Afrique subsaharienne : moins d'enfants, plus d'argent

16/11/2012 à 17:04 Par Jeune Afrique

Selon le rapport 2012 de l’ONU sur l’état de la population mondiale, les investissements dans la planification familiale représentent un énorme avantage économique pour l’Afrique. Un constat qui n’est pas inédit. Pourtant, les États semblent peu pressés de s’y mettre.

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

9 réaction(s)

1.
kalisimba - 10/12/2012 à 22h:12

Ces ONUsiens ont peur de 1.5 milliard d'africains en 2050 mais pas d'un milliard de chinois, indiens ou blancs. C'est la chine, l'inde, l'europe et l'asie qui sont surpeuples. Qui a droit a plus de population? Les blancs, les asiatiques, les riches? Que ces occidentaux se preoccupent de leur surpopulation et nous fichent la paix. Ils ne sont pas nos dieux pour nous dire combien nous devons etre.

2.
Christine - 21/11/2012 à 20h:11

@ Garnier Comment pouvez-vous parler de surpopulation en Afrique ? L'Afrique est un continent sous-peuplé. Ce n'est donc pas aux fonctionnaires de l'ONU de lui donner des leçons dans ce domaine..

3.
Garnier - 19/11/2012 à 20h:11

@Lbira, selon les statistiques de l'ONU, une femme qui a 7 enfants (ce qui est très souvent le cas en Afrique subsaharienne et c'est même la moyenne au Niger) a une "chance" sur 7 de mourir en couche : pour "réussir sa vie" (sur Terre), encore faut-il survivre aux grossesses à répétition.

4.
Lbira - 18/11/2012 à 12h:11

Propagande! Avoir des enfants ne s'oppose pas au developpement. Ce qui manque à nos amis experts, c'est qu'ils n'ont pas encore compris ou ils refusent de comprendre qu'il y a d'autres critères pour dire qu'une vie est reussie ou pas!.

5.
Garnier - 17/11/2012 à 17h:11

Excellent article, qui ne fait évidemment pas de propagande mais donne des chiffres qui j'espère feront évoluer l'esprit des décideurs. A noter que le Population Reference Bureau n'est absolument pas "juge et parti" puisqu'il s'agit d'un institut de statistique... Quant à l'ONU, elle a en charge l'avenir de la planète et de celui de l'espèce humaine et il est donc normal....

6.
Garnier - 17/11/2012 à 17h:11

... que cette instance internationale s'inquiète à la fois de la condition féminine en Afrique (et en particulier d'un nombre de décès de mamans excessivement élevé) et d'autre part de l'impact de la surpopulation dans cette région du globe. Concernant le traitement des maladies infectieuses, son coût pourrait décroître fortement grâce à la PF, comme l'indique la photo..

7.
guerin - 16/11/2012 à 23h:11

moi je préfère financer des écoles au Mali, c'est à mon sens plus efficace. Quand les enfants savent lire ils se préoccupent davantage de leur avenir, surtout les mère. Partout où la scolarisation avance la famine recule et le développement arrive. Voir la réussite du sud est asiatique !.

8.
Soundiata - 16/11/2012 à 23h:11

Ouais! L'ONU, ou plutôt le big business occidental. L'Afrique est un marché convoité pour leurs pilules et autres contraceptifs. Et l'impérialisme culturel a la vie dure. On va imposer aux Africains le nombre d'enfants qu'ils devraient avoir. Bientôt on leur dira combien de rapports sexuels ils sont autorisés à avoir par an. Missié blanc a toujours raison!.

9.
Christine - 16/11/2012 à 18h:11

Cet article n'est pas de l'information mais de la propagande ! L?ONG Population Reference Bureau plaide pour sa propre cause, c'est son personnel qui bénéficierait en 1er des fonds alloués. Jusqu'à quand l'ONU va-t-elle continuer à dicter leur conduite aux femmes d'Afrique ? Comment osez-vous reprocher aux Etats africains de privilégier le traitement des maladies infectieuses ?.

Afrique Subsaharienne

Côte d'Ivoire : pourquoi Renard risque de quitter les Éléphants juste avant la CAN

Côte d'Ivoire : pourquoi Renard risque de quitter les Éléphants juste avant la CAN

Approché par Bastia (France, Ligue 1), Hervé Renard, le sélectionneur de la Côte d’Ivoire n’est plus certain de rester à la tête des Éléphants. À cause, s[...]

Côte d'Ivoire : le FPI valide la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du parti

Le comité de contrôle du Front populaire ivoirien (FPI) a validé mercredi la candidature de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo à la présidence du parti, a appris "Jeune[...]

Cameroun - Togo : le général Germanos de retour ?

Condamné à Paris en 2010 pour détention d'images pédopornographiques, le général français Raymond Germanos a récemment séjourné au Cameroun où il a[...]

Burundi : Mbonimpa, Rufykiri, Nininahazwe... Ces défenseurs des droits humains sous pression

Depuis le retour au Burundi des membres de la société civile qui ont participé, à la mi-novembre, à l'examen de la situation de leur pays par le Comité contre la torture (CAT) à[...]

Burkina Faso : les civils au garde-à-vous ?

Depuis le départ de Blaise Compaoré, le pays, en pleine transition, s'est doté d'un exécutif bicéphale. À la présidence, Michel Kafando le diplomate ; à la primature,[...]

RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen

On le connaît comme le "juste qui répare les femmes". Mercredi, le docteur Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, qu'il a dédié au "peuple[...]

Burkina : 24 morts et 625 blessés dans l'insurrection populaire contre Blaise Compaoré

Selon un comité d'experts désigné par le Premier ministre Zida, 24 personnes sont mortes et 625 ont été blessées à travers le pays entre fin octobre et début novembre,[...]

Indice "Happy Planet" : souriez, vous êtes classés !

À l’"indice de développement humain" du Programme des Nations-unies (Pnud), la New Economics Foundation oppose l’"indice de la planète heureuse". L’Afrique est-elle[...]

Burkina : Moustapha Chafi, un nomade à découvert

Moustapha Chafi ne se mêlait pas de politique intérieure, mais ce conseiller de l'ombre a perdu, le 31 octobre, son principal protecteur en la personne de Blaise Compaoré.[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers