Fermer

Ramtane Lamamra

Écrit par Cherif Ouazani

Ancien représentant de l'Algérie auprès de l'ONU, il succède à son compatriote Saïd Djinnit au poste de commissaire Paix et Sécurité de l'Union africaine.

Quand le sommet de l’Union africaine (UA) tenu à Addis-Abeba le 1er février 2008 l’a élu avec une confortable majorité des deux tiers, le nouveau commissaire Paix et Sécurité, l’Algérien Ramtane Lamamra, a eu le triomphe modeste. « Quatre facteurs expliquent cette performance : le prestige dont jouit mon pays dans les instances panafricaines, l’implication personnelle du président Abdelaziz Bouteflika dans la campagne qui a précédé le sommet, la qualité du travail de mon prédécesseur et compatriote, Saïd Djinnit, et, enfin, l’expérience acquise durant ma carrière en Afrique et ailleurs. »
Ramtane Lamamra, 56 ans, natif d’Amizour, dans la région de Bejaïa, pur produit de l’École nationale d’administration (ENA) d’Alger, ancien représentant permanent de l’Algérie auprès de l’ONU (1993-1999) et ancien ambassadeur à Washington (1996-1999), est, selon le jargon diplomatique, un spécialiste du multilatéral. Auparavant, en 1992-1993, il a été gouverneur au Conseil de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), et a représenté l’Algérie auprès de l’Onudi. Il a entamé sa carrière d’ambassadeur en 1989, à Djibouti et en Éthiopie, où il était également accrédité auprès de l’OUA et de la Commission économique de l’ONU pour l’Afrique (CEA).

Son atout maître : la polyvalence. Il maîtrise de nombreux dossiers liés à ses nouvelles fonctions : désarmement, mercenaires, réforme de l’ONU, terrorisme, bonne gouvernance, nucléaire Autant de sujets qu’il a eu à prendre en charge dans le cadre de ses missions successives. Idem pour le règlement des conflits, qui est au cÂur de ses nouvelles charges. « La première fois que j’ai participé à une médiation, se souvient-il, c’était lors de la crise entre le Mali et le Burkina Faso, en 1985. Depuis, j’ai eu à participer au règlement d’autres conflits, notamment le différend entre la Libye et le Tchad et la question du Liberia, où j’ai été envoyé spécial de l’UA entre 2003 et 2007. » Ramtane Lamamra maîtrise un autre dossier sensible : le Sahara occidental. C’est d’ailleurs lui qui a dirigé la délégation algérienne invitée au titre d’observateur lors des trois premiers rounds de négociations entre le Maroc et les indépendantistes du Front Polisario, à Manhasset, entre juin 2007 et janvier 2008.
Pour avoir longtemps sillonné le continent, Ramtane Lamamra dispose d’un carnet d’adresses fourni. Et, de l’aveu de ses anciens collaborateurs, a fait ses preuves en matière de travail en équipe. « Jean Ping, nouveau président de la Commission de l’UA, est un ami de vingt ans, se réjouit-il. Je l’ai connu à Vienne, quand il représentait son pays au sein de l’AIEA. » Une complicité qui ne sera pas de trop quand ils auront à se pencher, ensemble, sur les maux du continent.
Il y a près de deux décennies, en 1989, Ramtane Lamamra accueillait, à Addis-Abeba, où il était ambassadeur, un jeune diplomate algérien, Saïd Djinnit, fraîchement nommé directeur de cabinet de Salim Ahmed Salim, secrétaire général de l’OUA. Dix-neuf ans plus tard, le 28 avril 2008, Saïd Djinnit lui rendait la politesse en lui cédant le fauteuil qu’il occupait depuis 2003.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici