Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle au Mali : dernière ligne droite»

Voir tout le sommaire
Elections

Présidentielle au Mali : les abstentionnistes, entre lassitude et déception

Début du dépouillement dans un bureau de vote à Bamako, dimanche 29 juillet. © Baba Ahmed/AP/SIPA

Plus de la moitié des Maliens ne se sont pas rendus aux urnes le 29 juillet pour le premier tour de la présidentielle. Au-delà des incidents qui ont empêché le vote dans plusieurs bureaux dans le centre et le nord du pays, ce fort taux d’abstention reflète la défiance des électeurs maliens vis-à-vis de leurs hommes politiques.

« Pourquoi je n’ai pas voté le 29 ? Ce sont tous des égoïstes. D’ailleurs je n’ai jamais voté ! » Assis près de son étal de fripes au marché de Médina Koura, à Bamako, Ousmane s’étonne même que l’on pose la question, tant la réponse lui semble évidente. « J’avais voté pour IBK en 2013. Mais cette année, je n’ai même pas récupéré ma carte d’électeur. Je suis trop déçu », renchérit d’une voix calme son voisin d’étal, Moussa. Parmi la dizaine de commerçants installés le long de la route, peu exhibent des restes d’encre bleue sur l’index, preuve de leur vote.

Selon les résultats validés par la Cour constitutionnelle mercredi 8 août, les abstentionnistes ont beau être majoritaires, la participation a cependant été l’une des plus élevées de ces dernières années. 23 % en 1992, 36 % en 2007… Seule exception, la présidentielle de 2013, lors de laquelle près de la moitié des électeurs s’étaient rendus aux urnes. Une mobilisation sans précédent qui tient au contexte. Le pays sortait d’un coup d’État militaire et la volonté de tourner la page a motivé les électeurs à se déplacer.

On a encore l’impression d’être dans les années 1990

Comment expliquer ce désamour chronique des Maliens envers leur classe politique ? Il y a d’abord l’absence de renouvellement, la lassitude de voir les mêmes acteurs se partager sans cesse le devant de la scène. Au Mali, les élections se succèdent et les castings ne changent que très peu. Opposants bien rodés, anciens ministres ou députés, souvent passés par l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema-PASJ) avant de créer leur propre parti… la plupart des candidats à la présidentielle sont des habitués de la scène politique. « Tous les principaux candidats se sont côtoyés il y a une vingtaine d’années. On a encore l’impression d’être dans les années 1990 », déplore Yacouba, 32 ans, coordinateur d’une agence de communication bamakoise.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Lire les autres articles du dossier

«Présidentielle au Mali : dernière ligne droite»

Fermer

Je me connecte