À Libreville, l'opération "Libérez les trottoirs" laisse des centaines de Gabonais sur le carreau

11/11/2011 à 12:34 Par Jeune Afrique

Des centaines de logements et commerces ont été détruits à Libreville, dans le cadre de l’opération "Libérez les trottoirs", visant à raser les constructions "illicites" afin de construire des logements sociaux. Mais obligés de dormir dehors, certains habitants protestent, notamment contre l’absence de préavis avant la destruction de leurs habitations.

Tous droits de reproduction et de représentation Revenir à l'article

Réagir à cet article

9 réaction(s)

1.
agnengzame - 21/01/2012 à 11h:01

petit grand papa c'est vrai que pour faire de omlettes, il faut casser des oeufs. Mais je pense que ce que les gabonais dénonce,t c'est que le gouvernement n'a pas anticipé les choses en trouvant d'abord à ces "pauvres familles" les terrains et maisons pour les reloger avant e passer à l'action. N'oublions pas qu'on parle des humains et non des bêtes. Il y a camp même des femmes et des enfants....

2.
PETIT GRAND PAPA - 08/12/2011 à 11h:12

Sur la question du logement: Le Ministre de l'habitat lors de son exposé à la RTG1, y a exactement 4 ou 5 mois aujourd'hui avait confirmé que le projet sur les logements sociaux se fera, bien que le gouvernement ait pri un retard. Mais, l'urgence à présent est lié aux préparatifs de la CAN ! .

3.
PETIT GRAND PAPA - 08/12/2011 à 10h:12

On peut pas faire des ommelettes sans casser les oeufs! et on ne peut pas vouloir une chose et son contraire! nous reclamons des routes et nous sommes les premiers à construire sur ces routes. Il faut savoir ce que l'on veut ?! Je pense que l'opération "liberez les trottoirs" est une initiative louable et qui fera un peu plus tard la joix de ceux même qui se plaingnent aujourd'hui !.

4.
black-jinx - 05/12/2011 à 14h:12

Il est claire le problème de logement au Gabon ne se réglera pas si la population ne fait aucun effort. bien sure la façon dont le gouvernement a procédé est plutôt mais doit on pour autant continué a vivre de cette manière à Libreville? .

5.
Gabonais - 20/11/2011 à 22h:11

certains bien qu'ayant un peu de moyens construisent là où il n y a ni eau, ni électricité, ni route en absence d'espace viable, en utilisant des raccordements anarchiques. ils doivent attendre 10 ans pour faire borner ces espaces hors des villes. Qui est le 1er responsable de l'anarchie?.

6.
Gabonais - 20/11/2011 à 22h:11

Les populations que s'entasser comme des rats sont obligé par l'état démissionnaire de construire sur la route ou des terrains non viables comme des marécages, et tout ce que sait faire le PDG, c'est de les enfoncer d'avantage dans la détresse..

7.
Gabonais - 20/11/2011 à 22h:11

Mandza, vous parlez de taudis? Le Gabon compte un déficit en logement et même en terrains viabilisés criard à cause de l'incompétence de l'état. Où doivent-il construire ou habiter? Ils sont respos de cette anarchie et doivent éviter de rendre le peuple plus misérables..

8.
carl - 16/11/2011 à 13h:11

il ne s'agit pa de défendre l'anarchie,fo ke cette anarchie dans nos villes africaines cesse, c pas sa le pb içi, le pb se situe dans la maniere de faire, il y a des procédures, des lois à respecter,je crois ke meme si l'Etat est dans son droit, l'Etat doit respecter la loi,on avancera vers un developpement plus efficace que si on a une une stratégie claire, une méthodologie claire.

9.
Manzan10@hotmail.fr - 11/11/2011 à 13h:11

Il n'y a qu'en Afrique noire qu'on trouve des défenseurs pour l'anarchisme. Ce n'est pas avec des taudis que l'Afrique noire va se développer. A Abidjan, on en veut à Anne Désirée OULOTO, ministre de l'insalubrité. .

Gabon

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations [...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Réseaux sociaux : le classement des villes africaines les plus actives sur Twitter

"Jeune Afrique" a établi un classement d'où il ressort un grand retard dans l'utilisation de Twitter par les villes africaines. Si certaines municipalités se démarquent, la plupart[...]

Cemac : esprit es-tu là ?

Peut-on modeler une union sur le décalque d'un croquis colonial ? Oui, non, peut-être... La Cemac, on l'avait un peu oublié, est, dans ses frontières actuelles, Guinée équatoriale[...]

L'Afrique centrale mise sur la "promotion canopée"

Pour valoriser leur filière bois, des pays du bassin du Congo misent sur la transformation locale des grumes. Objectif : créer des emplois tout en protégeant l'environnement.[...]

Gabon - Avions présidentiels : le Grumman d'Ali Bongo Ondimba

Indispensable attribut du pouvoir ou plaisir dispendieux, l'avion présidentiel est un objet mythique. De Bouteflika à Biya en passant par Déby Itno, les dirigeants africains ne s'en privent pas plus que les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers