CAN 2013 : suspendu pour la finale, le Burkinabè Pitroipa pourrait voir sa sanction levée

07/02/2013 à 17:55 Par Jeune Afrique

Expulsé en demi-finale de la CAN 2013 pour "simulation" sur une action qui aurait pu lui valoir un penalty, l’attaquant burkinabè Jonathan Pitroipa a reçu le soutien de nombreux fans pour que sa sanction soitlevée. L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit de sa participation à la finale, dimanche soir à Johannesburg, où les Étalons affrontent les Super Eagles du Nigeria. Verdict de la CAF ce vendredi.

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

12 réaction(s)

1.
Jospin Foé - 10/02/2013 à 12h:02

J' ai l'expression que c'est 2choses l'une : soit l'Arbitre a reçu des instructions de faire gagner le Ghana à tout prix soit il a pris l'argent. C'est quand même trop. Un penalty flagrant refusé nà Jonathan en début de match, un faux pénalty accordé aux Ghanéens, un carton rouge injuts toujours contre le Burkina F. C'est trop .

2.
Maitre des lieux - 08/02/2013 à 19h:02

OLADODO ou je ne sais quoi...tu es un vrai débile et aigre jusque dans tes ongles. cmt peux-tu comparer des prolongations soit disant abusif à ce que le Burkina a vécu sur le terrain. La preuve que tu es en toute évidence hors-jeu, ce carton à bel et bien été annulé; n'en déplaise à toute la centrafricaine !!!!!!!!!!.

3.
OLADODO - 08/02/2013 à 15h:02

L'arbitre s'est trompé, c'est une évidence. Mais dire qu'il faut annuler ce carton serait un dangereux précédent qui laissera la porte ouverte à toutes sortes d'abus et de manipulations les prochaines fois. N'oublions pas,Burkina-RCA, but de la qualification burkinabé à l'issue de longues et inexplicables prolongations. Erreur d'arbitrage ou pas? Alors......

4.
SOUL POWER - 08/02/2013 à 13h:02

L'arbitre de ce match est soit nul ou soit malhonnête. Aussi la CAF devrait mieux choisir ses arbitres surtout à ce niveau de la compétition "une démi-finale"..

5.
Dayondah - 08/02/2013 à 12h:02

L'essentiel est que l'arbitre reconnaisse son erreur pour que Pit joue. L'arbitrage a beau être très discutable si les joueurs sont déterminés, ils gagnent. Le problème est plus que mental...Allez les ETALONS ...Le peuple burkinabé vous soutient et vous soutiendra quelque soit l'issue de cette finale historique. Mais de grace, ramenez nous cette COUPE....

6.
juali - 08/02/2013 à 09h:02

La CAF doit être plus cohérente avec elle-même, comment suspendre l'arbitre pour "ses décisions erratiques" et tergiverser sur l'annulation du 2e carton jaune. C'est aberrant!!!.

7.
noupin paulin - 08/02/2013 à 08h:02

je remercie grandement la CAF d'avoir été aussi prompte pour suspendre l' arbitre Slim.Elle en sortirait plus ggrandie en remettant le joueur Pitroipa dans droit pour discuster la finale contre le Nigeria..

8.
The_African - 07/02/2013 à 23h:02

Il faut enquêter du côté de l'histoire des matchs truqués! L'Arbitre peut forcer l'issue d'un match avec un faux penalty,un  faux carton rouge et ainsi fausser les paris! Qui dit que les arbitres africains sont épargnés par les malversations qui viennent d'être revelées dans le milieu du football et qui semblent concerner tous  les continents?.

9.
AHMED HAMDA ALGERIE - 07/02/2013 à 21h:02

.La C A F devra prendre une décision de justice comme elle l"avait prise en 1976 en permettant au joueur Algérien Ali Bencheik de jouer le match retour de la finale de la coupe d'Afrique des clubs entre le Mouloudia et Hafia Conakry à Alger.Le joueur Algérien ayant été injustement exclu au match allez en guinée .D'ailleurs Ieune Afrique en a fait écho à cette époque là.

10.
ines - 07/02/2013 à 20h:02

C'est vrmt dommage qu'un arbitre fasse ses genres d'erreurs à une compétition de cette envergure .

Burkina Faso

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Burkina : quand Zida et Kafando font le ménage dans les écuries de Compaoré

Depuis leur arrivée aux affaires, les autorités de la transition burkinabè, guidées par le Premier ministre, Isaac Zida, et le président, Michel Kafando, mènent progressivement une[...]

Crise postélectorale ivoirienne : Ouattara promet 15 millions d'euros aux victimes

Le président ivoirien a annoncé lundi soir la création d'un fonds de 15 millions d'euros pour "l'indemnisation" des victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait environ 3[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Récit - Burkina Faso : Thomas Sankara, 16 h 30, le 15 octobre 1987

Des acteurs du drame de la mise à mort de Thomas Sankara et de ses camarades, seul le commanditaire du meurtre demeure inconnu. Mais tous les regards se tournent vers l'ancien frère d'armes, Blaise[...]

Burkina : le gouvernement suspend le CDP, le parti de Blaise Compaoré

Le ministère de l'Administration territoriale a officiellement annoncé lundi la suspension du CDP, le parti de Blaise Compaoré. La Fedap-BC, une association de soutien à l'ancien président, et[...]

Burkina : Sankara, enfin toute la vérité ?

Le mythe est intact, mais l'Histoire reste à écrire. Vingt-sept ans après, les tombeurs de Blaise Compaoré s'apprêtent à rouvrir le dossier explosif de l'assassinat de l'ancien[...]

Burkina : Zida nationalise une entreprise du clan Compaoré

Le Premier ministre burkinabè Isaac Zida a annoncé samedi la nationalisation d'une entreprise appartenant au clan de l'ex-président Blaise Compaoré, affichant la volonté des autorités[...]

Burkina : manifestation pour Norbert Zongo, 16 ans après sa mort

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Ouagadougou en hommage à Norbert Zongo, un journaliste burkinabè assassiné il y a seize ans, le 13 décembre 1998 sous la présidence[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers