Analyses

Mondial 2018: « L’Égypte n’a quasiment rien montré »

Mohamed Salah a marqué un but face à l'Arabie Saoudite, le 25 juin 2018. © Themba Hadebe/AP/SIPA

Les Pharaons ont été apathiques face à l'Arabie Saoudite lors de leur dernier match de la Coupe du monde (1-2). Le sélectionneur du Kenya, Sébastien Migné, estime que la méforme de Salah a pesé lourd dans la déroute de l'Égypte.

À cause d’un but encaissé lors du temps additionnel, l’Égypte s’est inclinée face à l’Arabie Saoudite (1-2) et termine à la dernière place du groupe A. Un échec sur toute la ligne pour Sébastien Migné, le sélectionneur français du Kenya.

Jeune Afrique : L’Égypte quitte cette Coupe du Monde avec trois défaites. Que retenez-vous de son dernier match ?

Sébastien Migné : Pas grand-chose ! Si ce n’est le but de Mohamed Salah en première mi-temps, sur un de ces éclairs dont il a le secret, et la bonne prestation d’Essam El Hadary, qui a prouvé qu’à plus de 45 ans, il avait encore le niveau. Sa seule présence est un plus. Cela n’a pas été suffisant pour son équipe. L’Égypte a fait de l’Égypte : elle est bien organisée, assez solide dans l’axe, mais elle s’en remet beaucoup trop à Salah.

Et Salah n’était pas au top de sa forme…

C’était évident. Sa blessure à l’épaule lors de la finale de la Ligue des Champions avec le Real Madrid contre Liverpool (1-3, le 26 mai) l’a gêné. Il a tout de même marqué les deux buts de son équipe lors de cette Coupe du Monde. Mais il n’a pas pesé comme à son habitude. Il n’était pas au niveau qui était le sien lors des qualifications pour la Coupe du Monde, notamment lors du match décisif en octobre dernier (2-1) contre le Congo dont j’étais alors le sélectionneur.

L’Égypte pouvait-elle espérer mieux ?

Elle n’a quasiment rien montré lors de cette Coupe du Monde. Hormis lors de la première mi-temps contre la Russie (1-3), et par séquences face aux Saoudiens. C’était trop monocorde. On avait l’impression que les joueurs étaient fatigués. Quel a été l’impact du ramadan sur la préparation de l’équipe ? On peut se poser la question, car les Égyptiens ont semblé à court d’énergie. Les Pharaons ont joué de manière trop prudente. La dépendance à Salah était trop forte, surtout avec un joueur qui n’était physiquement pas à son meilleur niveau.

Les Pharaons vont-ils avoir du mal à se remettre de cette Coupe du Monde ratée ?

Je ne sais pas si Hector Cúper va poursuivre sa mission. Il y a sûrement des joueurs qui ont plus de 30 ans et dont la carrière internationale pourrait s’arrêter. Ce n’est pas facile de se remettre d’une telle contre-performance, car l’Égypte avait d’autres ambitions. Mais elle reste une belle équipe. Il faudra suivre ce qui va se passer dans les prochains jours…

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€