Logement abordable : le pari gagnant de Lafarge

En 2014, Lafarge a fusionné ses activités au Nigeria et en Afrique du Sud. © Reuters

Le groupe français Lafarge récolte les résultats du plan "logement abordable" lancé il y a deux ans. Environ 9 000 maisons ont pu être financées grâce à des microcrédits, dans dix-huit pays à travers le monde - dont une dizaine en Afrique - permettant à 250 000 personnes d'accéder à un logement décent.

Lafarge vient d’inventer la maison à 1 700 euros. Engagé depuis dix ans dans de nombreux programmes de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), le premier cimentier mondial récolte aujourd’hui les résultats du plan « logement abordable », lancé il y a deux ans. « 9 000 maisons ont pu être financées grâce à des microcrédits permettant à 250 000 personnes d’accéder à un logement décent », énumère fièrement Bruno Lafont, le PDG du groupe.

>>> Lire aussi : L’Afrique des villes est en marche

Dix-huit pays à travers le monde profitent de ce plan destiné à faciliter l’accès à la propriété immobilière aux populations à faible pouvoir d’achat. Une dizaine se trouve en Afrique, suivant la carte des implantations industrielles du géant français qui compte 18 cimenteries et six stations de broyage sur le continent.

Brique magique

Pour construire ses maisons low cost, Lafarge a développé une brique magique. Un mélange terre-ciment simplement compacté « qui apporte à la fois durabilité et isolation thermique », insiste François Perrot, en charge du plan.

C’est en Afrique pour l’instant, au Malawi et en Tanzanie, que les premières maisons en terre-ciment ont vu le jour. Une solution bon marché qui pourrait accélérer la réhabilitation de bidonvilles ou la construction de logements sociaux comme le groupe français s’y attelle lui-même au Brésil, en Inde ou aux Philippines.

>>> Voir également : Côte d’Ivoire : bientôt un toit pour tous ?

Marché compétitif

Charité bien ordonnée commençant par soi-même, Lafarge enregistre dans la foulée de ses programmes sociaux une croissance de ses ventes. Aux Philippines, la part de marché des revendeurs associés est passée de 33 à 50 % depuis 2012.

Tout est bon à prendre sur un marché toujours plus compétitif dans le monde et en Afrique en particulier. Les besoins augmentent de 10 % en moyenne par an au sud du Sahara, mais les acteurs locaux, dans la foulée du Nigérian Dangote, sont de plus en plus nombreux.

Leader sur le continent, Lafarge a retrouvé un peu d’aisance financière après quatre ans de restructuration et prévoit d’investir 1 milliard d’euros en Afrique dans les trois prochaines années. Le groupe dispose d’une capacité de production de 43 millions de tonnes de ciment entre l’Afrique et le Moyen-Orient où il réalise plus d’un tiers de son chiffre d’affaires, soit 5,9 milliards en 2013.

>>> Ciment : les actionnaires approuvent la naissance de Lafarge Africa