Sécurité

Algérie – Affaire Kamel Chikhi : vers une audition du général Abdelghani Hamel ?

Abdelghani Hamel, en 2011 à Alger (archives). © Sidali/New Press/SIPA

L'ancien patron de la police nationale algérienne, le général Abdelghani Hamel, pourrait bientôt être auditionné par la justice dans le cadre de l'enquête ouverte suite à la saisie record de plus de 700 kg de cocaïne sur le port d'Oran. La défense de l'homme d'affaires Kamel Chikhi, principal suspect, en a fait la demande.

L’un des membres du collectif d’avocat de Kamel Chikhi, principal suspect dans l’affaire des 701 kilos de cocaïne saisis en mai dernier, a réclamé l’audition du général Abdelghani Hamel, ancien patron de la police nationale, a appris Jeune Afrique.

Quelques heures avant l’annonce de son limogeage, le 26 juin, Hamel avait déclaré publiquement que la police était disposée à transmettre les dossiers liées à cette affaire en sa possession. « Celui qui veut lutter contre la corruption doit être propre », avait alors ajouté celui qui fut proche du cercle présidentiel.


>>> A LIRE – Algérie : drogue, blanchiment et corruption de magistrats… L’empire de Kamel Chikhi vacille


Seulement, l’enquête ouverte après la saisie de cette cargaison de drogue a été confiée à la gendarmerie nationale. D’après les déclaration de Hamel, les dossiers dont dispose la police sont donc antérieurs à celle-ci. De quels dossiers dispose – ou disposait – l’ancien patron de la police alors que ses services ont été écartés de l’enquête ?

L’affaire Kamel Chikhi – ou plutôt « les » affaires, la saisie de cocaïne n’étant que l’un des dossiers dans lequel le nom de cet homme d’affaires oranais est cité – a déjà coûté la place à deux magistrats, radiés et placés sous contrôle judiciaire. Des hauts fonctionnaires du ministère de la Défense ont également été entendus dans le cadre de l’instruction.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte