Politique

Soudan du Sud : Salva Kiir amnistie Riek Machar et d’autres rebelles

Salva Kiir (à gauche) et Riek Machar lors des négociations de paix à Addis-Abeba, le 21 juin 2018. © Mulugeta Ayene/AP/SIPA

Quelques jours après la signature d'un accord sur le partage du pouvoir, le président sud-soudanais Salva Kiir a publié un décret par lequel il amnistie des rebelles, dont l'ex-vice président Riek Machar, a rapporté jeudi la radio d'État.

« Le président Salva Kiir a publié un décret présidentiel (…) amnistiant Riek Machar et d’autres groupes ayant pris les armes contre le gouvernement depuis 2013. Ce décret prend effet en date du 8 août 2018 », indique ce texte lu jeudi matin sur la radio d’État Juba.

Salva Kiir a également de nouveau appelé ses troupes pour le respect du cessez-le-feu signé en juin avec Riek Machar. Cette annonce intervient peu après la signature, le 5 août à Khartoum, d’un accord sur le partage du pouvoir entre le gouvernement et la rébellion, qui doit notamment permettre à Riek Machar de retrouver son poste de vice-président.


>>> A LIRE – Soudan du Sud : Riek Machar face à Salva Kiir, un duel interminable


« L’accord signé aujourd’hui [le 8 août, ndlr] doit tracer la voie pour mettre fin au conflit et à la guerre dans notre pays », a déclaré le président sud-soudanais dans un discours en anglais prononcé après la signature. Les négociations vont en effet se poursuivre jusqu’à la signature d’un accord de paix définitif. « Nous devons œuvrer à l’unité de notre peuple », a conclu Salva Kiir.

Pas d’accord définitif

Un accord global de paix signé en août 2015 était devenu caduque après une bataille meurtrière en juillet 2016 à Juba entre forces gouvernementales et rebelles, à l’issue de laquelle Riek Machar avait dû partir en exil.

Les négociations, sous l’égide de l’organisation régionale Igad (Autorité intergouvernementale pour le développement), vont se poursuivre jusqu’à la signature d’un accord de paix définitif.

Le Soudan du Sud s’est enfoncé dans une guerre civile fin 2013 quand Salva Kiir a accusé son ancien vice-président Riek Machar de fomenter un coup d’État. Le conflit dans ce pays, indépendant du Soudan voisin depuis 2011, a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte