Mode

Dakar Fashion Week 2018 : des rêves africains sur le podium

L'un des visuels de la Dakar Fashion Week 2018. © Mario Epanya pour la Dakar Fashion Week 2018

La 16ème édition de ce grand raout du style créé par Adama Paris se déroulera du 20 au 24 juin à Dakar. Designers, novices ou confirmés, sont invités à partager leur vision de l’Afrique à travers le vêtement.

La Dakar Fashion Week 2018 s’ouvre ce mercredi 20 juin sur le thème « My Africa », soit une invitation pour les différents stylistes à mettre en avant le regard qu’ils portent sur leur continent à travers leurs différentes collections. « Il ne s’agit pas tant d’une exigence mais plutôt de l’état d’esprit de cette fashion week qui est de valoriser le continent africain », souligne Adama Paris, styliste et créatrice de la Dakar Fashion Week à laquelle elle participe elle-même.

« C’est un cri du cœur, une forme d’engagement envers ce continent que l’on aime, que l’on habite et que l’on fait vivre. J’invite chacun des créateurs à raconter et dire son Afrique. »

La manifestation donnera lieu à trois défilés dont l’un consacre de jeunes créateurs du continent. « Depuis deux ou trois ans, cette plateforme permet aux jeunes créatifs de participer à l’événement », indique Adama Paris. « Ils sont sélectionnés selon leur niveau, leur créativité, la confection des pièces. » Parmi eux, de nombreux Sénégalais comme Hélène Daba, fondatrice de Sisters of Afrika, Astou Mballo et sa marque Bobo ou Fadel Ndiaye et sa griffe Madhouse. Ce défilé donnera également carte blanche à une New-Yorkaise en la personne d’Yvonne Jewnell et au jeune Malien Jean Kassim Dembele.

Ce dernier présentera sa deuxième collection, N’golo, nommée ainsi d’après feu son grand-père, et qui présente des pièces simples et colorées à partir de deux tissus : le bazin et le naguinè.

« Je suis très fier de participer à la Dakar Fashion Week car là, j’ai l’occasion de montrer qu’au Mali on peut faire autre chose que le boubou. »

Ce n’est sûrement pas sa compatriote, la créatrice confirmée Mariah Bocoum, présente sur la liste des designers cette année, qui le contredira.

Fédérer les acteurs africains de la mode

Outre une forte présence sénégalaise, ce cru 2018 de la Dakar Fashion Week compte une belle brochette de stylistes sud-africains, du duo Quiteria & George à Thula Sindi, l’un des designers d’Afrique australe le plus connu. « Les Sud-africains se tournent de plus en plus vers l’Afrique francophone. Je suis une partisane du brassage et de la diversité africaine. Aussi, je me félicite de leur présence à cette 16ème édition », avance celle qui, au-delà de son rôle de papesse de la mode au Sénégal, s’est fait connaître en Afrique du Sud en participant à la South African Fashion Week.

Sans compter qu’Adama Paris a mis sur pied, il y a trois ans, l’African Fashion Federation. Aussi, elle parcourt l’Afrique avec pour objectif de fédérer les producteurs des défilés organisés sur le continent africain.

« Je souhaite notamment qu’un calendrier des événements mode de tout le continent puisse être mis en place. »

Ainsi, cette Dakar Fashion Week compte parmi ses spectateurs de véritables pointures de la mode africaine à l’instar d’Omoyemi Akerele, fondatrice de la Lagos Fashion & Design Week en 2011 ou le Sénégalo-Ivoirien Jenke Ahmed Tailly, styliste de Naomi Campbell, Natalia Vodianova ou Beyonce, entres autres stars, qui ne cesse de militer pour la reconnaissance des cultures africaines au sein de la fashion sphère. Sans compter la styliste sud-africaine Kwena Baloyi.

« My African Dream » : la parole aux artistes et entrepreneurs

La Dakar Fashion Week donnera également lieu à son habituelle conférence intitulée « Our African Dream » (« Notre rêve africain »). Les stylistes Selly Raby Kane et Sarah Diouf mais aussi le designer et décorateur Ousmane Mbaye ou le rappeur Ndongo D étaient les membres du talk l’an dernier, modéré par la journaliste Samirah Ibrahim.

Cette année, ils laissent leur place à Mamadou « Papi » Wane, jeune artiste et co-fondateur de la plateforme Dakar Lives, à l’entrepreneur Amadou Diaw, Yvette Tai-Coquillay, fondatrice du salon Labo International et… Adama Paris.

« De plus en plus de gens revendiquent leur africanité, il est temps de mettre des mots là-dessus. Notre rêve africain tient autant à nos échecs qu’à nos succès », commente la styliste sénégalaise.

Le dimanche 24 juin, en guise de clôture, la Dakar Fashion Week prendra ses quartiers dans le quartier de Keur Massar pour un défilé « street parade » ouvert au public. « Nous organisons ce défilé depuis plus de dix ans. Il s’agit de permettre à la population d’un quartier défavorisé de Dakar de pouvoir découvrir les créateurs et, ainsi, profiter de ce que donne à voir la Dakar Fashion Week », avance la fondatrice.

Parmi les collections que l’on attend impatiemment sur le podium, celles, entres autres, de Mariah Bocoum Couture (Mali), Imprint (Afrique du Sud), Thula Sindi (Afrique du Sud), Parfait Ikouba (Cameroun), Tsemaye Binitie (Nigeria) et Alia Bare (Senegal). Sans oublier le lot de découvertes que promet cette semaine de la mode dakaroise.

 

 

 

 

 

Fermer

Je me connecte