Économie

Les États-Unis suspendent les avantages accordés au textile rwandais

Paul Kagamé et Donald Trump à Davos en janvier 2018 © DR / Donald Trump

Donald Trump a décidé de revenir sur l'exonération de droits de douanes accordés au textile rwandais dans le cadre de l'Agoa. Il s'agit d'une mesure de rétorsion à la décision du Rwanda d'augmenter les droits de douanes sur les importations de fripes de plus de 1 000 %.

Le 30 août 2018, Donald Trump a décidé de « suspendre l’application de l’exonération des droits de douane pour tous les vêtements en provenance du Rwanda », dont le pays bénéficiait dans le cadre de l’Agoa (Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique), selon un communiqué du Bureau du représentant américain au commerce.

Cette suspension ne concerne que les importations textiles, qui s’établissaient à 1,5 million de dollars en 2017 et ne représentaient que 3 % des ventes rwandaises aux États-Unis. Les autres exportations rwandaises continueront à bénéficier des avantages accordés dans le cadre de l’Agoa.

Mis en place en mai 2000 et prolongé en 2015 afin de faciliter et de réguler les échanges commerciaux entre les États-Unis et l’Afrique, ce texte accorde un accès au marché américain en franchise de droits de douanes à 6 400 produits, en provenance de 39 économies africaines. En échange, pour en bénéficier, les pays africains doivent « faire des progrès continus vers l’établissement d’une économie de marché [et] l’élimination des obstacles au commerce et à l’investissement des États-Unis ».

Une mesure destinée à protéger l’industrie locale

Ce conflit commercial a débuté en 2015, lorsque la Communauté d’Afrique de l’Est, une union douanière regroupant Kenya, Tanzanie, Ouganda, Burundi, Rwanda et Soudan du Sud, a présenté un plan destiné à éliminer les importations de vêtements et de chaussures d’occasion. Les gouvernements justifiaient cette mesure par le besoin de protéger l’industrie textile locale. En 2016, cette organisation a annoncé qu’elle allait mettre en place progressivement une taxation sur les textiles importés d’ici à 2019.

Si le Kenya, la Tanzanie et l’Ouganda sont revenus sur leurs décisions sous la pression des États-Unis, le Rwanda a décidé de maintenir cette politique, augmentant de plus de 1 000 % les droits de douanes sur les importations de vêtements et de chaussures d’occasion. Le Président Trump a annoncé le 28 mars que le pays ne faisait « pas suffisamment de progrès vers l’élimination des obstacles au commerce et à l’investissement des États-Unis »  et qu’il ne respectait donc pas « les conditions d’admissibilité de l’Agoa », lui donnant soixante jours supplémentaires pour résoudre le différend.

« Le Rwanda a cependant continué d’insister pour maintenir ses tarifs douaniers. Le président a donc décidé de suspendre l’accès en franchise de droits du Rwanda aux États-Unis pour les vêtements jusqu’à ce que le Rwanda se conforme de nouveau aux conditions d’éligibilité de l’Agoa. » conclut le communiqué de la Maison blanche.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte