Droits de l’homme

Migrants : le Sarost 5 va finalement pouvoir accoster en Tunisie

Des migrants après leur sauvetage en Méditerranée par Proactiva Open Arms, en mai 2018 au large de la Libye. © Felipe Dana/AP/SIPA

Les autorités tunisiennes ont décidé d’accueillir « pour des raisons humanitaires » les 40 migrants secourus par un navire commercial interdit d'accoster depuis deux semaines au large de Zarzis, dans le sud de la Tunisie.

« Pour des raisons humanitaires, nous allons accueillir les 40 migrants », a annoncé samedi soir le Premier ministre Youssef Chahed lors d’une séance plénière au Parlement consacrée au vote de confiance au ministre de l’Intérieur, Hichem Fourati. Le « Sarost 5 », un navire d’approvisionnement battant pavillon tunisien, patiente depuis environ deux semaines au large de Zarzis.

« Malgré ce retard pour prendre cette décision, nous sommes contents et soulagés », a réagi auprès de l’Agence France-Presse (AFP) le capitaine de ce navire, Ali Hajji, précisant que les migrants « sont très fatigués et (qu’ils) veulent entrer en Tunisie ». Ce capitaine n’a pas encore reçu l’autorisation d’accoster au port de Zarzis mais « cela ne va pas tarder après l’annonce du chef du gouvernement », a-t-il ajouté.

Refusé par la France, l’Italie et Malte

Partis de Libye à bord d’une embarcation pneumatique, ces migrants – originaires d’Afrique subsaharienne et d’Égypte – se sont perdus en mer pendant cinq jours avant d’être repérés, à une date non précisée, par le navire Caroline III envoyé par un centre de secours maltais.

Ce bateau a alors appelé les gardes-côtes d’Italie, de France et de Malte, « qui ont refusé d’accueillir les rescapés, prétextant que les ports les plus proches étaient situés en Tunisie », ont déploré des ONG tunisiennes dans un communiqué. Les migrants, parmi lesquels huit femmes, ont finalement été pris en charge par le « Sarost 5 ». Les ONG ont dénoncé « l’attitude des gouvernements italien, maltais et français », appelant les autorités tunisiennes à les accueillir.

Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, également chef de file de l’extrême droite, refuse systématiquement les arrivées de bateaux de migrants. L’île de Malte n’accepte en général que les migrants secourus dans ses eaux territoriales, ou les urgences médicales. Le mois dernier, la France avait refusé d’accueillir l’Aquarius – avec plus de 600 migrants à bord -, malgré la proximité de la Corse avec le navire. Ce dernier, également rejeté par l’Italie et Malte, avait finalement été accueilli par l’Espagne.

La Tunisie fait partie des pays cités comme possible localisation pour des centres d’accueil de migrants ou des « plateformes de débarquement hors de l’Europe », décidés par les 28 pays membres de l’Union européenne lors d’un Conseil européen à Bruxelles.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte