

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

4 réaction(s)

1.
odilejr - 01/06/2013 à 17h:06

Je n'approuve pas forcément le mode d' action des Femen, mais faire des années de prison pour ça !...ces messieurs sont bien vite troublés ! Que toutes les Tunisiennes descendent dans la rue seins nus pour soutenir Amina ! iront-elles toutes en prison ?.

2.
CHE - 01/06/2013 à 03h:06

Par contre prison avec sursis pour les incendiaires de l'ambassade US. Pauvre fille qui n'est encore qu'une enfant.

3.
drmohamedsellam - 31/05/2013 à 17h:05

--Amina un instrument de diversion... Amina est un stratagème monté de toutes piéces par ces roublards nahdhaouis pour camoufler certaines vérités politiques sur la scène et que, par cette diversion,on cherchait à occulter dans l'arrière-fond les préoccupatuions essentielles du peuple....

4.
DIDOUNETOUF - 31/05/2013 à 14h:05

il vaut mieux condamner les Salafistes qui terrorisent la population Tunisienne à des pênes lourdes, que de condamner des filles qui prêchent l'amour et pas la guerre, ce qui prouve que la justice Tunisienne, pratique la loi de deux poids deux mesures, ou alors où est la liberté d'expression? à mon avis il vaut mieux être terroriste en Tunisie qu'un exhibitionniste..

Tunisie

Quand l'émir du Qatar bouscule le protocole tunisien

Quand l'émir du Qatar bouscule le protocole tunisien

Lors de sa visite en Tunisie, cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, l'émir du Qatar ne s'est pas encombré du protocole.[...]

Tunisie : les familles des martyrs de la révolution réclament plus de justice

Les familles des martyrs de la révolution se mobilisent ce mercredi dans la capitale tunisienne. Objectif : protester contre la sentence rendue en appel, le 11 avril, par le tribunal militaire de Tunis contre[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Stéphanie Pouessel : "Beaucoup de Tunisiens reconnaissent l'existence d'un vrai problème de racisme"

Docteur en anthropologie, Stéphanie Pouessel a dirigé l’étude "Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires", publié aux éditions Karthala en 2012. Résidente en Tunisie[...]

Microsoft : Jamel Gafsi, numéro 8

Tunisien formé en Allemagne et en France, Jamel Gafsi dirige le Centre d'ingénierie de Microsoft, à Issy-les-Moulineaux. Portrait.[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Street art : Zoo project en toute liberté

L'artiste franco-algérien qui avait rendu hommage aux martyrs de la révolution tunisienne a été retrouvé mort.[...]

Algérie - Tunisie : quand le business finance le terrorisme

En Tunisie, non loin de la frontière avec l'Algérie, le massif du Chaambi sert de repaire à des contrebandiers et à des groupes armés. Et souvent le business finance le terrorisme.[...]

Tunisie : avec Jomâa, la revanche des diplomates

Mis à rude épreuve par les errements de l'ex-troïka au pouvoir, ils forment désormais l'ossature du gouvernement de Mehdi Jomâa, qui a fait de la restauration de l'image de la Tunisie l'une[...]

Leekens en Tunisie : "Il faut regagner la confiance des supporteurs"

Nommé sélectionneur de la Tunisie pour les deux prochaines années, le Belge Georges Leekens s’est installé à Tunis afin de préparer les qualifications pour la CAN 2015 au Maroc.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers