Zafiro s’épuise

Écrit par Pascal Airault, envoyé spécial en Guinée équat

Le champ pétrolier assure 70 % de la production équatoguinéenne.

Personne n’ose en parler officiellement, mais l’inquiétude est grande : le champ de Zafiro, qui assure près de 70 % de la production équatoguinéenne de pétrole, devient difficile à exploiter. On y trouve de plus en plus d’eau lors des extractions. La compagnie américaine ExxonMobil n’a pas – pour l’instant – prévu d’arrêter son exploitation sur ce site offshore découvert en 1995 à une cinquantaine de kilomètres de l’île de Bioko. D’après les projections faites en début d’année, la production du groupe ne devrait toutefois pas dépasser 255 000 barils par jour (b/j). Les prévisions nationales de production pétrolière ont donc été revues à la baisse – à 362 000 b/j au lieu de 380 000 initialement -, malgré l’entrée en exploitation des nouveaux gisements. ExxonMobil a fait récemment une découverte mineure sur le bloc C, qui ne devrait pas dépasser 10 000 b/j. Amerada Hess, qui produit actuellement 50 000 b/j sur le champ de Ceiba, devrait atteindre 110 000 barils avec l’entrée en exploitation du champ d’Okumé. La troisième compagnie américaine, Marathon Oil, produit, quant à elle, 75 000 b/j de condensat et de LPG (gaz propane liquéfié). Le vice-ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Industrie, Gabriel Mbegha Obinag Lima, est actuellement en Chine pour inciter les compagnies chinoises à investir dans les explorations en Guinée équatoriale. Plusieurs autres sociétés ont entamé les recherches, notamment le groupe malaisien Petronas et l’espagnol Repsol.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici