Le gabonais BGFI reprend le chemin des acquisitions

Par Jeune Afrique

Traversant une période de crise interne en 2013, le groupe gabonais se relève et envisage de procéder à des acquisitions. © Xavier Bourgeois/JA

Dans le cadre du plan "Excellence 2020", le groupe gabonais BGFI réactive sa stratégie de croissance. Et envisage de procéder à des acquisitions dans la foulée.

Après une année 2013 de « consolidation », le groupe financier BGFI s’apprête à réactiver sa stratégie de croissance dans le cadre de son plan « Excellence 2020 ». Cette fois, BGFI n’exclut pas de procéder à des acquisitions directes, dans la banque et dans l’assurance, domaine dans lequel il s’est associé en coentreprise à l’assureur gabonais Ogar. Henri-Claude Oyima, patron de BGFI, prospecte ainsi en Angola, au Rwanda, au Burundi. Pour l’instant, il ne semble pas d’actualité de faire appel à des actionnaires extérieurs. « Nous avons un trésor de guerre suffisant », affirme-t-il.

Lire aussi :

Henri-Claude Oyima : « BGFI veut être présent dans quinze pays en 2015 »
Gabon : BGFI veut lever 122 millions d’euros à la BVMAC

Henri-Claude Oyima : « La Côte d’Ivoire sera le pivot de BGFI en Afrique de l’Ouest »

Difficultés en 2013

En 2013, le groupe BGFI Bank a connu une période de crise interne. En effet, le début de l’année 2013 a été mouvementé : le directeur général et dix-neuf autres cadres de sa filiale au Bénin, accusés de mauvaise gouvernance et de malversation, ont été licenciés.

Les dégâts occasionnés auraient contraint la maison mère à recapitaliser sa filiale à hauteur de 15 milliards de F CFA (22,9 millions d’euros). Brice Laccruche, directeur général de BGFI Bank Gabon a lui aussi été remercié. Soupçonné de fraude et de malversations financières, il a été placé en garde à vue et entendu par la police.

BGFI Bank, qui a annoncé en mai 2013 l’augmentation de son capital social de 103,853 milliards de francs CFA à 141,618 milliards, est présente dans neuf pays et emploie plus de 1 700 collaborateurs.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici