Analyses

Russie 2018 – Gernot Rohr : « Le Nigeria a un bel avenir devant lui »

Le coach du Nigeria, Gernot Rohr, à l'entraînement avec les Super Eagles, le 25 juin 2018, pendant la Coupe du monde en Russie. © Dmitri Lovetsky/AP/SIPA

Au lendemain de l’élimination de son équipe par l’Argentine dans les dernières minutes (1-2) mercredi, Gernot Rohr, a accepté de revenir sur le parcours du Nigeria en Russie, motif d’espoir pour le technicien allemand.

Jeune Afrique : À quelques minutes près, le Nigeria se qualifiait pour les huitièmes de finale pour la quatrième fois de son histoire, où il aurait retrouvé la France…

Gernot Rohr : C’est une grosse déception. Je pense que dans le jeu, nous avons été à la hauteur. L’Argentine a gagné, mais nous avons réussi à faire jeu égal face à une équipe qui compte dans son effectif de grands joueurs et Lionel Messi, que nous avons, je pense, beaucoup contrarié. L’Argentine est seulement supérieure sur le plan du score. Le Nigeria avait eu un jour de récupération de moins que l’Argentine avant ce dernier match. Quand on joue à des dates aussi rapprochées, cela compte au niveau de la fraîcheur. Surtout après une saison chargée pour les joueurs.

Cinq minutes avant le but de Rojo (87e), Ighalo a l’occasion de donner l’avantage à son équipe…

Oui, et un peu avant, Musa avait eu également une opportunité. Je regrette aussi que l’arbitre n’ait pas accordé à mes joueurs un penalty qui me semblait pourtant évident pour une main dans la surface d’un défenseur argentin. C’est une décision que je ne comprends pas. Mais finalement, c’est l’équipe la plus expérimentée qui l’a emporté. La plus soutenue aussi. Il y avait beaucoup de supporters argentins dans le stade. D’ailleurs, que ce soit face à la Croatie (0-2) et l’Islande (2-0), j’ai toujours eu l’impression que nous jouions à l’extérieur tellement nos adversaires étaient encouragés par leurs supporters, venus en nombre.


>>> À lire – Mondial 2018 – VAR : quand l’arbitrage vidéo ne profite pas aux Africains


L’autre gros regret de cette Coupe du monde renvoie-t-il au premier match perdu contre la Croatie, où votre équipe avait semblé timorée ?

N’oubliez pas que neuf des onze joueurs qui avaient débuté ce match découvraient la Coupe du monde ! Il y avait peut-être un peu d’émotion, face à une des meilleures équipes de cette Coupe du Monde. Nous avions eu des difficultés, c’est vrai, mais je me souviens d’une seconde période plus réussie. Et la victoire obtenue face à l’Islande, une formation difficile à jouer, était venue confirmer cette montée en puissance. Sincèrement, je n’ai rien à reprocher à mes joueurs. Ils se sont battus, ils ont su proposer un bon football, et notamment face à l’Argentine.

Je suis fier de ces gamins, de cette équipe !

Une équipe parfois inédite, puisque vous n’avez pas hésité à donner leur chance à de très jeunes joueurs…

Exactement : le gardien Francis Uzoho a 19 ans, Wilfred Ndidi et Kelechi Ihenacho 21, Oghenekaro Etebo 22… Ils représentent l’avenir de cette équipe. Je suis fier de ces gamins, de cette équipe ! Ils sont bien entourés par des anciens tels Ahmed Musa, Victor Moses, et bien sûr John Obi Mikel, notre capitaine. Cette Coupe du monde nous a permis d’apprendre, de progresser. J’ai presque envie de dire qu’elle est arrivée un tout petit peu trop tôt ! Avec davantage d’expérience, de maturité, je pense qu’on aurait pu aller plus loin. Nous n’avons vraiment pas à rougir de notre parcours.

Cette Coupe du monde va-t-elle servir à mieux aborder la suite des éliminatoires de la CAN 2019 ?

Oui. Quand on participe à une Coupe du monde, on apprend beaucoup. La moyenne d’âge de cette équipe est assez basse. Ce qui signifie que le Nigeria a normalement un bel avenir devant lui. On va essayer de se qualifier pour cette CAN [le Nigeria, qui a perdu son premier match chez lui 0-2 face à l’Afrique du Sud affrontera également les Seychelles et la Libye, NDLR]. Au Cameroun, si nous y allons, nous aurons forcément de l’ambition. L’équipe aura un an de plus, les joueurs auront gagné en expérience. L’avenir s’annonce bien pour le Nigeria. On a encore de belles choses à faire ensemble…

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€