Centrafrique : les soldats étrangers sont-ils toujours là ?

25/01/2013 à 16:00 Par Jeune Afrique

Militaires français, contingent sud-africain, troupes des pays d'Afrique centrale. Pendant la crise centrafricaine, au début de l'année, un nombre important de soldats étrangers avaient été déployé à Bangui. Y sont-ils toujours, près de deux semaines après la signature de l’accord de Libreville qui demande notamment le "retrait progressif des toutes les forces militaires non communautaires" ?

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

5 réaction(s)

1.
NDINE - 30/01/2013 à 09h:01

L'intervention sud-africaine en centrafrique ne se justifie pas. Comment comprendre une armée qui se respecte venir combattre des paysans qui réclament un peu de justice envers eux par les pouvoirs qui se sont succédés dans ce pays. Pourtant, l'Afrique u sud a lutté pendant des siècles contre l'injustice. Il aurait donner l'exemple en s'interpoasant plutôt que réprimer..

2.
Patrick - 26/01/2013 à 14h:01

Les Sud-Africains lorgnent autant sur le sous-sol centrafricain que les Francais. Il n ya que leurs interets respectifs en jeu; pas de panafricanisme. Les episodes libyens et ivoiriens ont aussi montre et la faiblesse et le manque de vision de nos freres du pays de Mandela. Seuls les peuples sortent perdants !!.

3.
Otto - 26/01/2013 à 13h:01

evidemment les sud-africains sont là pour des interets economiques assez importants. Mais j'estime que les français sont les derniers à pouvoir se permettre d'etre agacés à cause de cela..

4.
pedrovip - 26/01/2013 à 11h:01

Les temps ont changé, les autorités francaises doivent aussi changer leur regard vis de l'afrique et particulierement de la Centrafrique,. Que vous le vouliez ou pas, au prix de la guerre et des sacrifices, la RCA va se developper, ce qui a toujours fait PEUR à la FRANCE.

5.
Soundiata - 25/01/2013 à 18h:01

La présence sud-africaine agace certainement beaucoup les Français, pas les "Chefs d'Etat d'Afrique centrale". Zuma a fait échec au plan hexagonal qui était de faire partir Bozizé, pour s'emparer de l'uranium, de l'or et du pétrole dont vous parlez M. Duhem!.

Centrafrique

Centrafrique - Martin Ziguélé : 'Le dialogue, oui, l'impunité, jamais !'

Centrafrique - Martin Ziguélé : "Le dialogue, oui, l'impunité, jamais !"

Martin Ziguélé, ancien Premier ministre d'Ange-Félix Patassé, est l'un des plus sérieux candidats à l'élection présidentielle de 2015 en Centrafrique. Ses priorité[...]

Centrafrique : la justice française ouvre une enquête préliminaire sur François Bozizé

La justice française a récemment ouvert une enquête préliminaire à Paris après une plainte des autorités centrafricaines accusant l'ancien président François[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Les pays africains les plus "risqués" pour les entreprises

 Le cabinet de conseil Control Risks présente l'édition 2015 de sa carte annuelle des risques sécuritaires et économiques à travers le monde. Intitulée "le nouveau[...]

En Centrafrique, la croix et le warga

Mélanie Soiron-Fallut est anthropologue.[...]

Pour un dialogue strictement inclusif en Centrafrique

François Bozizé, ancien président de la Centrafrique (2003-2013).[...]

Un an après le lancement de Sangaris, où en est la Centrafrique ?

La France va progressivement retirer ses soldats engagés en Centrafrique, passant de 2 000 hommes actuellement à 1 500 au printemps, a indiqué vendredi le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Un[...]

Centrafrique : opération Sangaris, un an après

Le 5 décembre 2013, des massacres entre civils poussaient la France à intervenir militairement en Centrafrique à travers l'opération Sangaris. Un an après, les tueries ont cessé, mais le[...]

Exclusif - Centrafrique : libération au Cameroun du chef rebelle Abdoulaye Miskine

Les rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ont finalement obtenu la libération de leur chef, Abdoulaye Miskine, en échange de celle, effectuée la veille, du prêtre[...]

Cameroun : la présidence confirme la libération du prêtre polonais et de 15 autres otages

Dans un communiqué publié mercredi, la présidence camerounaise a confirmé la libération d'au moins 16 otages dont un missionnaire polonais, enlevés ces deux derniers mois par des rebelles[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers