Guerre au Mali : la France "pas seule", mais presque

17/01/2013 à 16:01 Par Jeune Afrique

La France apparaît pour le moment bien isolée sur le terrain dans l’intervention contre les islamistes radicaux au Mali. En attendant le déploiement des forces de la Cedeao et des pays africains tels que le Tchad et le Burundi, les soutiens n’arrivent qu’au compte-goutte, notamment en provenance de l’Europe. Passage en revue de l’aide, hors-africaine, apportée à la France.

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

7 réaction(s)

1.
jaques - 22/01/2013 à 18h:01

L'Espagne à mis un avion transporteur à la disposition de la France aussi.

2.
glouni - 18/01/2013 à 20h:01

et bien quand les americains disent on vous prete un avion de transport pour vous epauler au Mali, il faut comprendre: on vous loue un avion 20 000 000$ la semaine n'y voir aucune implication et aucune aide. juste du commerce. http://warnewsupdates.blogspot.fr/2013/01/us-decides-to-assist-french-in-mali.html Ce n'est pas le cas de tout les pays engagés ceci dit mais je n'ai pas de sources..

3.
Malien - 17/01/2013 à 23h:01

Une fois encore merci aux troupes francaises, sans elles tout le Mali serait aujourd'hui entre les mains de ces islamistes. La CEDEAO se prepare depuis le debut de cette crise et on ne voit toujours rien de son cote. Et l'Afrique du Sud dans tout ca ? Il faut eviter de faire la politique de l'autruche comme ATT..

4.
HD - 17/01/2013 à 19h:01

En finir avec le terrorisme en face est une bonne chose, grâce à tout cet arsenal militaire, mais il faut s'attendre aussi au terrorisme qui arrive par derrière, celui de la vengeance des soldats et peuple du sud malien sur les peuple touareg du Nord. .

5.
Adama Nouhounzo DIARRA - 17/01/2013 à 18h:01

Si les dirigeants du monde veulent éradiquer rapidement le terrorisme qui plane comme une épée de Damoclès sur nos têtes, ils doivent, sans hésiter, venir en aide à la France de la meilleure manière qui soit, en acceptant d'engager dans la guerre non seulement des moyens logistiques mais aussi des hommes et des armements, en acceptant de venir sur le théâtre de la guerre..

6.
Adama Nouhounzo DIARRA - 17/01/2013 à 18h:01

Le monde tout entier doit se mobiliser, tous les gouvernements du monde doivent s'unir pour combattre ensemble ce terrible et diabolique terrorisme qui menace la paix et la sécurité du monde entier. .

7.
Adama Nouhounzo DIARRA - 17/01/2013 à 18h:01

Aucun pays, aucune nation ne devrait craindre de subir des pertes, de quelque nature qu'elles soient, en s'engageant dans cette guerre..

Mali

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Quand le Mali se relèvera

Élu il y a un an avec une majorité confortable et fort d'une sympathie internationale sans précédent, le président Ibrahim Boubacar Keïta avait toutes les cartes en main pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers