Abdoulaye Singaré

Écrit par Francis Kpatindé

L'ancien ministre malien est décédé le 19 octobre à Bamako.

Ancien compagnon du président Modibo Keita, Abdoulaye Singaré est décédé le 19 octobre à son domicile de Bamako-Coura des suites d’une longue maladie. Il avait 86 ans. Grand commis de l’État, ancien ministre de la Fonction publique puis de l’Éducation nationale, il aura passé l’essentiel de sa vie au service du Mali et de l’unité africaine.
Le regard vif et étincelant, la voix douce et, comme bon nombre de ses anciens camarades du Rassemblement démocratique africain (RDA), un tantinet nasillarde, cet homme de petite taille a vu le jour le 20 mars 1918 à Koulikoro, où il fit ses études primaires avant de rejoindre Bamako. Il entra tôt – à 18 ans – dans la vie active. À ses débuts, il occupe différents postes subalternes dans la fonction publique – il est, notamment, « agent expéditionnaire du cadre local », « commis du cadre secondaire », comptable -, mais, à force de travail et d’abnégation, se retrouve, en 1958, administrateur civil.
Comme beaucoup de gens de sa génération, Abdoulaye Singaré mena sa carrière professionnelle de pair avec une intense activité syndicale et politique. Il fut, tour à tour, secrétaire général du syndicat des commis expéditionnaires et interprètes du Soudan français, ancienne appellation du Mali, secrétaire général du syndicat unique du personnel de l’administration. Et, également, de 1945 à 1952, membre du comité directeur de l’Union des syndicats du Soudan.
Sur le front politique, il prit une part active au fameux congrès de Bamako qui, le 18 octobre 1946, porta sur les fonts baptismaux le RDA, la première grande tentative continentale de regroupement des partis politiques opposés à la colonisation française. Membre du bureau politique de l’Union soudanaise (US-RDA), la section locale du RDA, il fut, en outre, conseiller général du Soudan, conseiller municipal de Bamako, député à l’Assemblée législative du Soudan et – on l’a dit – ministre de la Fonction publique (1957-1958), puis de l’Éducation nationale (1959-1966).
Après la chute de Modibo Keita, renversé par un coup d’État militaire le 19 novembre 1968, Abdoulaye Singaré s’est quelque peu mis en retrait de la vie politique active, se gardant prudemment d’intervenir dans la guerre fratricide – et schismatique – qui opposa les héritiers du président déchu. Il n’en connaîtra pas moins, au milieu des années 1970, les geôles du nouveau régime. Une première fois, il est arrêté et détenu au « camp para » de Djikoroni, à Bamako, soupçonné d’avoir été l’inspirateur d’un article paru dans… Jeune Afrique. Une seconde fois, pour avoir été retrouvé en possession d’un tract critiquant le parti unique.
Père de famille tatillon sur l’éducation de ses six enfants (trois filles et trois garçons), homme de conciliation, ouvert au dialogue, il aura connu et fréquenté quelques grands noms de l’Afrique des indépendances, notamment Ahmed Sékou Touré, Hamani Diori, Lamine Guèye, Gamal Abdel Nasser, Ahmed Ben Bella et, surtout, Félix Houphouët-Boigny, qui s’occupera de lui après le coup d’État de 1968.
Familier de Jeune Afrique et ami de longue date de notre PDG, Béchir Ben Yahmed, Abdoulaye Singaré ne manquait jamais l’occasion de venir nous saluer, lors de ses passages à Paris, où il venait en consultation auprès de ses médecins.