Politique

Maroc : Mohamed VI à Al Hoceima pour sa première visite depuis le Hirak

Mohammed VI, le roi du Maroc, à Paris, le 9 février 2015. © Christophe Ena/AP/SIPA

Le roi du Maroc est arrivé lundi dans la soirée à Al Hoceima, à bord d’un bateau en provenance de M'diq où le souverain passe une partie de ses vacances. C'est la première visite de Mohammed VI dans la région depuis le mouvement de contestation social qui y a éclaté en octobre 2016.

Après le ministre de la Culture,  Mohamed Laaraj, et celui de la Santé, Anas Doukkali, c’est au tour du roi de se rendre dans cette ville du Rif. Si la visite n’a fait l’objet d’aucune communication officielle, Mekki Elhannoudi, élu local USFP, a souhaité « la bienvenue  » au souverain à Al Hoceima dans un message sur Facebook.

Le site marocain 360 rapporte pour sa part que Mohammed VI « passera une semaine à Al Hoceima, ponctuée de visites au centre-ville et de balades de prospection sur ses boulevards et dans ses quartiers ».


>>> A LIRE – Maroc : des milliers de personnes marchent en soutien aux détenus du Hirak


Cette visite royale est la première de Mohammed VI depuis le mouvement de contestation dont la ville a été l’épicentre, et intervient un mois après les lourdes peines infligées à 53 militants du Hirak par la Cour d’appel de Casablanca. Nasser Zefsafi, leader du mouvement contestataire, a notamment été condamné à 20 ans de prison ferme pour « complot visant à porter atteinte à la sécurité de l’État », un chef d’accusation passible selon les textes de la peine de mort.

En l’espace de trois jours, la ville d’Al Hoceima a vu passer les visites de deux ministres, venus s’assurer de l’état d’avancement des travaux des projets du programme de développement « Al Hoceima, Manarat Al Moutawassit » (« Al Hoceima Hoceima, Phare de la Méditerranée »), dont l’objectif affiché est d’améliorer les conditions de vie de la population. Ce programme, amorcé par Mohammed VI en 2015, a connu de nombreux retards qui ont été à l’origine de lourdes sanctions prises par le roi du Maroc à l’encontre de plusieurs responsables gouvernementaux.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte