Analyses

Mondial 2018 : « Le Nigeria s’est mis en confiance »

Les joueurs nigérians fêtent leur victoire face à l'Islande, le 22 juin 2018. © Darko Vojinovic/AP/SIPA

Adel Amrouche, le sélectionneur algérien de la Libye, estime que le Nigeria a su hausser son jeu au bon moment pour battre l'Islande (2-0). De bonne augure pour la suite de la Coupe du monde.

Grâce à un doublé de Musa en seconde période, le Nigeria a battu l’Islande (2-0) à Volgograd. Un succès qui permet aux Super Eagles de se relancer après des débuts ratés contre la Croatie (0-2). Adel Amrouche, le sélectionneur algérien de la Libye, estime que l’équipe de Gernot Rohr peut atteindre les huitièmes de finale.

Après un match manqué face aux Croates et une première période sans saveur contre l’Islande, il était difficile d’imaginer une telle issue

Le Nigeria n’a pas fait une bonne première période. Il manquait de spontanéité dans son jeu, alors qu’il avait une possession supérieure à celle de son adversaire. Cela manquait aussi de créativité, de prise de risque. Pourquoi, par exemple, les Nigérians ne tiraient-ils pas de loin ? De plus, j’ai été surpris de les voir débuter avec une défense à trois. En fait, j’ai trouvé que le Nigeria jouait un peu contre-nature.

D’une manière trop européenne ?
C’est exactement cela. Le football nigérian, c’est de la rigueur, car il en faut à ce niveau, mais aussi un peu de folie, d’enthousiasme. Or, ce n’était pas le cas. Et si les Islandais avaient été plus tranchants, cela aurait pu faire mal. Je pense qu’à la mi-temps, il y a eu une prise de conscience de la part de Gernot Rohr. De toute manière, le Nigeria n’avait plus le choix. Pour gagner, il faut prendre des risques, se créer des occasions. Et on a vu une équipe totalement différente ! Avec un Victor Moses qui passait moins de temps à défendre. Avec une équipe plus vive, plus audacieuse, qui s’est mise à jouer sur ses qualités.

Et un Ahmed Musa décisif…
Il a su profiter du changement de système décidé par Rohr. Comme toute l’équipe, qui s’est mise à jouer dans les intervalles, à chercher la verticalité. Et cela a tout de suite posé de gros problèmes à l’Islande. Le premier but de Musa est superbe. En marquant très tôt en début de seconde période, le Nigeria s’est mis en confiance. Et il a continué à proposer du jeu. Le second but est lui aussi superbe. Bien sûr, l’Islande aurait pu revenir au score si Sigurdsson avait transformé son penalty. Mais même s’il avait marqué, je pense que le Nigeria aurait pris les trois points.

Les Super Eagles se retrouvent en ballottage favorable, avant d’affronter une Argentine mal en point dans un groupe où la Croatie est déjà qualifiée. Êtes-vous confiant avant ce choc face à l’Albiceleste ?
Ce sera difficile, bien sûr, car l’Argentine reste une grande équipe. Elle peut avoir un sursaut d’orgueil. Mais la dynamique est plutôt du côté nigérian, la morosité dans le camp adverse. Il faudra que les Super Eagles soient parfois mois laxistes en défense. Cette victoire est une bonne nouvelle pour le Nigeria et pour le football africain. La qualification n’est pas encore acquise, car il faudra également suivre le résultat d’Islande-Croatie, mais avec ce que j’ai vu ce vendredi, je suis assez optimiste !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€