Politique

Amnistie de Simone Gbagbo en Côte d’Ivoire : « Décision historique » ou « leurre » ?

Alassane Ouattara sur l'écran d'une télévision lors de son discours du 6 août 2018 lors duquel il a annonçé l'amnistie de 800 personnes poursuivies pour des faits commis pendant la crise post-électorale. © REUTERS/Thierry Gouegnon

Au lendemain de l’amnistie de 800 détenus poursuivis pour des crimes en lien avec la crise post-électorale de 2010-2011, dont l’ex-Première dame Simone Gbagbo, tour d’horizon des premières réactions dans les partis et les associations de victimes.

Le président Alassane Ouattara a créé la surprise, lundi soir à la veille de la célébration du 58ème anniversaire de l’accession de la Côte d’Ivoire à l’Indépendance, en annonçant avoir signé l’amnistie de quelque 800 détenus poursuivis pour des faits en rapport avec la crise postélectorale, parmi lesquels l’ancienne Première dame Simone Gbagbo, ainsi que des infractions contre la sûreté de l’État commis après 2011.

Le Front populaire ivoirien (FPI, branche Affi N’Guessan) a été le premier a régir, quelques minutes seulement après l’annonce présidentielle, par la voix d’Agnès Monnet, secrétaire générale et porte-parole de Pascal Affi N’guessan. « C’est un geste de décrispation apprécié à sa juste valeur », a-t-elle déclaré, tout en insistant sur le fait que ces « détenus politiques civils croupissaient injustement depuis de nombreuses années dans les geôles du pouvoir ».

Agnès Monnet « encourage le pouvoir à poursuivre cette dynamique en procédant également à la libération des détenus militaires, au dégel des comptes bancaires et en facilitant le retour sécurisé de tous les exilés politiques. C’est cela qui permettra à notre pays de renouer avec la stabilité, la paix et de s’engager dans un processus de réconciliation nationale inclusif souhaité par la grande majorité des Ivoiriennes et des Ivoiriens. »

Plaidoyers pour une loi d’amnistie

Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et allié – en conflit quasiment ouvert – avec le président Alassane Ouattara, a voulu « remercier la communauté internationale et tous les acteurs qui ont œuvré, dans le secret, pour faciliter la prise de cette décision ». Il souhaite cependant que « l’ordonnance d’amnistie se transforme rapidement en une loi d’amnistie pour rendre plus inclusif cet acte de réconciliation ».

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte