Sport

Algérie : dix choses à savoir sur Djamel Belmadi, nouveau sélectionneur des Fennecs

Les joueurs du club qatari Al-Duhail célèbre avec son entraîneur Djamel Belmadi, leur victoire à la coupe de l'Emir, à Doha en mai 2016. © CHINE NOUVELLE/SIPA

Fin du suspense. Nommé nouveau sélectionneur des Fennecs le 2 août, Djamel Belmadi succède à Rabah Madjer, resté moins d'un an à la tête de l'équipe.

Ce sera donc Djamel Belmadi. Quelques mois après avoir été pressenti, en octobre 2017, pour devenir le sélectionneur de l’équipe de football d’Algérie, Djamel Belmadi a finalement été nommé à la tête des Fennecs ce jeudi 2 août.

Après le limogeage de l’Algérien Rabah Madjer en juin dernier, la Fédération algérienne de football (FAF) semblait en effet décidée à engager un technicien étranger. Après quatre entraîneurs étrangers depuis 2014, l’expérience avec Madjer, qui a conduit à l’élimination de l’Algérie lors de la Coupe du monde 2018 en Russie, avait été jugée infructueuse.

Des noms, tels que celui du Bosnien Vahid Halilhodzic, sélectionneur de l’Algérie lors du Mondial 2014, durant lequel les Fennecs avaient atteint les huitièmes de finale, ou du Portugais Carlos Queiroz, circulaient au sein de la FAF et dans la presse.

Voici dix choses à savoir sur le nouveau sélectionneur, Djamel Belmadi.

• Sixième sélectionneur en quatre ans

La durée des sélectionneurs algériens semble de plus en plus courte. En seulement quatre ans, la Fédération a usé de cinq sélectionneurs depuis le départ de Vahid Halilhodzic à l’issue du Mondial 2014, le meilleur parcours de leur histoire. La FAF avait d’ailleurs contacté l’entraîneur franco-bosnien pour reprendre la tête de la sélection en grande difficulté, mais ce dernier a refusé.


>>> A LIRE – Sofiane Hanni : « La situation des Fennecs ne peut pas laisser indifférent »


• Binational

Né à Champigny-sur-Marne, en France, le 25 mars 1976, Djamel Belmadi détient la double nationalité. Un point fort selon certains observateurs qui estiment que cela lui permettra de communiquer plus facilement avec les binationaux présents dans la sélection.

• Enfant du club parisien

L’homme a été formé au Paris Saint-Germain (PSG) entre l’âge de 16 et 20 ans, en tant qu’attaquant, de 1992 à 1995. Entre 1995 et 1996, il joue son premier match, avec zéro but à son actif et sans vraiment se faire remarquer.

• Des difficultés à démarrer

S’il a marqué huit buts lors de son entrée en deuxième division au FC Martigues, son recrutement par l’Olympique de Marseille (OM) n’a pas été très glorieux. Il retournera alors de nouveau en deuxième division à l’AS Cannes puis en Espagne au Celta de Vigo l’année d’après.

• Une étoile marseillaise

De retour à Marseille en 1999, il arrive enfin à se démarquer. Il réussit à marquer 9 buts au cours de sa deuxième saison.

• Chasselois

Sa carrière en tant que joueur se termine au club de Chasselay en 2012. Il joue un match au championnat de France de football National 2.

• Capitaine

Il a évolué dans l’équipe nationale algérienne entre 2000 et 2004, marquant 5 buts en 20 matches. Il a d’ailleurs été capitaine de son équipe lors de Coupe d’Afrique des Nations 2004 en Tunisie.

• Colérique

Remplacé à 81ème minute lors d’un match de l’Algérie contre l’Égypte en 2001, il jette son maillot en signe de protestation. La même année, lors d’un match de l’OM contre Strasbourg, qui se termine à 0-0, il jette ses chaussures sur le public, irrité par des injures.

• Entraîneur victorieux

Coach au Qatar depuis 2010, Belmadi a mené le club d’Al-Duhail quatre fois à la victoire au Championnat de football du Qatar, avant de quitter le club le 12 juin dernier. Il a été remplacé par le sélectionneur tunisien Nabil Mâaloul.

• Un premier défi africain

Belmadi doit qualifier l’Algérie pour la CAN 2019. Son premier match se déroulera en Gambie en septembre.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte