Energies renouvelables

Énergie : une filiale d’Engie va construire huit centrales solaires au Gabon

Vue de Libreville © Tiphaine Saint-Criq pour JA

Les huit premières centrales solaires du Gabon entreront en activité en septembre 2019. L’accord entre Ausar Energy, filiale du français Engie, et la Caisse des dépôts et consignations (CDC) du Gabon, qui finance ce projet pilote, a été signé le 6 août à Libreville.

Les huit premières centrales solaires du Gabon seront construites par la PME française Ausar Energy et entreront en service en septembre 2019. Franck Tannery, qui dirige l’entreprise française – filiale de Engie -, a signé un accord en ce sens le 6 août avec Herman-Régis Nzoundou, le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) du Gabon qui finance le projet dont le montant n’a pas été dévoilé.

Concrètement, la CDC va acquérir ces unités pour les louer ensuite à la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) qui gère le réseau électrique gabonais. Entre 80 000 et 100 000 foyers bénéficieront de cette énergie propre.

Ces centrales produiront de l’énergie photovoltaïque d’une puissance cumulée de 2,2 MW, avec un dispositif de stockage intégré. Elles seront implantées dans les villes de Ndjole, Ovan, Bouée, Makokou, Mekambo, Bitam, Medouneu et Minvoul et permettront une économie d’un million de litres de fuel par an.

Diversifier le mix énergétique

La SEEG dispose en effet déjà de centrales à gasoil dans ces localités. L’arrivée d’unités de production photovoltaïques permettra de diversifier le mix énergétique. Ce projet pilote est l’aboutissement de la politique initiée en 2015 par le ministère de l’Eau et de l’Énergie qui vise à réduire la consommation du fuel dans la production de l’électricité. Il constitue un test en vue de la construction d’une centrale solaire de 60 MW à Libreville.

Ausar Energy, fondée en 2015, est spécialisée dans la fourniture de centrales solaires autonomes et décentralisées. En dehors du Gabon, cette filiale d’Engie négocie des projets au Cameroun, en Côte d’Ivoire et en Mauritanie.

La CDC quant à elle finance également le projet B.Boxx à hauteur d’un milliard de F CFA. Il s’agit de fournir un kit (quatre ampoules, une lampe torche baladeuse, d’une antenne, d’un box géo localisateur, d’une télévision 15 pouces et d’une radio) à des foyers situés en zones rurales et non connectés au réseau électrique national.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte