Afrique subsaharienne : moins d'enfants, plus d'argent

16/11/2012 à 17:04 Par Jeune Afrique

Selon le rapport 2012 de l’ONU sur l’état de la population mondiale, les investissements dans la planification familiale représentent un énorme avantage économique pour l’Afrique. Un constat qui n’est pas inédit. Pourtant, les États semblent peu pressés de s’y mettre.

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

9 réaction(s)

1.
kalisimba - 10/12/2012 à 22h:12

Ces ONUsiens ont peur de 1.5 milliard d'africains en 2050 mais pas d'un milliard de chinois, indiens ou blancs. C'est la chine, l'inde, l'europe et l'asie qui sont surpeuples. Qui a droit a plus de population? Les blancs, les asiatiques, les riches? Que ces occidentaux se preoccupent de leur surpopulation et nous fichent la paix. Ils ne sont pas nos dieux pour nous dire combien nous devons etre.

2.
Christine - 21/11/2012 à 20h:11

@ Garnier Comment pouvez-vous parler de surpopulation en Afrique ? L'Afrique est un continent sous-peuplé. Ce n'est donc pas aux fonctionnaires de l'ONU de lui donner des leçons dans ce domaine..

3.
Garnier - 19/11/2012 à 20h:11

@Lbira, selon les statistiques de l'ONU, une femme qui a 7 enfants (ce qui est très souvent le cas en Afrique subsaharienne et c'est même la moyenne au Niger) a une "chance" sur 7 de mourir en couche : pour "réussir sa vie" (sur Terre), encore faut-il survivre aux grossesses à répétition.

4.
Lbira - 18/11/2012 à 12h:11

Propagande! Avoir des enfants ne s'oppose pas au developpement. Ce qui manque à nos amis experts, c'est qu'ils n'ont pas encore compris ou ils refusent de comprendre qu'il y a d'autres critères pour dire qu'une vie est reussie ou pas!.

5.
Garnier - 17/11/2012 à 17h:11

Excellent article, qui ne fait évidemment pas de propagande mais donne des chiffres qui j'espère feront évoluer l'esprit des décideurs. A noter que le Population Reference Bureau n'est absolument pas "juge et parti" puisqu'il s'agit d'un institut de statistique... Quant à l'ONU, elle a en charge l'avenir de la planète et de celui de l'espèce humaine et il est donc normal....

6.
Garnier - 17/11/2012 à 17h:11

... que cette instance internationale s'inquiète à la fois de la condition féminine en Afrique (et en particulier d'un nombre de décès de mamans excessivement élevé) et d'autre part de l'impact de la surpopulation dans cette région du globe. Concernant le traitement des maladies infectieuses, son coût pourrait décroître fortement grâce à la PF, comme l'indique la photo..

7.
guerin - 16/11/2012 à 23h:11

moi je préfère financer des écoles au Mali, c'est à mon sens plus efficace. Quand les enfants savent lire ils se préoccupent davantage de leur avenir, surtout les mère. Partout où la scolarisation avance la famine recule et le développement arrive. Voir la réussite du sud est asiatique !.

8.
Soundiata - 16/11/2012 à 23h:11

Ouais! L'ONU, ou plutôt le big business occidental. L'Afrique est un marché convoité pour leurs pilules et autres contraceptifs. Et l'impérialisme culturel a la vie dure. On va imposer aux Africains le nombre d'enfants qu'ils devraient avoir. Bientôt on leur dira combien de rapports sexuels ils sont autorisés à avoir par an. Missié blanc a toujours raison!.

9.
Christine - 16/11/2012 à 18h:11

Cet article n'est pas de l'information mais de la propagande ! L?ONG Population Reference Bureau plaide pour sa propre cause, c'est son personnel qui bénéficierait en 1er des fonds alloués. Jusqu'à quand l'ONU va-t-elle continuer à dicter leur conduite aux femmes d'Afrique ? Comment osez-vous reprocher aux Etats africains de privilégier le traitement des maladies infectieuses ?.

Afrique Subsaharienne

RDC : Tshisekedi, Kamerhe et Fayulu appellent au rassemblement le 4 août contre la révision constitutionnelle

RDC : Tshisekedi, Kamerhe et Fayulu appellent au rassemblement le 4 août contre la révision constitutionnelle

Dans une lettre commune publiée mardi, l'UDPS d'Étienne Tshisekedi, l'UNC de Vital Kamerhe et Ecide de Martin Fayulu appellent les Congolais à se réunir le 4 août sur une grande place de Kinshasa [...]

Togo : 2030 à l'horizon

Kako NUBUKPO est ministre togolais de la Prospective et de l'Évaluation des politiques publiques.[...]

Gabon : les caisses de l'État sous surveillance rapprochée

Un audit a révèlé l'ampleur de la disparition des fonds publics au Gabon au cours des dix dernières années. Pour reprendre la main, le gouvernement doit agir vite.[...]

Sénégal : dans l'affaire Karim Wade, Bibo Bourgi plaide malade

La détérioration de l'état de santé de l'homme d'affaires, soupçonné de complicité dans l'affaire Karim Wade, hypothèque la tenue du procès, le[...]

Gambie : Yahya Jammeh, vingt ans d'impunité

Arrivé au pouvoir par un putsch en 1994, le jeune lieutenant avait suscité bien des espoirs. Mais il a vite imposé sa loi par la violence et la terreur.[...]

Centrafrique : la suite de l'accord de Brazzaville

Après le cessez-le-feu entre groupes armés centrafricains conclu à Brazzaville le 23 juillet, reste à mettre en musique cet accord pour éviter qu'il ne reste lettre morte.[...]

Christopher Fomunyoh : "Les Africains aspirent à une gouvernance moderne"

Directeur Afrique du National Democratic Institute, basé à Washington, le juriste et politologue camerounais décrypte la vision de l'Afrique selon Obama.[...]

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9[...]

Côte d'Ivoire : le duo Renard-Beaumelle à la tête des Éléphants ?

De cinq noms, la short-list de la fédération ivoirienne est passée à trois, après que les Français Francis Gillot et Luiz Fernandez ont été écartés. Et selon[...]

Mali : au Nord, c'est le far west

À Alger, on négocie depuis le 16 juillet, mais dans le Septentrion, on se bat. Entre l'armée, les milices et les rebelles touaregs, rien ne va plus... Seuls les jihadistes et les trafiquants[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers