Rwanda : le capitaine, l'avion et le génocide

24/01/2013 à 18:44 Par Jeune Afrique

Un document mis au jour par le juge français Marc Trévidic et divulgué le 24 janvier par le quotidien "Le Parisien" repose la question des prestations assurées jusqu'en 1994 par l'ancien gendarme Paul Barril au bénéfice de l'armée génocidaire rwandaise…

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

12 réaction(s)

1.
Ngunda - 27/01/2013 à 06h:01

A Kazadi je redis que l'hypothèse d'une mission d'élimination du Prés. Habyarimana par la bande à Barril est la seule plausible car en "haut lieu" on estimait qu'il avait fait son temps. Il était temps de changer de cheval. Pour le pognon, voyez vous-même si l'on perdait au change !.

2.
faustin - 25/01/2013 à 23h:01

@George. L'armée et les milices du régime issu du coup d'état organisé par les tenants du Hutu power fut l'instrument premier de l'exécution du génocide. Elle est génocidaire. Jugé trop tiède, Habyarimana fut abattu par les siens et sa mort attribuée aux Tutsi pour affoler la population hutu contre les Tutsi et les Hutu modérés. La vérité se précise, vs n'y pouvez plus rien..

3.
faustin - 25/01/2013 à 23h:01

@CESAR. Hutu power ou pawa, aucune appellation n'est constitutive d'un crime. Quel que soit le nom sous lequel il se déguise, le tueur tue. Et ce qu'on lui reproche. Vos arguties laissent la justice indifférente. Ceux qui ont tué ont été identifiés, jugés, condamnés ou en cavale. Et comme le crime de génocide est imprescriptible, pas de souci à vous faire..

4.
faustin - 25/01/2013 à 22h:01

@George.Qu'elle fut l'armée d'un pays aussi petit, envahi et soutenu soit-il, l'armée comme tout l'ancien appareil d'état rwandais ne seront JAMAIS justifiés d'avoir procédé à l'extermination d'un million d'enfants, de femmes, de vieillards et d'hommes tutsi sans défense. Cette façon dont vs croyez justifier le génocide est l'aveu le plus naïf que vous puissiez faire..

5.
George - 25/01/2013 à 17h:01

Sans la moindre justification, l?ancienne armée rwandaise est toujours qualifiée de "génocidaire". On impute à tous ses plans des intentions ''génocidaires??. On ne mentionne pas qu'un petit pays avec une petite armée était envahi par une force bien armée et entraînée appuyée par l'Ouganda à son tour supporté par les ÉU et la UK. Peut on blâmer le gouvernement de vouloir des forces spéciales?.

6.
CESAR - 25/01/2013 à 11h:01

"Hutu Power", c'est du charabia.C'est Hutu Pawa, slogan politique inventé par le feu Karamira Floduard du parti MDR et utilisé lors d'un meetting politique en 1993. C'est une formule concise et frappante qui exprime une idée.Il est essentiellement un outil de communication en politique. Il n'est pas constitutif d'un crime. .

7.
CESAR - 25/01/2013 à 10h:01

Cet article est informativement vide. Les faits évoqués sont postérieurs à l'assassinat du président Habyalimana. Son auteur veut prouver quoi? La fameuse armée de Kagame= armées ougoundaise,burundaise et tanzanienne ainsi que des mercenaires de la Corme de l'Afrique et du Burkina Fasso contre les FAR sous l'embargo. .

8.
Negro - 25/01/2013 à 07h:01

Le soutien des Français au régime de Habyarimana, puis à celui du gouvernement intérimaire qui a orchestré le génocide de 1994 n'est pas un scoop, y compris à travers des mercenaires. De son côté, le FPR avait le soutien en hommes et en matériel de l'OUganda, de la Tanzanie, de l'Ethiopie, de l'Erythrée... Leurs dirigeants ont été décorés par Kagame à diverses occasions..

9.
Abdoul - 25/01/2013 à 00h:01

Comme quoi, le temps est vraiment l'autre nom de Dieu; La vérité finit toujours par triompher. .

10.
Ngunda - 24/01/2013 à 20h:01

"La mayonaise africaine" a dit P. Barill ! Parfaitement en phase donc avec son patron de Président qui déclarait tranquilement : "Dans ces contrées-là, le génocide est sans importance". Cela fait près de 20 ans que le million de morts rwandais demandent en vain qu'on lui justice et ceci explique cela. .

Rwanda

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces