Francophonie : les propositions économiques de Jacques Attali

Jacques Attali (g) a remis son rapport sur la francophonie au président français François Hollande le 26 août 2014. © Etienne Laurent/AFP

L'économiste français vient de remettre un rapport à François Hollande dans lequel il détaille 53 propositions afin de dynamiser les échanges économiques dans l'espace francophone.

À ceux qui s’interrogent encore sur l’avenir de la francophonie, l’économiste et écrivain français Jacques Attali répond : il sera économique. Dans son rapport « La francophonie et la francophilie : moteurs de développement durable », remis à François Hollande le 26 août, le haut fonctionnaire commence par faire un check-up complet de cette zone linguistique. Et se livre à une analyse prospective.

L’influence de la France s’essoufle

À l’en croire, cet espace géopolitique – aujourd’hui le sixième par sa population – pourrait devenir le quatrième en 2050. Le nombre de francophones passerait alors de 230 millions à 770 millions en 2060, dont 85 % d’Africains. Ou, selon le scénario pessimiste, passerait au contraire sous la barre des 200 millions. Suit le diagnostic : « Le français et la francophonie ne sont pas assez valorisés comme moteur de croissance ».

Lire aussi : 

Les encombrants amis de Jacques Attali

France – Afrique : pour le Sénat, il faut faire de l’économie une priorité

France – Côte d’Ivoire : fini le pré carré !

Offensive économique française à Addis-Abeba

La France réduit (encore) le budget de son aide au développement

En Afrique, faute d' »infrastructures permettant de scolariser la majorité de la population et de maintenir un enseignement du et en français, les générations africaines à venir ne parleront plus cette langue ». La Côte d’Ivoire, où le français est l’unique langue officielle et « ne souffre d’aucune contestation », ferait figure d’exception. Bilan : l’influence de la France s’essouffle, ce qui nuit à la santé de son économie. Il y a donc urgence à traiter le mal.

53 solutions proposées

Mais quels en sont les remèdes ? Jacques Attali préconise notamment le développement de l’offre de formation au français en favorisant, par exemple, la constitution d’un nouveau groupe privé d’écoles. Ou encore la construction de salles de cinéma dans les pays « francophilophones », avec une programmation de films en français.

Culture, santé, recherche et développement, finance, nouvelles technologies, secteur minier… : l’ordonnance du docteur Attali détaille 53 solutions pour revigorer les échanges entre pays francophones et francophiles.

Objectif : aboutir, à terme, à la création d’une « Union francophone aussi intégrée que l’Union européenne » et proche du modèle anglo-saxon, le Commonwealth. Bref, une vraie cure de remise en forme.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici