Nord-Mali : une intervention pas possible avant septembre 2013, selon Romano Prodi

20/11/2012 à 19:07 Par Jeune Afrique

S’appuyant sur l’avis d’experts, Romano Prodi a affirmé au cours d’une conférence de presse, mardi 20 novembre, à Rabat, qu’"une action militaire dans le nord du Mali ne sera possible qu'en septembre 2013". En attendant, selon l'envoyé spécial de l'ONU au Sahel, c’est la négociation qui est privilégiée.

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

11 réaction(s)

1.
kélétigui - 23/11/2012 à 10h:11

comment pourrait -on demander aux autorités maliennes d'orgniser les élections en Mars 2013 et prevoir les interventions en septembre 2013. Tous les intervenants comme médiateurs ou autres dans cette situation sont obscure. Notre nation doit compter sur elle même t pour moi la négociation serait possible avec le MUJAO pour la préservation de notre intégrité territoriale et retrouver notre dignité .

2.
Damonzon - 21/11/2012 à 18h:11

Monsieur Touareg, il est temps que tu arrêtes ton rêve de fou. Le pays souffre, non pas à cause des Touaregs, mais des illuminés de votre espèce qui livrent inutilement leur communauté à la désolation, voire à pire. La race dite aryenne d'Hitler n'a pas gagné contre l'humanité. Vous ne gagnerez pas..

3.
Damonzon - 21/11/2012 à 18h:11

Monsieur Boigny, nous Maliens sommes fiers et le resterons jusqu'à la nuit des temps. Seulement, un proverbe Bambara dit : "Pour pour pouvoir se faire appeler tourbillon, il faut avoir les pieds au sol". Livrez-nous seulement nos armes achetés à la sueur de nos fronts. Vous verrez si nous sommes fondateurs de grands empires ou pas..

4.
HOUPHOUET-BOIGNY - 21/11/2012 à 17h:11

quand les islamistes ont occupé le nord-mali enmars-avril2012,les Maliens prétendaient pouvoir-Seuls,les-expulser militairement,refusant toute intervention d'armées-étrangères,africaines ou-pas!;en invoquant leur'Glorieu-passé d'e civilisation,d'empires,de guerriers légendaires!!;à présent ,ils dévront-attendre jusqu'en-septembre 2013 pour voir-débarquer les troupes-internationales!!.

5.
Komi Foli - 21/11/2012 à 16h:11

Entre temps les Africains du Mali peuvent subir la barbarie de ses islamistes en complicite avec Blaire compaore. Quel desordre!.

6.
Damonzon - 21/11/2012 à 15h:11

Nous comprenons bien la position de Monsieur Prodi. Mais qu'il se souvienne cette citation d'un très grand poète français: "Le c?ur n'a pas de limite, la souffrance en a..." Les conséquences d'une intervention rapide seront moindre en souffrance et en vie humaine que celle de l'armée malienne qui brûle de remonter au front, même les mains nues..

7.
dib - 21/11/2012 à 11h:11

C'est vrai quoi, attendons que les terroristes soient bien installés et aient fait de nombreuses victimes...laissons leur aussi le temps de recruter le maximum de dés?uvrés, et ensuite....

8.
Venem - 21/11/2012 à 11h:11

Et si Romano Prodi faisait un tour à Gao/ Tombouctou, pr négocier avec les véritables maîtres du nord Mali pr qu'ils libèrent la zone. Au lieu de faire des conférences ds des palaces de la sous-région pr dire du n'importe quoi? Hein, Prodi, va donc voir Mujao à Gao, en prenant soin de t'entourer de forces spéciales pr que l'Italie n'ait pas à payer une forte rançon pr ta libération !.

9.
maibes - 21/11/2012 à 09h:11

Les maliens désolés pour vous mais ce n\'est aujourd\'hui la fin de votre calvaire . Vous êtes parti pour attendre des années et des années .

10.
tombouctou - 21/11/2012 à 08h:11

Si c'est pour attendre septembre 2013 pour aider le Mali vraiment c'est une insulte a l'egard des populations qui soufre au nord du mali. .

Mali

Soumaïla Cissé : 'IBK n'a pas de feuille de route' pour le Mali

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

À l'ONU, le gouvernement malien dit vouloir dialoguer avec les groupes rebelles

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères, a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies sa volonté de mener rapidement des négociations avec[...]

Mali : accusé de complicité d'assassinat, Sanogo encourt la peine de mort

Le général putschiste Amadou Haya Sanogo a vu les accusations le visant s'alourdir. En plus de complicité d'enlèvement, il doit répondre depuis le 22 avril du chef de complicité[...]

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces