Entreprises & marchés

Cloud computing, énergie propre, logistique : Alibaba et Bolloré nouent un « partenariat mondial »

Sur le terminal géré par le groupe Bolloré à Conakry, en Guinée, en 2011. © Vincent Fournier/Jeune Afrique-REA

Les groupes Alibaba et Bolloré ont signé lundi un accord de « partenariat mondial ». Le groupe français collaborera notamment en Afrique avec le géant du e-commerce dans le domaine de la logistique.

Le 2 juillet, Alibaba et Bolloré ont annoncé avoir signé un protocole d’accord dans « les domaines du cloud, de l’innovation et de la transformation numérique, ainsi que de la logistique », détaille un communiqué conjoint. « Les groupes ont décidé de partager leurs expertise et connaissance des marchés pour explorer de nouvelles opportunités commerciales, notamment en Chine, en Europe et en Afrique », précise ce texte.

Dans le cadre de cet accord, les deux entreprises multinationales vont collaborer dans le domaine du « cloud computing », de l’énergie propre et de la logistique. En particulier, la branche informatique d’Alibaba va fournir au groupe Bolloré « une offre complète incluant des services de cloud, de big data, d’intelligence artificielle, de réseaux de diffusion de contenus et de solutions de sécurité ». Une filiale du groupe français, Blue Solutions, spécialisée dans la fabrication de batteries LMP (Lithium Métal Polymère), collaborera avec le géant chinois pour « codévelopper des solutions internet pour les voitures et bus électriques ».

Une quinzaine de terminaux portuaires en Afrique

Exploitant une quinzaine de terminaux portuaires, principalement en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, Bolloré et Cainiao Smart Logistics Network, une branche d’Alibaba, vont « identifier les opportunités de coopération entre leurs capacités, leurs hubs et leurs réseaux logistiques en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique et en Europe ».

Au cours de l’exercice 2017-2018, qui s’est achevé le 31 mars, le chiffre d’affaires d’Alibaba s’est établi à 39,9 milliards de dollars, en hausse de 58 % par rapport à l’année précédente. Jack Ma, le fondateur du géant du e-commerce, avait annoncé, lors de sa première tournée africaine, en juillet 2017, la création d’un fonds de 10 millions de dollars destiné à soutenir les start-ups africaines.

Mis en examen, le 25 avril, dans une enquête portant sur des concessions portuaires à Conakry et Lomé, Vincent Bolloré est devenu un acteur-clé dans le secteur maritime africain. En 2017, le chiffre d’affaire du groupe Bolloré a atteint 18,2 milliards d’euros, dont 5,8 milliards des activités « transport et logistique » et 2,2 milliards de la logistique pétrolière.

Fermer

Je me connecte