Mohamed Ould Abdelaziz revient sur sa décision de ne pas engager la Mauritanie au Nord-Mali

15/01/2013 à 15:35 Par Jeune Afrique

Le chef de l'État mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, a affirmé la disponibilité de son pays à venir en aide à l'armée malienne, lors d'une rencontre avec son homologue français, François Hollande, le mardi 15 janvier à Abou Dhabi. Contrairement à ce qu'il avait répété jusqu'à maintenant.

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

13 réaction(s)

1.
Maigus - 01/02/2013 à 14h:02

Vraiment des hypocrites ces arabes du maghreb...Maintenant que le maître "France" entre en jeu ils changent tous leur discours, quel dommage !.

2.
David Akpo - 16/01/2013 à 21h:01

il à effectivement raison au sujet de celui qui doit régler le problème malien,ce dernier fait parti d'une organisation qui est la CEDEAO donc c'est à elle de régler le problème de ces membres et non à la France et s'il revient sur sa décision c'est que l'organisation est invalide et incapable..

3.
Bah O Yatma - 16/01/2013 à 16h:01

Aziz a raison dans raisonnement, car les données sur le terrain ont complètement changé. d'ailleurs il est le 1er à mesurer ce danger des jihadistes qu'il a combattu tout seul. tout le peuple est derrière lui pour défendre notre territoire. ce n'est que logique.....

4.
Moussa - 15/01/2013 à 23h:01

La Mauritanie est directement liee a l'Algerie, l'Algerie change donc la Mauritanie aussi. Quelqu'en soit la raison c'est une decision a saluer, merci Mr le President pour votre sens eleve de responsabilite car ces terroristes manacent nous menacent tous..

5.
yoyo - 15/01/2013 à 22h:01

C'est une manière pour la mauritanie de nous renvoyer les élements du MNLA qui s'etaient refugiés là bas..

6.
malin et demi - 15/01/2013 à 21h:01

Ceux qui se réjouissent de l'intervention française "pour restaurer l'intégrité du territoire malien" m'étonnent. S'il suffisait d'engager une armée étrangère pour faire ce genre de choses, qui aurait besoin de dépenser un sou pour sa défense? Vs avez dit naïf? Vs avez raison..

7.
Sankara - 15/01/2013 à 19h:01

e président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz est revenu sur sa décision de ne pas engager son pays dans la guerre au Nord-Mali. « La Mauritanie est prête à apporter son aide au Mali, si le Mali en fait la demande>> Tres bien Monsieur le President!! Vive l'unite Afrcaine!!! .

8.
Sankara - 15/01/2013 à 19h:01

Un president peureux sans culture!!! Est ce qu'il connait le sens de l'unite Africaine. L'Afrique n'a pas besoin d'un traitre de cette cathegorie. Pour batir l'Afrique nous sommes condamne a combattre ensemble et faire le travail ensemble. C'est honteux que la France fait le travail a notre place. .

9.
Jacques Durac - 15/01/2013 à 18h:01

Il y a bcp de non-dits dans les positions de certains voisins du Mali.Les ressources du nord-Mali ne seraient pas étrangères à cela ni les compositions ethniques ou raciales.Personne n'ignore le rôle du dialogue mais imaginez un instant les conséquences de la prise de Bamako. Kaboul n'est rien à côté (suite).

10.
Jacques Durac - 15/01/2013 à 18h:01

Des articles de J.A soulignent le risque de représailles des "islamistes" pour les pays qui soutiendraient le Mali;ces risques selon moi ne sont rien à côté du cataclysme prévisible sans l'intervention décisive de la France dont le Pdt a évalué la menace pour son pays mais a choisi l'engagement.(suite).

Mali

Soumaïla Cissé : 'IBK n'a pas de feuille de route' pour le Mali

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

À l'ONU, le gouvernement malien dit vouloir dialoguer avec les groupes rebelles

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères, a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies sa volonté de mener rapidement des négociations avec[...]

Mali : accusé de complicité d'assassinat, Sanogo encourt la peine de mort

Le général putschiste Amadou Haya Sanogo a vu les accusations le visant s'alourdir. En plus de complicité d'enlèvement, il doit répondre depuis le 22 avril du chef de complicité[...]

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces