Fermer

Viva África !

Écrit par Cécile Manciaux

Reinaldo Bolívar, le vice-ministre vénézuélien des Relations extérieures pour l’Afrique, tient parole. Pour la troisième fois depuis la création de son poste en 2005, il a réuni l’ensemble des ambassadeurs et chargés d’affaires du Venezuela accrédités en Afrique. Les 12 et 13 avril, les dix-huit représentants de la République bolivarienne sur le continent (ils n’étaient que sept il y a trois ans) se sont retrouvés à Gorée, au large de Dakar. L’occasion de faire le point sur la coopération Sud-Sud, un des thèmes favoris de la politique extérieure du président Hugo Chávez qui accorde une place privilégiée à l’Afrique. Le temps, aussi et surtout, de préparer le IIe sommet Amérique du Sud-Afrique, qui se tiendra en novembre prochain à Caracas (le premier s’est déroulé du 26 au 30 décembre 2006 à Abuja, la capitale nigériane).
Le Venezuela, avec Cuba, Âuvre pour la mise en place d’une coopération avec l’Afrique dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la culture et de la communication. À l’initiative de Chávez, les Latino-Américains (Cuba, Bolivie, Équateur, Brésil, etc.) ont lancé un grand projet audiovisuel, Radio-Sud et Télé-Sud, qui ont déjà établi des partenariats avec des pays africains (Sénégal, Mali, Nigeria, Guinée, Côte d’Ivoire, Bénin, Égypte, Afrique du Sud, etc.).
« Nous allons bientôt émettre dans ces pays en français, en anglais et en arabe, mais aussi en langues africaines (wolof et swahili). C’est une réponse à l’impérialisme médiatique pratiqué par certaines grandes chaînes d’informations occidentales », a souligné Reinaldo Bolívar, fidèle porte-parole de la lutte contre le « terrorisme médiatique », autre grand cheval de bataille d’« el Comandante », le chef de l’État vénézuélien.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici