China Railway Construction a achevé la rénovation du chemin de fer Angola-Katanga

Par Jeune Afrique

Employés de China Railways Corporation célébrant la fin des travaux sur la ligne ferroviaire de Benguela. CriEnglish.com ©

China Railway Construction a finalisé la modernisation de la voie ferroviaire angolaise de Benguela, la plus grande ligne du pays. Elle relie le port de Lobito au réseau ferré du Katanga, en RD Congo, et pourra désormais acheminer 20 millions de tonnes de matières premières par an dans des trains roulant à 90 kilomètres par heure.

L’entreprise chinoise China Railway Construction a fait savoir le 18 août que la rénovation de la voie ferroviaire angolaise de Benguela était terminée. Les travaux ont porté sur la reconstruction de 67 stations et permettront aux trains de rouler à une vitesse de 90 kilomètres heures : une adaptation au gabarit chinois, explique Liu Feng , directeur du projet chez la China Railway Construction, qui fait de la voie ferrée « la plus longue et la plus rapide du pays », cité par Radio Chine Internationale.

Pour ce chantier, le constructeur a fait venir de Chine les rails, les trains, le ciment, l’équipement de communication et une partie des employés

90 km/h

Longue de 1 344 kilomètres, la ligne de Benguela relie le port de Lobito à la ville de Luau, frontalière de la RD Congo et de sa province du Katanga, riche en minéraux. C’est le Portugal qui a entamé le construction de la voie en 1899 : une fois le raccordement à Luau établi en 1929, le port de Lobito accueillait en 1931 la première cargaison de cuivre en provenance du Katanga acheminée par train.

Des installations anciennes, qui « limitaient la vitesse des trains à 30 kilomètres par heure », explique Liu Feng. Désormais, 50 trains par jour pourront circuler sur la voie, estiment les autorités angolaises. Il sera possible d’y transporter 4 millions de passagers. La ligne devrait être entièrement opérationnelle – sur l’ensmble du tronçon – avant la fin de l’année.

Leader

La China Railway Construction Corporation est la deuxième plus grande entreprises de construction publique chinoise, derrière la China Railway Engineering Corporation. Listée sur les places boursières de Hong-Kong et de Shangaï, c’est elle qui a construit la première ligne de métro de la Mecque.

Lire aussi :

La liaison ferroviaire Angola-Katanga fait son chemin

Katanga : à petite vitesse

Guinée : le chemin de fer de la discorde

Dossier BTP : le leader chinois pointé du doigt

La rénovation de cette ligne a coûté 1,83 milliard de dollars à l’Angola.

Annonçant cette réalisation, Radio Chine Internationale rappelle que cette ligne a été entièrement refaite à partir d’équipements importés du pays asiatique (ciment, rails et outils de communications) avec une main d’oeuvre en partie chinoise – bien que près de « 100 000 travailleurs angolais » aient également participé au chantier.

De même, les trains opérant sur cette ligne – construite conformément aux normes de l’empire du Milieu en ce qui concerne l’écartement des rails – proviendront également du pays d’Asie de l’Est.