Eiffage remporte un contrat de 56 millions d’euros en Algérie

Par Jeune Afrique

La livraison de la centrale est prévue pour 2016. © Lahcène Abib/Signatures

Le groupe français Eiffage a remporté un contrat de 56,5 millions d'euros auprès de la Société algérienne de gestion du réseau de transport de l'électricité (GRTE), une fililale du groupe Sonelgaz, pour la réalisation d'une sous-station électrique à Aïn Oussera, à 200 km de la capitale Alger. L'installation sera livrée en 2016.

Mis à jour le 11/06/2014 à 11H48, CET : le contrat a été signé avec GRTE, une filiale de Sonelgaz et non avec la maison-mère.

La Société algérienne de gestion du réseau de transport de l’électricité (GRTE), une fililale du groupe algérien Sonelgaz, a signé un contrat de 56,5 millions d’euros avec le groupe de BTP français Eiffage pour la réalisation d’un « sous-station électrique à Ain Oussera en Algérie, dans le cadre du plan de développement 2023 des infrastructures électriques » du pays, indique le communiqué publié par le groupe Eiffage. Situé dans la région de Djelfa, à 200 km au sud d’Alger, « ce poste de 400 kV permettra d’évacuer les 1 250 MW d’énergie produite par la future centrale à cycle combiné de Djelfa », précise le communiqué. Le projet sera livré en 2016.

Lire aussi :

Alger veut allouer 20 milliards d’euros à la production électrique

Sonelgaz cherche l’étincelle


En Afrique, Eiffage veut aller au delà du Sénégal

Projets en Afrique

Le groupe Eiffage, qui intervient dans plusieurs pays africains comme la Mauritanie, le Mali, le Sénégal ou encore le Burkina Faso, entend consolider ses positions sur le continent.

En 2013, Eiffage a engrangé des revenus de l’ordre de 14,264 milliards d’euros [PDF] – soit 1,6% de plus qu’en 2012 – dont environ 306 millions d’euros réalisés à l’international (hors France et Europe), pour un résultat net part du groupe de 257 millions d’euros, en progression de 16,8% sur un an.

Sur la même période, la branche énergie d’Eiffage a enregistré un chiffre d’affaires de 3,159 milliards d’euros, en baisse de 2,2% par rapport à l’année précédente. Pour l’année 2014, le groupe français vise un chiffre d’affaires de 3,1 milliards d’euros pour cette branche qui représente 22,1% des revenus du groupe français.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici