Fiche joueur

Mondial 2018 – Nigeria : Obi Mikel, le vrai boss des Super Eagles

John Obi Mikel tenant le drapeau du Nigeria, après avoir gagné la médaille de bronze olympique, le 20 août 2016 au Brésil. © Eugenio Savio/AP/SIPA

Indéboulonnable capitaine du Nigeria, John Obi Mikel (31 ans) va disputer son deuxième Mondial, en Russie. Après onze saisons à Chelsea, l’ancien milieu de terrain de Plateau United poursuit sa carrière à Tianjin Teda, en Chine.

Son lointain et lucratif exil en Chine, en 2017, n’a pas fait germer le doute dans l’esprit de Gernot Rohr, le sélectionneur du Nigeria, qualifié pour le Mondial 2018 en Russie. Le niveau de la Super League chinoise a beau être aux antipodes de la Premier League anglaise, John Obi Mikel est et restera le pilier d’une sélection dépendante de lui. « Il a une grande expérience du haut niveau. Il a tout disputé : la Coupe du monde, la CAN, les Jeux olympiques, la Ligue des Champions, la Ligue Europa. Il évolue effectivement dans un championnat moins relevé, mais il y est performant, et c’est tout ce qui m’intéresse », explique Rohr.


>>> À lire : Zoom sur les 10 meilleurs attaquants africains du Mondial 2018


En Angleterre, Obi Mikel a travaillé avec Mourinho, Ancelotti, Hiddink…

John Obi Mikel est né à Jos, dans centre du Nigeria, a effectué ses débuts professionnels à Plateau United, où le club norvégien de Lyon Oslo est venu le débaucher, en 2004, alors qu’il n’avait que 17 ans. International dès 2005, le milieu de terrain ne s’éternise pourtant pas dans la capitale scandinave. Chelsea, le puissant club de Londres, l’arrache à Manchester United un an plus tard.

Le palmarès d’Obi Mikel est plus que solide : 1 Ligue des Champions, 2 titres de champion d’Angleterre, 4 Coupes d’Angleterre et 2 Coupes de la Ligue…

En Angleterre, le Nigérian, même s’il n’est pas toujours titulaire, côtoie quelques grands noms du football africain tels l’Ivoirien Didier Drogba, le Ghanéen Michael Essien et y est dirigé par des entraîneurs aussi réputés que José Mourinho, Luiz Felipe Scolari, Carlo Ancelotti ou Guus Hiddink. Son palmarès s’enrichit également d’une Ligue des Champions (2012), de deux titres de champion d’Angleterre (2010, 2015), de quatre Coupes d’Angleterre (2007, 2009, 2010 et 2012) et de deux Coupes de la Ligue (2007, 2015).


>>> À lire : Groupe D, le Nigeria à l’épreuve


Gernot Rohr : « Avec Obi Mikel, nous sommes plus forts »

Avec son pays, Obi Mikel remporte la CAN 2013, un an avant de disputer sa première Coupe du monde au Brésil. « Il aurait dû participer à celle de 2010, mais il s’était blessé juste avant », rappelle Rohr. Le joueur de Tianjin Teda n’est pas perçu par son sélectionneur comme un milieu défensif classique. « Il a une très bonne vision du jeu, un bonne technique et une vraie capacité à se projeter vers l’avant. »

S’il marque peu (6 buts avec Chelsea toutes compétitions confondues, et autant avec le Nigeria en 82 sélections…), Obi Mikel a délivré de nombreuses passes décisives. Très impliqué dans la vie du groupe – « c’est un guide et une référence pour les plus jeunes » – John Obi Mikel est le principal relais de son sélectionneur, avec qui il entretient de très bonnes relations. « Avec lui, nous sommes plus forts », ajoute ce dernier.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€